Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Afrique

En Libye, les habitants de Benghazi affrontent les milices islamistes

Vidéo par Mounia Ben Aïssa

Dernière modification : 22/09/2012

Au terme d'une manifestation pacifique contre les milices armées vendredi à Benghazi, de violents affrontements ont opposé dans la nuit islamistes et manifestants. Au moins onze personnes sont mortes, dont six membres des forces de sécurité.

Les autorités libyennes ont pris samedi le contrôle de quartiers généraux et bases de milices armées à Benghazi, qui avaient été attaqués par des habitants lors de violences ayant fait au moins 11 morts et plus de 70 blessés.
              

Six membres des forces de sécurité figurent parmi les tués. "Vu la nature des blessures, c'est clair que les six personnes ont été exécutées", a indiqué un médecin sous couvert de l'anonymat.
              
Les violences ont débuté vendredi soir quand des centaines d'habitants de Benghazi, la deuxième ville de Libye, se sont soulevés contre les milices armées qui font la loi dans le pays depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, et pris le contrôle de plusieurs bases de ces milices.
              
Les protestataires, dont certains étaient armés, ont d'abord délogé une milice d'un bâtiment de la sécurité dans le centre-ville, avant d'entrer dans la nuit dans la caserne du principal groupe paramilitaire, la milice salafiste d'Ansar al-Charia, a constaté un journaliste de l'AFP.
              
Aux cris de "le sang des martyrs n'a pas été versé en vain", les manifestants, qui ont saccagé, pillé et incendié la caserne, ont réussi à déloger les miliciens.
              
Samedi, ces deux sites étaient occupés par les forces de sécurité régulières, selon une journaliste de l'AFP.
              
D'après des témoins, Ansar al-Charia (les partisans de la loi islamique) a également quitté sous la pression des manifestants l'hôpital al-Jala qu'elle contrôlait, et qui a été repris par la police militaire.
              
Les protestataires ont ensuite attaqué le quartier général de la brigade de Raf Allah al-Sahati, un groupe islamiste qui s'est placé sous l'autorité du ministère de la Défense. Sa base est située dans une ferme dans la région de Hawari, à 15 km du centre de Benghazi.
              
Les assaillants ont emporté armes, munitions et matériel informatique, et sont parvenus à faire fuir la brigade, après deux heures d'affrontements à l'arme légère et aux roquettes, a constaté une correspondante de l'AFP.
              
Mais Raf Allah al-Sahati a annoncé samedi sur sa page Facebook avoir repris le contrôle de son quartier général.
              
Au moins quatre autres installations publiques ont été désertées par des milices à l'arrivée des manifestants.
              
Au total, cinq personnes ont été tuées et plus de 70 blessées dans les affrontements, selon des sources médicales.     

Situation "très volatile"           

Ces heurts sont survenus après que des dizaines de milliers de Libyens eurent manifesté pacifiquement contre les milices armées, dix jours après l'attaque du consulat américain de Benghazi qui avait coûté la vie à l'ambassadeur des Etats-Unis Chris Stevens et trois autres Américains.
              
"La situation est très volatile. On ne sait pas quelle va être la réaction" des milices mais aussi des autorités et des familles des victimes, a déclaré à l'AFP le militant des droits de l'Homme Jalal al-Gallal.
              
Les autorités libyennes ont mis en garde dans la nuit contre le "chaos" et appelé les manifestants à faire la différence entre les brigades "illégitimes" et celles qui sont sous l'autorité de l'Etat.
              
Le président de l'Assemblée nationale, Mohamed al-Megaryef, s'est félicité de la réaction de la population contre les "brigades en dehors de la légitimité", tout en appelant les manifestants à se retirer immédiatement des locaux occupés par des brigades du ministère de la Défense, citant Raf Allah al-Sahati, la brigade du 17 février et Le bouclier de la Libye.
              
Le ministre de l'Intérieur, Fawzi Abdelali, a mis en cause de son côté des personnes "infiltrées parmi les manifestants". Certains de ces "infiltrés" font partie des services de sécurité, selon lui, et veulent le "chaos et la sédition".
              
"Les habitants de Benghazi ont fait en une journée ce que le gouvernement a échoué à faire durant des mois", s'est félicité en revanche une activiste sur Twitter.
              
Le nouveau pouvoir n'est pas parvenu à désarmer les groupes d'ex-rebelles ayant combattu le régime de Mouammar Kadhafi au cours de la révolution de 2011, bien que plusieurs d'entre eux aient intégré les ministères de la Défense et de l'Intérieur.
              
L'attaque contre le consulat américain, déclenchée lors d'une manifestation contre le film anti-islam produit aux Etats-Unis, a illustré l'incapacité des autorités à assurer la sécurité dans le pays ainsi que la montée en puissance de groupes islamistes radicaux.
              
La mobilisation des habitants de Benghazi, d'où était partie la révolte contre Kadhafi, "va peut être inciter l'Assemblée nationale à mettre en place les actions décisives contre les milices dont le pouvoir transitoire s'était abstenu", par manque de force militaire et peur des représailles, a estimé Jason Pack, spécialiste de la Libye.
 

AFP

Première publication : 22/09/2012

  • LIBYE

    Attaque anti-américaine de Benghazi : de larges zones d'ombre demeurent

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'ambassadeur américain en Libye tué dans une attaque à Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)