Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Economie

"Bug" Facebook : les Finlandais sont déjà passés par là

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/09/2012

En France, une rumeur selon laquelle des messages privés seraient devenus publics après un bug sur Facebook provoque une polémique. Le même scénario s'était produit fin 2011 en Finlande. Mais les explications du réseau social avaient calmé la fronde.

Plus de neuf mois de retard. Médias et internautes français se sont émus, lundi 24 septembre, d’un prétendu “bug” sur Facebook qui, subitement, aurait rendu public sur leur “timeline” des anciens messages privés. Un sérieux couac - s'il s'avère réel - qui a même poussé les ministres du Redressement productif Arnaud Montebourg et de l’Économie numérique Fleur Pellerin à demander, lundi, des comptes à Facebook France.

Peu satisfait des réponses du géant des réseaux sociaux, qui a assuré que “les messages en question étaient des anciennes publications, visibles précédemment sur leur profil”, ils ont chargé, mardi, la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) de mener l’enquête.

Cet emballement à tous les étages intervient neuf mois

après un épisode similaire en Finlande. En décembre 2011, Kari Haakana, responsable de la division Internet de l’Yle (la société publique finlandaise de radiodiffusion) lance un avertissement alarmiste sur son compte Facebook : certains messages privés, datant d’avant 2009 pouvaient dorénavant être vus par tous sur la "timeline", la nouvelle mouture de la page "profil" qui venait d'être déployé par Facebook une semaine auparavant. Le même scénario, en somme, que celui que viennent de vivre les internautes français.

L’annonce avait alors fait, en Finlande, l’effet d’une mini-bombe numérique. Tout comme en France depuis lundi, des internautes s'étaient mis à éplucher leur "timeline". "Certaines personnes ont eu tellement peur de voir leur petits secrets exposés au grand jour qu’ils ont même effacé leur compte Facebook", rapportait, le 20 décembre 2011, le Helsingin Sanomat, principal quotidien finlandais.

Problème de compréhension

Le réseau social américain n’avait, à l’époque, pas tardé à réagir dans les mêmes termes ou presque qu’en France aujourd'hui. Les messages en cause auraient toujours été publics et "si les utilisateurs avaient remonté le fil de leur profil avant l’introduction de la 'timeline' jusqu’à ces anciens messages, ils s’en seraient rendus compte", avait affirmé le représentant finlandais de Facebook Jan Fredriksson au Helsingin Sanomat.

Une mise au point qui avait largement contribué à calmer la fronde finlandaise. "Il y a eu quelques craintes mais la polémique est vite retombée lorsqu’on s’est rendu compte qu’il s’agissait probablement d’une incompréhension de comment fonctionne la 'timeline'", se rappelle Tapani Tarvainen, l’un de représentants finlandais de l’association pour un Internet libre, Electronic Frontier Finland, contacté par FRANCE 24. Même Kari Haakana a ensuite reconnu qu’il avait pu se tromper, et n’avait “vu aucune preuve tangible d’un message privé devenu public depuis la mise en place de la 'timeline'”. L’épisode, pour lui, dénotait cependant d’un problème de clarté sur Facebook : pas facile de distinguer le public du privé.

“En tout cas, le gouvernement finlandais ne s’est jamais emparé de cette affaire”, note ce spécialiste finlandais de l’Internet. Contactée par FRANCE 24, la Cnil a confirmé qu’elle envisage la possibilité d’un bug et qu’elle attend les explications de Facebook France dans la journée de mardi. Les représentants hexagonaux du géant américain pourraient être tentés de ressortir l'épisode finlandais de leur "timeline" pour se défendre.

Première publication : 25/09/2012

  • TECHNOLOGIES

    Bug Facebook : le gouvernement français demande des comptes

    En savoir plus

  • MARCHÉS

    Trois mois après son entrée en Bourse, Facebook perd près de la moitié de sa valeur

    En savoir plus

  • INTERNET

    Facebook provoque la colère de ses utilisateurs en changeant leur adresse e-mail

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)