Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

  • En direct : "Ayons le courage d'agir, de gouverner dans la durée", dit Valls

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI à Amerli

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

Afrique

Accord entre Bamako et la Cédéao sur un déploiement de troupes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/09/2012

Le gouvernement de transition malien a accepté que les forces combattantes de la Cédéao se déploient dans le pays, en vue de reconquérir le nord du pays, occupé depuis cinq mois par des groupes islamistes armés.

AFP - Le Mali et la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont trouvé un "accord" sur les conditions de déploiement d'une force africaine au Mali, avec un QG à Bamako, ont déclaré les ministres malien et ivoirien de la Défense à l'AFP et RFI dans la capitale malienne dimanche.

"Il faut saluer l'accord que nous venons d'obtenir avec nos frères maliens. Aujourd'hui, on peut dire que le Mali et la Cédéao sont en phase pour des opérations de troupes sur le territoire malien", a déclaré le ministre ivoirien de la Défense, Paul Koffi Koffi au côté de son homologue malien, Yamoussa Camara, qui l'a confirmé.

Paul Koffi Koffi venait d'être reçu par le président malien Dioncounda Traoré, en compagnie du ministre ivoirien de l'Intégration africaine, Ally Coulibaly.

"Quand on parle de troupes, ce sont des troupes de la Cédéao, et non étrangères. Et là, le Mali est d'accord", a ajouté le ministre ivoirien de la Défense.

A la question de savoir si cet accord autorisait le déploiement de troupes sur tout le territoire "y compris Bamako", il a répondu: "tout force qui se déploie a besoin d'avoir une base. Et tout le monde est d'accord".

Le ministre malien de la Défense, Yamoussa Camara, a ensuite confirmé que "le Mali est actuellement en phase avec la Cédéao, après quelques clarifications". Il a ensuite précisé que "bien entendu, le quartier général (des forces de la Cédéao) sera à Bamako".

Début septembre, Dioncounda Traoré avait officiellement demandé son aide à la Cédéao, alors que le Nord du pays est contrôlé depuis près de six mois par des groupes islamistes armes proches d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui y ont imposé la charia (loi islamique).

Mais le président malien s'était notamment montré opposé au déploiement de "forces militaires combattantes" à Bamako même, et la Cédéao avait demandé au Mali de revoir sa position.

"Il fallait harmoniser les positions. Cette visite rapide a été utile", a déclaré de son côté à l'AFP une source proche de la présidence malienne, selon laquelle une mission de la Cédeao est très rapidement attendue à Bamako, "pour mettre au propre" ce qui a été accepté par toutes les parties.

La Cédéao, qui prépare depuis plusieurs mois le déploiement de 3.300 soldats au Mali, attend de se mettre d'accord avec le Mali pour transmettre à l'Union africaine (UA) un projet de résolution qui devrait, ensuite, être examiné par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Samedi soir, Yamoussa Camara avait rencontré à Abidjan le président Alassane Ouattara, président en exercice de la Cédéao, à qui il avait remis un message du président malien.

M. Camara avait alors assuré que le déploiement de forces ouest-africaines à Bamako était possible à condition qu'il se déroule avec "discrétion" pour ne pas choquer la population.

Dans un message à la Nation, vendredi soir, le président malien avait souhaité une libération du Nord par "la négociation ou par la force".

Il avait appelé les groupes armés à entamer des "négociations sincères", tout en disant: "Puisque nous la préparons, nous ferons la guerre s'il ne nous reste plus d'autre choix".

Dans la foulée du coup d'Etat militaire du 22 mars qui avait renversé le président Amadou Toumani Touré, tout le Nord du Mali était passé, en avril, sous le contrôle des islamistes armés de la branche maghrébine d'Al-Qaïda et des groupes Ansar Dine et Mujao.

Première publication : 23/09/2012

  • MALI

    Amnesty international dénonce les amputations "au nom de la charia"

    En savoir plus

  • MALI

    Aqmi menace de tuer les otages français en cas d'intervention au Nord-Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Le Mali demande le soutien militaire de la Cédéao pour libérer le nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)