Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

SPORT

"Le Vendée Globe est le challenge sportif le plus dur au monde"

© AFP

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 27/09/2012

La 7e édition du Vendée Globe, course autour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance, s’élancera le 10 novembre des Sables d’Olonne, en Vendée. FRANCE 24 s'est entretenu avec Samantha Davies, seule femme de la course.

Le Vendée Globe, "c'est la course ultime, une course de légende". Le tableau est d’emblée fixé par le président de la Société anonyme d'économie mixte (SAEM) Vendée Bruno Retailleau à l’occasion d'une conférence de presse organisée ce mercredi à Paris.

Présentation 7ème édition Vendée Globe

Vingt skippers (12 Français et huit étrangers, qui évolueront tous à la barre de monocoques de 60 pieds, soit 18,28 m) seront au départ des Sables d’Olonnes dans 45 jours, pour la 7e édition de cette course de légende. "Un exploit extraordinaire compte tenu de la situation économique", a souligné Bruno Retailleau en prélude de cette présentation.

Lors de la dernière édition, en 2008-2009 (remportée par le Français Michel Desjoyeaux pour la 2e fois), 30 skippers dont 13 étrangers avaient pris le départ, Onze seulement avaient réussi à franchir la ligne d’arrivée. Car le Vendée Globe, surnommé "l’Éverest de la mer" est une course redoutable. Pendant trois mois, les concurrents se battent seul contre la nature. "Un combat face à la mer", aime répéter Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec), qui avait dû abandonner lors de la dernière édition.

"Le Vendée Globe est le challenge le plus difficile au monde", renchérit Alex Thomson (Hugo Boss).

Alors pourquoi s’y frotter ? "Le moteur, c’est l’aventure", assure le doyen des concurrents, Dominique Wavre (57 ans - Mirabaud), qui va entamer son 4e Vendée Globe.

"On va chercher ses propres limites", poursuit le Suisse, qui avoue une fascination pour les mers du Sud, un territoire "inexploré par les cargos et les avions".

De son côté, le directeur de course Denis Horeau, qui table sur une victoire en 76 jours, contre 84 jours 3 heures et 9 minutes pour le vainqueur de la dernière édition, a insisté sur le fait que la sécurité des concurrents était la préoccupation majeure des organisateurs. Ainsi, l'"identification des champs de glace" dans les océans Indien et Pacifique ont "joué un rôle très important pour définir le parcours", en liaison avec les autorités australiennes et néo-zélandaises susceptibles d'intervenir en cas de problème dans le Grand Sud.

"Pour faire un beau Vendée Globe, il faut déjà le finir", confie Arnaud Boissière (Akena Vérandas). Un avis partagé par tous les skippers et notamment par le benjamin de l’épreuve, Louis Burton (27 ans - Bureau Vallée), qui avoue "vivre son rêve le plus fou".

Autre skipper dans la lumière ce mercredi : Samantha Davies (4e en 2008-2009). La Britannique (Savéol) est la seule femme qui concourra lors de cette 7e édition. FRANCE 24 l’a rencontrée.


FRANCE 24 : Après votre 4e place lors de la dernière édition, quel est votre objectif cette année ?

Samantha Davies : Je vise le podium, mais je sais que ce sera très dur vu le plateau très relevé de cette 7e édition. J’ai l’expérience d’avoir déjà bouclé un Vendée Globe. On ne peut pas acheter ça. Même celui qui a le plus gros budget ne peut pas acheter l’expérience d’avoir déjà fait le Vendée Globe.

Personnellement, je vais partir plus sereine que la dernière fois. Même si j’ai moins couru cette année que d’habitude, j’ai l’expérience d’être jeune maman. C’est un super entraînement au manque de sommeil. J’ai moins dormi lors des premiers mois de la naissance de mon fils que lors de mon premier Vendée Globe !

F24 : Cette course fait-elle peur aux skippers ?
S. D. :
Le Vendée Globe, c’est la course la plus difficile, le challenge le plus dur qui soit. Mais il ne faut pas partir avec la peur, même si l’on sait que c’est un sentiment que l’on rencontrera durant la course.

F24 : Que vous inspire le fait d’être la seule femme sur ce Vendée Globe ?
S. D. : Je suis effectivement la seule femme et cela intrigue tout le monde. Mais je ne suis pas la pour être LA femme, mais pour effectuer une performance. Une fois sur l’eau, on est tous marins et c’est chacun pour soi.

Les femmes ont toutes leur place dans ce genre de course. J’espère vraiment pouvoir réaliser une belle performance pour être un modèle pour toutes celles qui voudraient elles aussi embarquer dans ce beau monde de la voile.

Première publication : 26/09/2012

COMMENTAIRE(S)