Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ibrahim al-Jaafari, ministre irakien des Affaires étrangères

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

FRANCE

À Florange, Arnaud Montebourg monte au front contre ArcelorMittal

Vidéo par France 2

Dernière modification : 27/09/2012

Le "bras de fer" a commencé entre le gouvernement et le groupe sidérurgique ArcelorMittal concernant l'avenir du site de Florange - menacé de fermeture -, a déclaré le ministre du Redressement productif devant les salariés du groupe.

Un "bras de fer" a commencé entre le sidérurgiste ArcelorMittal, qui refuse de redémarrer deux hauts fourneaux du site de Florange, et le gouvernement français, a déclaré à Florange jeudi 27 septembre le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, devant les salariés du groupe. "Nous sommes aujourd'hui dans un bras de fer qui commence et nous allons le mener ensemble", a déclaré le ministre. "Mittal a fait la première concession qui consiste aujourd'hui à accepter une reprise, là où ailleurs, dans d'autres sites, il la refuse", a-t-il souligné.

Arnaud Montebourg a expliqué que les négociations avec le président du groupe, Lakshmi Mittal, qui a rencontré le 27 septembre le président François Hollande en tête-à-tête à l’Élysée, ont commencé le 30 août pour s'achever ces dernières heures et n'ont pas permis d'infléchir la décision du sidérurgiste. 

Le gouvernement a "répété, martelé, rappelé" qu'il souhaitait le redémarrage des deux haut fourneaux de Florange à l'arrêt depuis 14 mois, et "à l'évidence, il ne vous a pas échappé que ce souhait n'était nullement partagé par les actionnaires et la direction du groupe ArcelorMittal", a souligné le ministre sous les huées des salariés.

La direction d'ArcelorMittal pourrait sceller l'avenir des hauts fourneaux de Florange lundi 1er octobre lors d'un comité central d'entreprise à Saint-Denis.
 
La cession des activités en question
 
Le gouvernement a deux exigences, a détaillé Arnaud Montebourg. D'une part que les activités éventuellement abandonnées par ArcelorMittal dans la filière "chaude" - production d'acier à partir de minerai de fer et de coke -  puissent "faire l'objet d'une reprise par tout opérateur intéressé dans le monde". D'autre part que l'aciériste, s'il décide effectivement d'abandonner le "chaud", "investisse de façon significative et importante" sur la filière "froide". "Le gouvernement exige qu'ArcelorMittal investisse 150 millions d'euros à Florange", a ainsi annoncé Arnaud Montebourg, tout en soulignant qu'ArcelorMittal "portera seul la lourde responsabilité" de l’avenir de Florange.
 
Pour les syndicalistes cependant, "la cession uniquement de l'usine à chaud est un non-sens". "La spécificité de Florange, c'est le fait que ce soit un site intégré, c'est pour ça que ça marche", a déclaré à l’AFP Yves Fabbri, de la CGT. "La reprise, elle, ne peut être que totale, tout le site : si on scinde en deux l'activité, c'est nul", a renchéri Jean Mangin, un autre leader de la CGT.
             
Les syndicats "déçus"
 
À Florange, le bras de fer entre les syndicats et la direction remonte à février, quand les salariés ont commencé à occuper les locaux, bloquer le site et manifester en Lorraine et à Paris. Implantée dans la vallée de la Fensch, en Moselle, l'usine ArcelorMittal est l'une des dernières grandes industries de ce secteur, frappé par la crise depuis plusieurs dizaines d'années.
 
Ces hauts fourneaux, à l'arrêt depuis juin et octobre 2011, emploient 550 des 2 800 employés du site lorrain. ArcelorMittal avait alors assuré qu’ils n’avaient été mis qu’en veille temporaire, invoquant la faiblesse de la demande d'acier en Europe qui l'a déjà conduit à cesser ses investissements sur le site de Liège, en Belgique, qui semble condamné.

Mais cet arrêt entraîne du chômage partiel massif pour une grande partie des 2 500 salariés permanents du site, et pèse sur les nombreux sous-traitants. La filière "chaude" représente "570 emplois directs, mais c'est une activité avec laquelle le groupe a beaucoup sous-traité. En tout, cela concerne 1 000 emplois impactés", a souligné sur RTL Edouard Martin, délégué CFDT.
 
Le 27 septembre au soir, les syndicalistes reçus par Arnaud Montebourg se sont dits "déçus", mais la CFDT a défendu le principe de la loi évoquée par le ministre pour "organiser la reprise par voie de justice d'un site industriel viable". De leur côté, la CGT et FO ont appelé à une nationalisation de l'usine.
 
Plusieurs dizaines de salariés bloquaient l'entrée de l'usine jeudi 27 septembre au matin.            

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 27/09/2012

  • FRANCE

    Les salariés d'ArcelorMittal achèvent leur "marche de l'acier" à Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    ArcelorMittal ferme le dernier haut-fourneau lorrain en activité

    En savoir plus

  • SIDÉRURGIE

    Nouvelles suppressions de postes en perspective chez ArcelorMittal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)