Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

Economie

Le débat sur les exilés fiscaux divise les Suisses

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/09/2012

Les Suisses se sont montrés partagés dimanche sur l'abolition des avantages fiscaux pour les riches exilés étrangers. Tandis que Bâle a approuvé la mesure, le canton de Berne - où résident Johnny Hallyday ou encore Roman Polanski - l'a rejetée.

Dimanche 23 septembre, plusieurs cantons suisses étaient appelés aux urnes dans le cadre d’un référendum sur les forfaits fiscaux. En vigueur depuis les années 1990 et particulièrement avantageux pour les riches étrangers, le forfait fiscal est un système d’imposition qui ne prend pas en compte les revenus réels du foyer mais son train de vie et ses dépenses. En 2012, près de 5 500 étrangers en bénéficiaient, parmi lesquels Johnny Hallyday ou encore Roman Polanski.

En Suisse, les mesures fiscales s’appliquent localement, canton par canton. Pas d’inquiétude, donc, pour la star française et le réalisateur franco-polonais puisque les électeurs du canton de Berne, où sont domiciliés les deux intéressés, ont rejeté en masse (66,5 %) l’abolition du forfait fiscal. La contre-proposition, prévoyant simplement de durcir les conditions d’accès aux avantages fiscaux, a été, en revanche, adoptée par plus de 50 % des citoyens de ce canton. Il faudra désormais justifier d’un revenu annuel d’au moins 400 000 francs suisses (330 000 euros) pour y prétendre.

À l’inverse, dans la région de Bâle-Campagne, le référendum a été approuvé, portant à cinq le nombre de cantons ayant aboli le forfait fiscal. Le canton de Zurich, qui a supprimé cet avantage en 2009, a perdu près de la moitié de ses millionnaires étrangers. Ce départ s’est soldé par une baisse de 12,2 millions de francs suisses des recettes fiscales en 2011.

FRANCE 24 avec dépêches
 

Première publication : 24/09/2012

  • FRANCE

    Les finances rock’n roll de Johnny Hallyday

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le milliardaire Bernard Arnault sollicite la double nationalité franco-belge

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Le Royaume-Uni peut-il séduire les entrepreneurs français?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)