Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Amériques

La petite blague de Hollande en faveur du candidat Obama

© ONU

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 03/10/2012

Lors d'une conférence de presse à l'ONU mardi soir, François Hollande a indiqué que le soutien d’un socialiste à l’un des candidats à la présidentielle pourrait lui desservir... avant de déclarer qu'il devrait donc probablement soutenir Romney.

Obama ou Romney ? C’est avec humour que François Hollande a répondu, mardi, à la question d’une journaliste qui cherchait à connaître quel candidat à la Maison Blanche avait la préférence du président français.

"À votre avis ?", a répliqué, dans un premier temps, François Hollande, en marge de son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Mais la journaliste a ensuite insisté, demandant au président s’il était sensible aux vives critiques dont les socialistes européens font régulièrement l’objet depuis le début de la campagne de Mitt Romney. Conscient qu’aux États-Unis, le socialisme est un terme péjoratif souvent diabolisé et apparenté au communisme, François Hollande a répondu, non sans humour, par une pirouette. "Je me garderai de tout commentaire sur le sujet car, en tant que socialiste, mon soutien à l’un des deux candidats pourrait lui desservir !"

Et d'ajouter, avec un large sourire : "Dans ce cas, je suppose que je devrais dire que je soutiens Mitt Romney, mais je ne le ferai pas."

Pour clore le sujet, François Hollande a déclaré qu’il aurait certainement d’autres occasions de rencontrer Barack Obama, qui ne s’est entretenu avec aucun chef d’État lors de son passage éclair à New York. "Ce qui compte, c'est de pouvoir le voir après le mois de novembre, j'imagine".

Des déclarations plus prudentes que celles délivrées en avril 2012 par Nicolas Sarkozy , alors en pleine campagne pour un nouveau mandat. Lors d’une visio-conférence avec le chef d’État américain, il avait lancé, avec un lourd accent français : "We will win, mister Obama. You and me. Together".

 

Nicolas Sarkozy, à l'Élysée en avril 2012

Première publication : 26/09/2012

  • DIPLOMATIE

    À l’ONU, Hollande et Obama donnent de la voix contre Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • PRESIDENTIELLE AMERICAINE

    Obama ou Romney ? Quand la politique divise les couples

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    La vidéo embarrassante qui pourrait coûter la présidentielle à Romney

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)