Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stéphanie Gibaud, lanceuse d'alerte : "Dire la vérité est un acte citoyen"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Glyphosate : l’herbicide de la discorde

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

G5 Sahel : l’ONU prête à s’engager auprès des forces africaines dans la lutte antiterroriste ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Indépendance du Kurdistan : le rêve brisé ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

Culture

Le coup de boule de Zinedine Zidane immortalisé à Beaubourg

Dernière modification : 28/09/2012

À Beaubourg, une imposante statue de bronze met en scène le coup de tête de Zinedine Zidane lors de la finale du Mondial-2006. Elle est exposée devant le Centre Pompidou, dans le cadre d'une exposition d’œuvres de l'Algérien Adel Abdessemed.

Tout le monde se souvient de ce geste fatidique. Le 9 juillet 2006 à Berlin, lors de la finale du Mondial qui oppose la France à l’Italie, le capitaine des Bleus Zinedine Zidane assène un coup de tête à un joueur de l'équipe adverse, Marco Materazzi. Zizou, qui avait annoncé la fin de sa carrière, sort sur carton rouge. Accusant le coup, la France s’incline alors aux tirs aux buts.

Aujourd’hui, le "coup de tête" de Zinedine Zidane est immortalisé par une monumentale sculpture de bronze de plus de cinq mètres de haut et pesant plusieurs tonnes signée de l'artiste Adel Abdessemed. Elle est érigée devant le Centre Pompidou, qui présente du 3 octobre au 7 janvier la première grande exposition consacrée au plasticien intitulée : "Je suis Innocent".

"Cette statue se veut une ode à la défaite, comme l'explique à l'AFP Philippe Alain Michaud, le commissaire de l'exposition. Elle s'oppose à la tradition qui consiste à faire des statues en l'honneur de certaines victoires." "L'œuvre d'Adel est souvent à double tiroir", ajoute-t-il. "Bien qu'elle reprenne un événement populaire connu de tous et immédiatement identifié, cette œuvre est aussi une allusion à la tradition réaliste et aux fresques de Masaccio. Le regard de Zidane vers le sol nous rappelle celui d'Adam, chassé du paradis", souligne-t-il. Une version beaucoup plus petite de "Coup de tête" avait déjà été présentée à New York par la galerie David Zwirner.

FRANCE24 avec dépêches

Première publication : 27/09/2012

COMMENTAIRE(S)