Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

Culture

Au Louvre, les arts de l’Islam font de la politique

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 15/10/2012

Samedi, le musée du Louvre ouvrait au public son tout nouveau département des arts de l’Islam, la plus grande collection d’œuvres islamiques présentée en Europe avec près de 3 000 pièces exposées.

On connaissait le mystérieux sourire de la Joconde et l’impeccable beauté de la Pyramide. Désormais, le Louvre s’illustre aussi par sa collection des arts islamiques. Samedi 22 septembre, le plus grand musée du monde a ouvert au public les portes d'un nouveau département aux couleurs de l’Islam. Après être passé entre les mains de trois présidents de la République, ce projet a été inauguré mardi 18 septembre par François Hollande. Au passage, le Louvre dévoile une verrière aux allures de voilure, sa plus importante innovation architecturale depuis la construction de la Pyramide en 1989.

Au départ, il y avait le souhait d’exposer une riche collection des arts de l’Islam dont disposait le Louvre mais qui n’avait jusqu’à présent pas trouvé sa place. Mais le projet revêt également une motivation politique. Pour Sophie Makariou, la directrice du département, "redonner sa grandeur à l’Islam et ne pas le laisser aux djihadistes et à ceux qui le salissent est fondamental". Des mots qui résonnent dans l’actualité, alors qu’à quelques mètres du musée les forces de l’ordre étaient sur le qui-vive samedi à Paris, alertées par des appels à manifester contre la diffusion d’une vidéo anti-islam et des caricatures publiées par l’hebdomadaire "Charlie Hebdo".

Un brassage culturel et religieux

De l’Inde à l’Espagne en passant par l’Iran, les 3 000 pièces exposées (sur un total d’environ 18 000, les œuvres étant soumises à un système de rotation) ont toutes en commun l’alphabet arabe. Cependant, la collection, encadrée par la verrière de l'architecte Mario Bellini et les murs de béton noir pensés par Rudy Ricciotti, ne se limite pas aux arts religieux. Ici, l’Islam s’écrit avec un grand "i" et s’entend alors comme une civilisation, forte de plusieurs croyances et tendances.

L’exposition permanente montre une grande diversité, un brassage culturel et religieux qui retrace 1200 ans d’histoire. La collection est présentée chronologiquement et parcourt différentes zones géographiques. Un mur fleuri de céramique ottomane côtoie des poignards moghols au manche en tête de cheval. Plus loin, le "Lion de Monzon", statuette en bronze originaire d’Espagne, ouvre grand sa gueule, prêt à engloutir les idées reçues des visiteurs.

Tordre le cou aux clichés

Pour Houriya, Aïda et Huma, trois étudiantes en visite dans le musée, l’ouverture de ce nouveau département est une forme de reconnaissance. "Grâce au Louvre, on redécouvre la richesse de l’art islamique. Tant de clichés circulent sur l’Islam. C’est comme si les gens mettaient un voile sur la religion." Un voile, elles en portent chacune un. Pour elles, c’est un choix. "Intégriste, islamiste, salafiste... On n’entend plus que ça, des mots avec des suffixes en iste !", s’indignent-elles.

La représentation de l’Islam en France est devenue un sujet politique et la direction du département d’arts a pris un parti clair : celui de montrer la complexité de la civilisation islamique. En sillonnant les allées du musée, des porcelaines affichant des personnages souriants remettent en cause l'idée reçue selon laquelle la représentation des visages est interdite par le Coran. Plus loin, des coupes à vin datant du XVe siècle laissent, elles aussi, certains visiteurs perplexes. À cette époque, l’alcool était considéré par les adeptes du soufisme comme un moyen d’accéder à l’extase divine.

Initié par Jacques Chirac, le projet aura mis huit ans à voir le jour et coûté près de 100 millions d’euros. Plus de la moitié du financement provient de contributions extérieures, dont celles du roi Mohammed VI du Maroc, de l'émir du Koweït, du sultanat d'Oman ou encore de la république d'Azerbaïdjan.

Première publication : 23/09/2012

  • ART

    Le Louvre préempte un buste de Bouchardon adjugé pour 3,75 millions d'euros

    En savoir plus

  • JAPON

    Le musée du Louvre s'invite à Fukushima

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Louvre fait appel au mécénat individuel pour préserver des trésors égyptiens

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)