Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Afrique

Morsi fait la leçon aux États-Unis

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 25/09/2012

Attendu aux États-Unis pour participer à sa première Assemblée générale de l'ONU qui s'ouvre ce lundi, le président égyptien Mohamed Morsi est revenu sur ses liens avec les États-Unis, au cours d'un entretien qu'il a accordé au "New York Times".

 

Mohamed Morsi souhaitait "se présenter aux Américains". Les propos qu'il tient sur les relations entre l'Égypte et les États-Unis, dans l'entretien qu'il a accordé au "New York Times" paru samedi 22 septembre, pourraient lui valoir un accueil réservé de la part peuple américain.

Si le président égyptien dit être à Washington "pour réparer les relations avec les États-Unis et revitaliser l’alliance avec son pays, qui est, selon lui, la pierre angulaire de la stabilité régionale", il ne se prive pas de dispenser quelques leçons aux Américains. Dans les lignes du quotidien New Yorkais, l'homme politique proche des Frères musulmans estime que les États-Unis "devraient changer fondamentalement leur approche du monde arabe en montrant un plus grand respect pour ses valeurs, et aider à construire un État palestinien s’ils veulent surmonter des décennies de colère refoulée."

Des relations rafraîchies

Selon Didier Billion, directeur des études de l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris),  le président égyptien que l’on croyait incompétent et sans charisme, se révèle être un très fin tacticien. "En rappelant la nécessité de la construction d’un État palestinien, Mohamed Morsi met le doigt où ça fait mal en rappelant l’échec cuisant de la politique d’Obama au Moyen-Orient et satisfait, par la même, l’opinion égyptienne de culture traditionnellement antiaméricaine", analyse le spécialiste, joint au téléphone par FRANCE 24.

Sécurité renforcée devant l'ambassade de France au Caire
À la question "considérez-vous l’Égypte comme un allié des États-Unis ?", le président égyptien se fait évasif et répond, dans un sourire : "Cela dépend de votre définition d'un allié". Le chef d'État a toutefois estimé que les deux pays étaient de "vrais amis". Une réponse adressée à Barack Obama, qui, quelques jours plus tôt, avait déclaré au cours d’une interview que les États-Unis ne considéraient pas les Égyptiens comme "des alliés", ni "comme des ennemis".

Les relations entre l'Égypte et les États-Unis, délicates depuis la chute du dictateur Hosni Moubarak, se sont compliquées avec la diffusion sur Internet d'extraits d'un film islamophobe, produit aux États-Unis. "On ne peut pas dire que les relations entre le Caire et Washington soient aujourd’hui tendues mais elles sont difficiles", confie à FRANCE 24 Henry Laurens, professeur au collège de France, titulaire de la chaire d’histoire contemporaine du monde arabe.

Des intérêts à conserver

Le dirigeant égyptien, attendu à New York pour l'Assemblée générale de l'ONU, a souhaité, en outre, profiter de l’occasion pour rencontrer le président Obama à la Maison Blanche. À Washington, on a poliment décliné l’invitation en prétextant un problème d’emploi du temps. Rien de dramatique cependant, selon Didier Billion. "Si les relations sont moins fluides qu’avant entre l’Égypte et les États-Unis, les présidents des deux pays respectifs connaissent néanmoins très bien les limites à ne pas dépasser, assure le chercheur. D’ailleurs, ils sont obligés de maintenir de bonnes relations pour leurs propres intérêts."

Le président "frériste" sait qu’il doit ménager les États-Unis. L'Égypte est, après Israël, le plus important bénéficiaire de l'aide américaine. Des négociations sont d’ailleurs en cours pour que Washington allège la dette égyptienne d’un montant d'un milliard de dollars. De son côté, Washington a besoin d’entretenir de bonnes relations avec Le Caire, qui reste une place stratégique, incontournable dans le monde arabe.

Rassurer l’opinion publique égyptienne

En tant que premier président élu démocratiquement dans son pays, et en tant qu'islamiste, le président égyptien entend donner des gages à sa population et incarner la rupture avec l'ère Moubarak. Dans son entretien avec le journal américain, Morsi rappelle que les États-Unis ne doivent pas s’attendre à ce que l’Égypte vive sous les propres règles de Washington, comme c’était le cas sous le régime Moubarak.
Saied Lawendi, expert au Centre d'études politiques et stratégiques d’Al-Ahram interrogé par FRANCE 24, explique les récentes déclarations du président égyptien par sa volonté de plaire aux Frères musulmans. En partie, mais pas seulement, modère Didier Billion : "Il s’agit aussi de plaire à l’opinion publique égyptienne en montrant qu’il n’est pas l’homme des Américains, le petit doigt sur la couture du pantalon, comme pouvait l’être Hosni Moubarak."

Depuis son élection, le président égyptien se démène pour diversifier ses appuis diplomatiques et économiques. Mohamed Morsi a été élu pour redresser le pays d’une économie exsangue. Après s’être rendu à Pékin, le 28 août, pour sa première visite officielle en dehors du Moyen-Orient, le président égyptien s’intéresserait de près à l’Arabie saoudite et à l’Iran. Une façon de contrebalancer la dépendance qu’engendre l’aide américaine. Taper sur Washington, alors qu’une vague d’antiaméricanisme déferle sur le nord de l’Afrique et au Moyen-Orient, pourrait s’avérer utile pour décrocher de nouveaux partenariats arabes.

 

Première publication : 24/09/2012

  • ÉGYPTE

    Le président Morsi annonce la formation d'un "quartet" de médiateurs pour la Syrie

    En savoir plus

  • ÉGYPTE - IRAN

    Morsi à Téhéran : un rabibochage à "hauts risques" pour Le Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Mohamed Morsi s'affranchit de la tutelle des militaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)