Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Combien le candidat Mitt Romney paie-t-il d'impôts ?

© AFP

Dernière modification : 22/09/2012

Accusé de manquer de transparence, le multimillionnaire et candidat républicain à la Maison-Blanche Mitt Romney a publié son avis d’impôts 2011, révélant qu'il a déclaré 13,7 millions de dollars de revenus au fisc américain.

Le candidat républicain à la Maison Blanche, le multimillionnaire Mitt Romney, a publié vendredi son avis d'impôts 2011, révélant un taux d'imposition de 14,1%, après plusieurs mois de polémique avec ses adversaires démocrates, qui critiquaient son manque de transparence.

13,7 millions de dollars de revenus en 2011

Mitt Romney et son épouse Ann ont fait don de 30 % de leurs revenus évalués à 13,7 millions de dollars en 2011 à des œuvres caritatives mais n'ont pas exigé la totalité des abattements fiscaux prévus.

La feuille de déclaration sur les revenus du candidat républicain montre qu'il a versé 1,9 million de dollars au fisc l'an passé.

(Reuters)

M. Romney n'avait publié jusqu'à présent que sa feuille d'impôts pour 2010 mais il avait promis le mois dernier de publier celle de 2011. Il a toutefois affirmé à plusieurs reprises qu'il ne diffuserait pas d'avis d'imposition antérieurs à 2010.

Son équipe de campagne a cependant précisé vendredi que l'ancien gouverneur du Massachusetts (nord-est) avait été imposé en moyenne à 20,2% sur la période 1990-2009 et que son taux d'imposition n'avait jamais été inférieur à 13,6% au cours de cette période.

Elle a également publié un bulletin de santé du candidat. Tous ces éléments sont consultables à l'adresse www.mittromney.com/disclosure.

M. Romney, un ancien entrepreneur dont la fortune personnelle est estimée à 250 millions de dollars selon la presse américaine, est fréquemment dépeint par le camp démocrate comme un millionnaire coupé des réalités.

Son adversaire démocrate à la présidentielle du 6 novembre, Barack Obama, avait regretté que le candidat républicain ne fasse pas preuve de plus de transparence, lui qui avait dévoilé en 2008 plus de dix ans de feuilles d'impôts.

"Mitt Romney a maintenant publié plus de 1.200 pages de ses déclarations d'impôts, donnant aux électeurs une vision très précise de ses finances", a souligné le sénateur républicain John McCain, adversaire malheureux de Barack Obama en 2008: "Il est temps de revenir aux sujets qui préoccupent les électeurs".

L'équipe du président Obama a toutefois estimé que la publication de cet avis d'imposition laissait encore des zones d'ombres sur la situation financière de M. Romney, notamment sur ses avoirs à l'étranger, et a une nouvelle fois appelé le candidat à révéler davantage de feuilles d'impôts.

"Si l'avis d'imposition dévoilé aujourd'hui continue à cacher l'étendue réelle de la richesse de Romney et les revenus qu'il tire de (son ancienne entreprise) Bain Capital (...) il confirme qu'il continue à obtenir des bénéfices de millions de dollars investis à l'étranger", a affirmé la directrice adjointe de la campagne démocrate, Stephanie Cutter.

"Pourquoi Mitt Romney ne publie-t-il pas toutes ses feuilles d'impôts, au lieu du simple résumé qu'il a produit pour les 20 dernières années, pour que les électeurs puissent se faire leur propre idée de (ses) finances?", s'est interrogée Mme Cutter.

Le candidat républicain a récemment traversé la pire des tempêtes depuis le début de sa campagne, avec la diffusion en début de semaine d'une vidéo dans laquelle il déclare qu'il n'a "pas à s'occuper" des 47% d'Américains "qui pensent qu'ils sont des victimes" et voteront quoi qu'il arrive le 6 novembre pour le président sortant Barack Obama.

AFP

Première publication : 22/09/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    La vidéo embarrassante qui pourrait coûter la présidentielle à Romney

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Barack Obama et Mitt Romney préparent leur trois face-à-face prévus en octobre

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Mitt Romney officiellement investi candidat républicain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)