Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des inondations en Guinée font plusieurs morts

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Twitter toujours en panne de croissance

En savoir plus

DÉBAT

Barack Obama en Afrique : quel bilan? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Barack Obama en Afrique : quel bilan? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trahison ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Super-prédateur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Obama, une déception africaine

En savoir plus

FOCUS

Les sociétés militaires privées russes : le bras armé caché du Kremlin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mode : les tendances de l’été

En savoir plus

Amériques

La petite blague de Hollande en faveur du candidat Obama

© ONU

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 03/10/2012

Lors d'une conférence de presse à l'ONU mardi soir, François Hollande a indiqué que le soutien d’un socialiste à l’un des candidats à la présidentielle pourrait lui desservir... avant de déclarer qu'il devrait donc probablement soutenir Romney.

Obama ou Romney ? C’est avec humour que François Hollande a répondu, mardi, à la question d’une journaliste qui cherchait à connaître quel candidat à la Maison Blanche avait la préférence du président français.

"À votre avis ?", a répliqué, dans un premier temps, François Hollande, en marge de son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Mais la journaliste a ensuite insisté, demandant au président s’il était sensible aux vives critiques dont les socialistes européens font régulièrement l’objet depuis le début de la campagne de Mitt Romney. Conscient qu’aux États-Unis, le socialisme est un terme péjoratif souvent diabolisé et apparenté au communisme, François Hollande a répondu, non sans humour, par une pirouette. "Je me garderai de tout commentaire sur le sujet car, en tant que socialiste, mon soutien à l’un des deux candidats pourrait lui desservir !"

Et d'ajouter, avec un large sourire : "Dans ce cas, je suppose que je devrais dire que je soutiens Mitt Romney, mais je ne le ferai pas."

Pour clore le sujet, François Hollande a déclaré qu’il aurait certainement d’autres occasions de rencontrer Barack Obama, qui ne s’est entretenu avec aucun chef d’État lors de son passage éclair à New York. "Ce qui compte, c'est de pouvoir le voir après le mois de novembre, j'imagine".

Des déclarations plus prudentes que celles délivrées en avril 2012 par Nicolas Sarkozy , alors en pleine campagne pour un nouveau mandat. Lors d’une visio-conférence avec le chef d’État américain, il avait lancé, avec un lourd accent français : "We will win, mister Obama. You and me. Together".

 

Nicolas Sarkozy, à l'Élysée en avril 2012

Première publication : 26/09/2012

  • DIPLOMATIE

    À l’ONU, Hollande et Obama donnent de la voix contre Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • PRESIDENTIELLE AMERICAINE

    Obama ou Romney ? Quand la politique divise les couples

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    La vidéo embarrassante qui pourrait coûter la présidentielle à Romney

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)