Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

Amériques

À l’ONU, Barack Obama se montre intransigeant envers les extrêmistes

Dernière modification : 25/09/2012

Lors de la 67ème Assemblée générale de l’ONU, Barack Obama a qualifié mardi l'assaut contre le consulat des États-Unis à Benghazi d'"attaque contre l'Amérique". Il a longuement rendu hommage à l’ambassadeur américain décédé en Libye.

Le président des États-Unis Barack Obama a dénoncé mardi devant l'Assemblée générale de l'ONU "une attaque contre l'Amérique" en évoquant l’assaut contre le consulat américain à Benghazi, en Libye, qui a coûté la vie à l'ambassadeur américain Chris Stevens, le 11 septembre dernier.

"Chris Stevens incarnait ce que l’Amérique avait de meilleur", a déclaré le président américain, rendant un vibrant hommage au diplomate. "Nous traquerons sans relâche les assassins et les traduirons en justice", a-t-il poursuivi. Il a également estimé que le film islamophobe, "l’Innocence des musulmans", à l'origine de manifestations meurtrières dans le monde musulman était une "insulte visant non seulement les musulmans mais aussi l'Amérique", mais qu'il ne justifiait aucune violence. Défendant le droit à la liberté d’expression, il a ajouté : "Ici aux États-Unis, un nombre infini de publications constituent des offenses. Comme moi, la majorité des Américains sont chrétiens, et cependant nous n'interdisons pas le blasphème contre nos croyances les plus sacrées".



Politique de main tendue

Par ailleurs, Barack Obama s’est attaché à démontrer le fait que les États-Unis étaient aux côtés des révolutionnaires du monde arabe, qualifiant le Printemps arabe de "progrès".

"Les évènements des deux dernières semaines montrent qu'il nous faut honnêtement dissiper les tensions entre l'Occident et le monde arabe qui avance vers la démocratie", a-t-il poursuivi.

"On peut faire un parallèle entre ce discours et le discours du Caire qu’il avait prononcé au début de son mandat, au cours duquel il tendait la main au monde arabo-musulman", analyse Virginie Herz, spécialiste des questions internationales à FRANCE 24.

Ces paroles d’apaisement ont néanmoins été suivies par un appel à la fermeté envers les extrémismes. Il est temps d'isoler ceux qui prônent la haine de l'Amérique, d'Israël ou de l'Occident, a ainsi déclaré Barack Obama.



L’Iran et le "dictateur de Damas"

Le président américain a, par ailleurs, abordé la question syrienne. "Nous déclarons de nouveau que le régime de Bachar al-Assad doit prendre fin de sorte que puissent cesser les souffrances du peuple syrien et que se lève une aube nouvelle", a-t-il clamé, accusant l'Iran de soutenir le "dictateur" de Damas.

"De même qu'il restreint les droits de son propre peuple, le gouvernement iranien soutient un dictateur à Damas et des groupes terroristes à l'étranger", a-t-il ajouté à la tribune de la 67e Assemblée générale des Nations unies.


FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 25/09/2012

  • DIPLOMATIE

    A l'ONU, Lakhdar Brahimi déplore "l'impasse" en Syrie

    En savoir plus

  • LIBYE

    Attaque anti-américaine de Benghazi : de larges zones d'ombre demeurent

    En savoir plus

  • SYRIE

    Un rapport de l'ONU accable le régime de Bachar al-Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)