Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mexique: le cimetière des journalistes

En savoir plus

DÉBAT

Changement climatique : le pari ambitieux de Barack Obama

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Plan climat : Barack Obama va au charbon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Gabon : turbulences avec Paris

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Porto Rico en défaut de paiement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le défenseur des droits de l'homme burundais Pierre-Claver Mbonimpa blessé par balles

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: le spectre de l'escalade

En savoir plus

DÉBAT

Raids turcs en Irak et en Syrie : l'offensive contre l'EI et le PKK s'intensifie (Partie 2)

En savoir plus

FRANCE

Harkis : le mea culpa du gouvernement français

© Aude Mazoué/FRANCE 24

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 25/09/2012

À l'occasion de la journée d'hommage aux harkis, 50 ans après les accords d'Évian, François Hollande a adressé un message aux anciens supplétifs de l'armée française en Algérie, reconnaissant le fait que la France les avait abandonnés. Reportage.

"Il y a 50 ans la France a abandonné ses propres soldats […]. Les harkis sont les oubliés de cette histoire. Au-delà des désaccords, au-delà des confrontations, au-delà de la guerre elle-même, l’oubli est pire que tout", assène Kader Arif, ministre délégué, chargé des Anciens combattants, dans la cour d’honneur des Invalides.

À l’occasion de la cérémonie d’hommage rendue aux harkis - les anciens supplétifs de l’armée française en Algérie - ce mardi à Paris, le ministre délégué a prononcé un message que François Hollande, en déplacement à New York pour l’Assemblée générale de l’ONU, a souhaité leur adresser. "La mémoire des harkis est une mémoire vivante et souffrante, elle impose à la France un retour sur elle-même et sur son histoire. En cette journée nationale dédiée au souvenir, il importe que la vérité soit dite, que les leçons en soient retenues et que les conclusions en soient tirées."

Honneur au drapeau, revue des troupes, Sonnerie aux Morts, minute de silence et Marseillaise se sont succédés au cours de la cérémonie. Parmi les personnes présentes, des harkis et familles de harkis ont pris part à l’hommage au milieu des représentants associatifs, de militaires et de membres du gouvernement. Certains ministres, à l’instar de Stéphane Le Foll, Marisol Touraine, Dominique Bertinotti et Hélène Conway, ont tenu à être présents pour, disent-ils, montrer "l’importance qu’attache à la question des harkis l’ensemble des membres du gouvernement sous la responsabilité du Premier ministre".



"Devoir de mémoire de la France"


À la fin de la cérémonie, sous une fine pluie, les invités sont repartis un à un, satisfaits de l’hommage rendu. Sarah, invitée à la cérémonie, quitte les Invalides le sourire aux lèvres. Pas question, pour la jeune femme, de manquer l’événement. "Depuis que l’hommage aux harkis existe [en 2001, NDLR], je me rends tous les ans à la cérémonie. En tant que fille de harki, c’est important pour moi de participer à cet hommage pour honorer la mémoire de tous ces combattants et aussi parce que j’aime la France." Jean n’a pas non plus manqué l’appel. "Je ne suis pas harki mais j’ai fait la guerre d’Algérie comme simple appelé et, pour moi, participer à la cérémonie fait partie du devoir de mémoire de la France."

Au lendemain des accords d'Évian du 18 mars 1962, plus de 75 000 harkis, selon les historiens, ont été abandonnés en Algérie et victimes de sanglantes représailles. Les quelque 60 000 d'entre eux qui ont été admis en France par la suite ont été parqués dans des camps de fortune dans le sud du pays. Cinquante ans après les accords d'Évian, François Hollande a affirmé par la voix de son ministre que "la France se grandit toujours lorsqu'elle reconnaît ses fautes".

Le président avait promis, pendant sa campagne, une loi visant à "reconnaître publiquement les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil des familles transférées dans des camps en France". Il avait par ailleurs affirmé son intention "d'assurer aux harkis et à leurs descendants la reconnaissance de la République". Kader Arif a rappelé la responsabilité coupable de la France, comme Nicolas Sarkozy l’avait fait pendant son mandat, mais aucune mesure concrète n’a pour autant été annoncée.

Première publication : 25/09/2012

  • FRANCE

    Sarkozy reconnaît la responsabilité de la France dans l'abandon des harkis

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    "Les revendications des pieds-noirs et des harkis n’ont pas changé depuis 2005"

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Cinquante ans après, souvenirs d'une Française restée en Algérie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)