Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FRANCE

Au moins neuf morts, dont quatre Français, dans une avalanche au Népal

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Dernière modification : 24/09/2012

Une avalanche survenue dimanche au sommet himalayen du Manaslu a provoqué la mort d'au moins neuf personnes, dont quatre Français. Alors que deux alpinistes français et un Canadien sont toujours portés disparus, les recherches ont été suspendues.

Au Népal, une avalanche au mont Manaslu (8 156 mètres) survenue dimanche 23 septembre a provoqué la mort d'au moins neuf personnes, dont quatre Français, et il y a peu de chances de retrouver des survivants. Les victimes faisaient partie d'un groupe d'alpinistes sur le point d'atteindre le sommet de ce mont parmi les plus dangereux du monde, lorsque leur camp de base a été frappé par un mur de neige et de glace, dimanche à l'aube.

Les précisions de Constantin Simon, envoyé spécial de FRANCE 24

"La plupart des personnes ayant trouvé la mort sont françaises", a indiqué dimanche le sherpa Ang Tshering, vice-président de l'Association des alpinistes du Népal, après s'être entretenu par téléphone satellitaire avec des membres de l'expédition au camp de base N°3 de l'expédition, situé à 7 000 mètres d'altitude. "Parmi les morts figurent en outre un ou deux Espagnols, un Italien, un Népalais et un Allemand", a-t-il précisé.

"Il n'y a plus d'espoir de retrouver les disparus"

"Les secours ont été freinés par le mauvais temps", a déclaré à l'AFP lundi matin le porte-parole du ministère du Tourisme Gyanendra Shrestha. Cinq nouvelles personnes, quatre Français et un Suisse, ont toutefois été retrouvé lundi 24 septembre au matin, précise Sébastien Farcis, le correspondant RFI pour FRANCE 24  à Bombay en Inde.

Trois alpinistes sont toujours portés, selon les autorités. Les recherches pour retrouver des survivants ont été "suspendues" lundi dans la matinée et il n'y a "plus d'espoir de retrouver des disparus", a annoncé le vice-président du Syndicat national de guides de haute montagne (SNGM), Christian Trommsdorff. "Les recherches ont été arrêtées pour aujourd'hui et elles pourraient l'être définitivement, selon des informations remontées du camp de base par les guides, car on considère qu'il n'y a plus d'espoir de retrouver les disparus", a-t-il déclaré lors d'un point de presse à Chamonix, ajoutant: "Ils ont fait ce qu'ils ont pu". "L'avalanche s'est produite sur une zone de crevasses et il est possible que les corps soient impossibles à retrouver", a-t-il encore précisé.

"Ce drame touche durement notre profession, c'est le bilan le plus lourd enregistré depuis l'accident d'avalanche du Kang Guru en 2005 au Népal", souligne dans un communiqué le Syndicat national des guides de montagne. Sept Français et onze accompagnateurs népalais avaient trouvé la mort.

Un cardiologue canadien, Dominique Ouimet, dont les proches sont sans nouvelles, pourrait faire partie des disparus. Alpiniste chevronné, il s'était lancé à l'assaut du Manaslu afin de lever des fonds pour un hôpital au nord de Montréal.

"Tout à coup, il a fait nuit noire"

Selon l'un des survivants italiens, un sérac s'est détaché du flanc de la montagne à environ 7 400 m et aurait provoqué, en tombant, une avalanche qui s'est abattue sur le camp de base n°3. À ce moment-là, tous les alpinistes dormaient dans les tentes avec les sherpas et ont été frappés de plein fouet par l'énorme masse de neige et de glace, a déclaré l'alpiniste à l'agence Ansa. "Tout à coup, il a fait nuit noire", a raconté un survivant de nationalité allemande, Andreas Reiter, 26 ans. "J'ai compris que nous devions être sous une avalanche. J'ai vu un membre de l'équipe mourir", a-t-il dit depuis son lit d'hôpital à Katmandou, cité par le "Himalayan Times".

Le Népal compte huit des 14 plus hauts sommets du monde (plus de 8 000 mètres), dont le plus élevé de tous, l'Everest. L'Himalaya attire chaque année des milliers d'alpinistes, surtout au printemps mais également fin septembre et en octobre, après la mousson.

Le pire accident de montagne qu'ait connu ce pays remonte à 1995, lorsqu'une gigantesque avalanche avait frappé le camp d'un groupe de Japonais dans la région de l'Everest, faisant 42 morts.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 23/09/2012

  • NEPAL

    Trois alpinistes meurent en redescendant l'Everest

    En savoir plus

  • NÉPAL

    Onze morts dans un accident d'avion dans le nord du Népal

    En savoir plus

  • NÉPAL

    Les inondations au Népal font 60 victimes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)