Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Afrique

En Libye, les habitants de Benghazi affrontent les milices islamistes

Vidéo par Mounia Ben Aïssa

Dernière modification : 22/09/2012

Au terme d'une manifestation pacifique contre les milices armées vendredi à Benghazi, de violents affrontements ont opposé dans la nuit islamistes et manifestants. Au moins onze personnes sont mortes, dont six membres des forces de sécurité.

Les autorités libyennes ont pris samedi le contrôle de quartiers généraux et bases de milices armées à Benghazi, qui avaient été attaqués par des habitants lors de violences ayant fait au moins 11 morts et plus de 70 blessés.
              

Six membres des forces de sécurité figurent parmi les tués. "Vu la nature des blessures, c'est clair que les six personnes ont été exécutées", a indiqué un médecin sous couvert de l'anonymat.
              
Les violences ont débuté vendredi soir quand des centaines d'habitants de Benghazi, la deuxième ville de Libye, se sont soulevés contre les milices armées qui font la loi dans le pays depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, et pris le contrôle de plusieurs bases de ces milices.
              
Les protestataires, dont certains étaient armés, ont d'abord délogé une milice d'un bâtiment de la sécurité dans le centre-ville, avant d'entrer dans la nuit dans la caserne du principal groupe paramilitaire, la milice salafiste d'Ansar al-Charia, a constaté un journaliste de l'AFP.
              
Aux cris de "le sang des martyrs n'a pas été versé en vain", les manifestants, qui ont saccagé, pillé et incendié la caserne, ont réussi à déloger les miliciens.
              
Samedi, ces deux sites étaient occupés par les forces de sécurité régulières, selon une journaliste de l'AFP.
              
D'après des témoins, Ansar al-Charia (les partisans de la loi islamique) a également quitté sous la pression des manifestants l'hôpital al-Jala qu'elle contrôlait, et qui a été repris par la police militaire.
              
Les protestataires ont ensuite attaqué le quartier général de la brigade de Raf Allah al-Sahati, un groupe islamiste qui s'est placé sous l'autorité du ministère de la Défense. Sa base est située dans une ferme dans la région de Hawari, à 15 km du centre de Benghazi.
              
Les assaillants ont emporté armes, munitions et matériel informatique, et sont parvenus à faire fuir la brigade, après deux heures d'affrontements à l'arme légère et aux roquettes, a constaté une correspondante de l'AFP.
              
Mais Raf Allah al-Sahati a annoncé samedi sur sa page Facebook avoir repris le contrôle de son quartier général.
              
Au moins quatre autres installations publiques ont été désertées par des milices à l'arrivée des manifestants.
              
Au total, cinq personnes ont été tuées et plus de 70 blessées dans les affrontements, selon des sources médicales.     

Situation "très volatile"           

Ces heurts sont survenus après que des dizaines de milliers de Libyens eurent manifesté pacifiquement contre les milices armées, dix jours après l'attaque du consulat américain de Benghazi qui avait coûté la vie à l'ambassadeur des Etats-Unis Chris Stevens et trois autres Américains.
              
"La situation est très volatile. On ne sait pas quelle va être la réaction" des milices mais aussi des autorités et des familles des victimes, a déclaré à l'AFP le militant des droits de l'Homme Jalal al-Gallal.
              
Les autorités libyennes ont mis en garde dans la nuit contre le "chaos" et appelé les manifestants à faire la différence entre les brigades "illégitimes" et celles qui sont sous l'autorité de l'Etat.
              
Le président de l'Assemblée nationale, Mohamed al-Megaryef, s'est félicité de la réaction de la population contre les "brigades en dehors de la légitimité", tout en appelant les manifestants à se retirer immédiatement des locaux occupés par des brigades du ministère de la Défense, citant Raf Allah al-Sahati, la brigade du 17 février et Le bouclier de la Libye.
              
Le ministre de l'Intérieur, Fawzi Abdelali, a mis en cause de son côté des personnes "infiltrées parmi les manifestants". Certains de ces "infiltrés" font partie des services de sécurité, selon lui, et veulent le "chaos et la sédition".
              
"Les habitants de Benghazi ont fait en une journée ce que le gouvernement a échoué à faire durant des mois", s'est félicité en revanche une activiste sur Twitter.
              
Le nouveau pouvoir n'est pas parvenu à désarmer les groupes d'ex-rebelles ayant combattu le régime de Mouammar Kadhafi au cours de la révolution de 2011, bien que plusieurs d'entre eux aient intégré les ministères de la Défense et de l'Intérieur.
              
L'attaque contre le consulat américain, déclenchée lors d'une manifestation contre le film anti-islam produit aux Etats-Unis, a illustré l'incapacité des autorités à assurer la sécurité dans le pays ainsi que la montée en puissance de groupes islamistes radicaux.
              
La mobilisation des habitants de Benghazi, d'où était partie la révolte contre Kadhafi, "va peut être inciter l'Assemblée nationale à mettre en place les actions décisives contre les milices dont le pouvoir transitoire s'était abstenu", par manque de force militaire et peur des représailles, a estimé Jason Pack, spécialiste de la Libye.
 

AFP

Première publication : 22/09/2012

  • LIBYE

    Attaque anti-américaine de Benghazi : de larges zones d'ombre demeurent

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'ambassadeur américain en Libye tué dans une attaque à Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)