Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

Amériques

La petite blague de Hollande en faveur du candidat Obama

© ONU

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 03/10/2012

Lors d'une conférence de presse à l'ONU mardi soir, François Hollande a indiqué que le soutien d’un socialiste à l’un des candidats à la présidentielle pourrait lui desservir... avant de déclarer qu'il devrait donc probablement soutenir Romney.

Obama ou Romney ? C’est avec humour que François Hollande a répondu, mardi, à la question d’une journaliste qui cherchait à connaître quel candidat à la Maison Blanche avait la préférence du président français.

"À votre avis ?", a répliqué, dans un premier temps, François Hollande, en marge de son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Mais la journaliste a ensuite insisté, demandant au président s’il était sensible aux vives critiques dont les socialistes européens font régulièrement l’objet depuis le début de la campagne de Mitt Romney. Conscient qu’aux États-Unis, le socialisme est un terme péjoratif souvent diabolisé et apparenté au communisme, François Hollande a répondu, non sans humour, par une pirouette. "Je me garderai de tout commentaire sur le sujet car, en tant que socialiste, mon soutien à l’un des deux candidats pourrait lui desservir !"

Et d'ajouter, avec un large sourire : "Dans ce cas, je suppose que je devrais dire que je soutiens Mitt Romney, mais je ne le ferai pas."

Pour clore le sujet, François Hollande a déclaré qu’il aurait certainement d’autres occasions de rencontrer Barack Obama, qui ne s’est entretenu avec aucun chef d’État lors de son passage éclair à New York. "Ce qui compte, c'est de pouvoir le voir après le mois de novembre, j'imagine".

Des déclarations plus prudentes que celles délivrées en avril 2012 par Nicolas Sarkozy , alors en pleine campagne pour un nouveau mandat. Lors d’une visio-conférence avec le chef d’État américain, il avait lancé, avec un lourd accent français : "We will win, mister Obama. You and me. Together".

 

Nicolas Sarkozy, à l'Élysée en avril 2012

Première publication : 26/09/2012

  • DIPLOMATIE

    À l’ONU, Hollande et Obama donnent de la voix contre Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • PRESIDENTIELLE AMERICAINE

    Obama ou Romney ? Quand la politique divise les couples

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    La vidéo embarrassante qui pourrait coûter la présidentielle à Romney

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)