Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Afrique

Biens mal acquis : la Guinée Équatoriale attaque la France en justice

© FRANCE 24

Dernière modification : 26/09/2012

Malabo a saisi, mardi, la Cour internationale de justice "afin d'interdire toute ingérence de la France dans les affaires équato-guinéennes". Paris, qui peut refuser la compétence de La Haye dans cette affaire, n’a pas encore réagi.

La Guinée équatoriale attaque Paris pour violation du droit international devant la Cour internationale de Justice (CIJ) dans l'affaire des "biens mal acquis" relative aux patrimoines de chefs d'Etat africains en France, a annoncé mercredi à l'AFP son avocat, Me Olivier Metzner.

"La République de Guinée équatoriale a saisi la plus haute juridiction mondiale afin d'interdire toute ingérence de la France dans les affaires équato-guinéennes et obliger la France à arrêter toutes les poursuites et toute enquête à l'encontre de ses plus hauts dignitaires", a expliqué Me Metzner.

La requête, assortie d'une demande de mesures conservatoires, a été déposée mardi devant la Cour à La Haye (Pays-Bas). Il revient désormais à la France de se prononcer sur la compétence de la CIJ. "Si la République Française peut refuser la compétence de la Cour (...) un tel refus serait un mépris des autorités internationales", peut-on lire dans la requête consultée par l'AFP.

"La France assume financièrement et partiellement les frais de fonctionnement de la CIJ. En refusant sa compétence, ce que la France n'a fait qu'exceptionnellement, elle violerait le droit international, les résolutions de l'ONU et les conventions de Vienne", a estimé l'avocat.

La Guinée équatoriale "nie tout règlement de comptes politique et demande seulement la stricte application du droit international dont la nécessité a été rappelée par François Hollande après son élection", a affirmé Me Metzner.

Dans sa requête, Malabo soutient que la France a notamment violé le principe de non-ingérence et l'immunité pénale de dignitaires ainsi que de locaux diplomatiques équato-guinéens.

La Cour internationale de Justice, organe judiciaire principal de l'ONU, a confirmé dans un communiqué le dépôt mardi de cette requête à son greffe et sa transmission au gouvernement français. Elle rappelle qu'"aucun acte de procédure ne sera effectué tant que la France n'aura pas accepté (s)a compétence".

Les juges d'instruction français, Roger Le Loire et René Grouman, qui soupçonnent Teodorin Obiang, le fils du président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, ont délivré en juillet un mandat d'arrêt à son encontre.

L'enquête française a mis au jour un important patrimoine de la famille Obiang en France, soupçonné d'avoir été acquis avec des fonds publics équato-guinéens.

Après une spectaculaire perquisition en février dans un somptueux hôtel particulier parisien dans lequel ont été saisis 200 m3 de biens de valeur, les juges avaient convoqué une première fois en mars M. Obiang mais le gouvernement équato-guinéen s'y était opposé en signe de protestation.

AFP

Première publication : 26/09/2012

  • FRANCE

    Biens mal acquis : la justice saisit l'hôtel particulier des Obiang à Paris

    En savoir plus

  • ONU

    Un prix de l'Unesco financé par le despote de Guinée équatoriale fait scandale

    En savoir plus

  • GUINÉE ÉQUATORIALE

    La justice française lance un mandat d'arrêt contre le fils du président équato-guinéen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)