Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Réfugiés syriens au Liban : la voie difficile, voire impossible, du retour au pays

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seba, une voix gabonaise hors du temps

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Choose France" : Macron reçoit les patrons étrangers à Versailles pour une opération séduction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille "dur, dur, dur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après Poutine, les patrons à Versailles"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Forum économique mondial : les États-Unis de retour à Davos

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le vice-président américain Mike Pence en Israël

En savoir plus

FRANCE

Bill Clinton, candidat surprise à l'Élysée en 2017 ?

Dernière modification : 27/09/2012

Onze ans après avoir quitté la Maison Blanche, l'ancien chef d'État américain Bill Clinton s'est plu, mercredi, à s'imaginer briguant la présidence de la France ou de l'Irlande, dans un entretien accordé en marge d'une réunion à New York.

Jusqu’où Bill Clinton serait-il prêt à aller pour redevenir président après avoir épuisé les deux mandats autorisés par la Constitution américaine ? L’ancien locataire de la Maison Blanche, âgé de 66 ans, a répondu dans un éclat de rire en s’imaginant candidat… à l’Élysée.

"Les deux seuls pays où je peux me présenter pour être élu à la présidence sont l'Irlande, si je m'y installe et que j'y achète une maison, parce que je pourrais y concourir en raison de mon ascendance irlandaise", et la France "parce que je suis né en Arkansas, qui fait partie des terres cédées lors de la vente de la Louisiane" par la France aux États-Unis en 1803, a-t-il expliqué sur la chaîne CNN lors d’un entretien en marge d’une réunion de sa fondation "Clinton Global Initiative" à New York.

Loin d'être pris au dépourvu, l’ancien chef d’État a visiblement potassé la question.

"Toute personne née dans un endroit du monde qui a fait partie de l'empire français, si elle s'installe en France, y vit six mois et parle français, peut être candidate à la présidence du pays", a poursuivi M. Clinton, qui a été président des États-Unis de 1993 à 2001.

Un sondage théorique sur ses chances d'accéder à l'Élysée lui avait, il y a quelques années, accordé "de bons résultats", a-t-il souligné.

"Et je me suis dit ‘C'est très bien’. Mais c'est le mieux que je pourrai jamais faire, parce qu'une fois qu'ils auront entendu mon mauvais français mâtiné d'accent sudiste, je tomberai à des chiffres vraiment bas en une semaine et je serai grillé", a conclu le démocrate.

FRANCE24 avec dépêches
 

Première publication : 27/09/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    La petite blague de Hollande en faveur du candidat Obama

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Convention démocrate : Bill Clinton encense Barack Obama à Charlotte

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Florilège des affaires mêlant sexe, scandale et hommes politiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)