Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez.... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

asie

Archipel Senkaku-Diaoyu : Taïwan veut elle aussi "défendre l’honneur chinois"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 25/09/2012

Une flottille taïwanaise a tenté, mardi, de s'approcher des îles Senkaku-Diaoyu que se disputent Tokyo et Pékin. Pour Valérie Niquet, spécialiste de l’Asie, Taipei, qui revendique également l’archipel, cherche à défendre l’honneur chinois.

Mais quelle mouche a donc piqué l’île de Taïwan ? Mardi 25 septembre, une quarantaine de bateaux de pêche taïwanais, escortés par huit bâtiments des gardes-côtes, sont entrés dans les eaux territoriales japonaises pour tenter de s’approcher des îles Senkaku-Diaoyu, l’archipel de la discorde déjà à l’origine d’une crise diplomatique majeure entre la Chine et le Japon.

Pour repousser les assaillants et les obliger à rebrousser chemin, les gardes-côtes japonais ont dû faire usage de canons à eau. Un combat naval qui aura duré plusieurs heures, les gardes-côtes taïwanais ayant répliqué.

Tout comme Pékin et Tokyo, Taipei revendique la souveraineté de ces îles, situées à 200 km au nord-est de Taïwan et à 400 km à l'ouest d'Okinawa, au Japon. La patrie de Chiang Kaï Shek estime, en effet, qu'historiquement la Chine a hérité des îles Senkaku-Diaoyu et qu’elle peut donc prétendre y asseoir légitimement son autorité. "Taipei s’est toujours présentée comme autorité chinoise légitime. Elle ne reconnaît pas l’autorité de Pékin. Il lui semble donc tout naturel de se positionner comme le propriétaire légale de ces îlots - qu’elle revendique depuis 1971", développe Valérie Niquet, responsable du pôle Asie à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). "Pourquoi maintenant ? Taïwan veut sûrement montrer que Pékin n’est pas le seul à pouvoir défendre l’honneur chinois dans ce dossier. Taïwan marque à son tour son territoire", ajoute-t-elle.

Deux ennemis historiques ligués contre le Japon

Ironie de cette incursion navale, les deux ennemis historiques semblent s’être alliés momentanément pour mettre une pression commune sur le Japon. Pourtant, jusqu’ici, les rapports entre le Japon et Taïwan avaient toujours été assez cordiaux. C’est donc non sans surprise que Tokyo a accueilli cette démonstration de force. "Nous avons déposé une protestation auprès de Taïwan", a annoncé Osamu Fujimura, le secrétaire général du gouvernement nippon, dans une conférence de presse. "Notre position est qu'il s'agit d'un problème qui doit être résolu dans un contexte de bonnes relations bilatérales entre le Japon et Taïwan. Nous voudrions régler le problème calmement", a-t-il ajouté.

"Le Japon va tout faire pour désamorcer le conflit, il est aujourd’hui en difficulté", poursuit la spécialiste. Les autorités japonaises déjà aux prises avec les manifestations anti-nipponnes qui secouent les grandes villes chinoises ne peuvent se permettre de se fâcher avec Taipei. Et à quelques mois des élections législatives, Tokyo ne peut pas non plus apparaître en position de faiblesse dans ce conflit.

Les relations sino-japonaises se sont considérablement dégradées depuis que le Japon a annoncé, lundi 10 septembre, qu'il avait l'intention d'acheter ce groupe d'îles inhabitées.

Première publication : 25/09/2012

  • CHINE-JAPON

    Le chef du Pentagone cherche à désamorcer les tensions sino-japonaises

    En savoir plus

  • JAPON - CHINE

    Six navires chinois pénètrent dans les eaux japonaises

    En savoir plus

  • CHINE-JAPON

    Manifestations en Chine contre le débarquement japonais sur les îles Senkaku

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)