Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

2014-10-18 14:45-

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

Asie - pacifique

Des pêcheurs taïwanais s'invitent dans la crise sino-japonaise

© AFP

Dernière modification : 25/09/2012

Dissuadés par des canons à eau de garde-côtes japonais, des dizaines de bateaux de pêche taïwanais ont renoncé, mardi, à naviguer au large des îles Senkaku-Diaoyu que se disputent Tokyo et Pékin. Ils revendiquaient le droit de pêcher dans cette zone.

Des navires des garde-côtes japonais ont fait usage de canons à eau, mardi, pour obliger une quarantaine de bateaux de pêche taïwanais à rebrousser chemin alors qu'ils se trouvaient dans les eaux entourant les îles Senkaku-Diaoyu que se disputent Tokyo et Pékin.

Les bateaux de pêche, accompagnés par huit bâtiments des garde-côtes de leur pays, avaient annoncé avoir l'intention de naviguer autour des îles afin d'afficher leur droit de pêcher dans cette région.

Selon les médias japonais, une centaine de bateaux taïwanais se trouveraient dans cette région maritime.



Le secrétaire général du cabinet nippon, Osamu Fujimura, a expliqué que les garde-côtes avaient utilisé des canons à eau et d'autres moyens pour obliger les navires taïwanais à changer de direction.

"Nous avons déposé une protestation auprès de Taïwan", a annoncé Fujimura dans une conférence de presse. "Notre position est qu'il s'agit d'un problème qui doit être résolu dans un contexte de bonnes relations bilatérales entre le Japon et Taïwan. Nous voudrions régler le problème calmement", a-t-il ajouté.

Les garde-côtes japonais ont précisé que les bateaux de pêche avaient quitté la zone considérée comme faisant partie des eaux territoriales des îles.

La chaîne de télévision NHK a montré des images de l'intervention japonaise et de la réaction des garde-côtes taïwanais qui ont répliqué en lançant eux aussi de l'eau.

De son côté, le ministère chinois de l'Agriculture a indiqué que près de 200 bateaux de pêche chinois croisaient dans cette zone, sans préciser à quelle distance des îles ils se trouvaient.

Les relations sino-japonaises se sont dégradées depuis que le Japon a annoncé qu'il avait acheté ce groupe d'îles inhabitées dans la mer de Chine orientale que Pékin considère comme partie de son territoire.

Le vice-ministre japonais des Affaires étrangères, Chikao Kawai, se trouve à Pékin pour rencontrer son homologue chinois afin d'apaiser les tensions.

La présence de bateaux en provenance de Taïwan vient compliquer la situation qui a pris un tour à caractère nationaliste avec des manifestations antijaponaises dans plusieurs grandes villes chinoises.

Taïwan entretient des liens amicaux avec le Japon mais les deux Etats ont souvent eu maille à partir à propos des droits de pêche dans la région.

Taïpei estime, pour sa part, qu'historiquement la Chine a hérité des îles Senkaku-Diaoyu et qu'il peut donc en revendiquer la propriété.

Ces tensions arrivent à un mauvais moment tant pour les autorités chinoises que pour les autorités japonaises.

Le Premier ministre japonais, Yoshihiko Noda, va devoir affronter des élections législatives dans quelques mois et ne peut pas apparaître en position de faiblesse dans ce conflit.

Le Parti communiste chinois est, lui, engagé dans la succession du président Hu Jintao qui devrait quitter ses fonctions lors du XVIIIe Congrès du PCC qui pourrait débuter dès le mois prochain.

Reuters

Première publication : 25/09/2012

  • CHINE-JAPON

    Le chef du Pentagone cherche à désamorcer les tensions sino-japonaises

    En savoir plus

  • JAPON - CHINE

    Six navires chinois pénètrent dans les eaux japonaises

    En savoir plus

  • JAPON - CHINE

    Tokyo envisagerait d'acheter un archipel revendiqué par Pékin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)