Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

  • En direct : suivez le match PSG - FC Barcelone

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Economie

Le budget d'austérité made in France vaut la rigueur espagnole ou italienne

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 28/09/2012

Matignon a présenté, vendredi, un budget 2013 marqué par l'austérité à tous les étages. L’objectif d’économiser 36,9 milliards d’euros d’ici fin 2013 est "historique" en France, mais comparable à ce qui se passe en Italie et en Espagne.

Près de 37 milliards d’euros d’économies : c’est la pilule amère prévue par le “budget de combat” 2013 présenté par le gouvernement français vendredi, à l'issue du Conseil des ministres. Un “effort historique”, selon les termes du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui n’a pas de précédent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’objectif de ce projet de loi de finances est de ramener, dès l’année prochaine, le déficit à 3 % du PIB pour rentrer dans les clous des recommandations européennes sur l’équilibre budgétaire.

Pour y parvenir, le gouvernement mise avant tout sur les recettes nouvelles que représentent deux tiers des mesures annoncées. Le dernier tiers, la baisse des dépenses, concerne essentiellement une maîtrise des coûts des ministères et comprend un coup d’arrêt à la plupart des grands projets.

"C’est un budget de rigueur historique"

Ce budget de rigueur, qualifié vendredi par le président François Hollande de “porteur de redressement”, est également comparable dans son ampleur aux cures d’austérité menées en Espagne et en Italie. Comparaison.

Des trajectoires similaires. La France et l’Espagne ont mis en place des plans de rigueur pour l’année fiscale visant entre 30 et 40 milliards d’euros d’économies. Madrid, qui a dévoilé son budget jeudi 27 septembre, compte ainsi récupérer, d’ici fin 2013, 39 milliards d’euros.

L’Italie, quant à elle, planche toujours sur son projet de loi de finances 2013. Mais le gouvernement de Mario Monti avait dévoilé, fin décembre 2011, son plan Salva Italia (Sauver l'Italie) qui vise à économiser 63 milliards d’euros d’ici à 2013. Les réformes mises en place pour 2012 doivent, à elles seules, ramener 49 milliards d’euros dans les caisses de l’État. En 2013, si tout se déroule comme prévu, Rome n'aurait plus qu’à trouver 14 milliards d’euros.

Au-delà de ces chiffres, c’est l’Italie qui se veut la plus vertueuse en matière d’équilibre budgétaire. En effet, si Paris et Madrid visent un déficit de 3 % en 2013, Rome assure qu'elle aura des comptes à l’équilibre en fin d’année prochaine. Un doux rêve selon certains économistes. “Étant donné cette récession et l’augmentation du taux d’intérêt sur la dette publique italienne (6 % en 2012), le déficit devrait se réduire plus lentement pour atteindre 1,7 % du PIB en 2013”, assure une note d’analyse sur les perspectives économiques 2012-2013 de la zone euro, établie par l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

Des priorités différentes. Le gouvernement Ayrault avait annoncé la couleur ces dernières semaines : l’augmentation des impôts pèsera essentiellement sur les entreprises et les contribuables les plus riches. Entre le retour de l’ISF, la taxe de 75 % sur les revenus dépassant un million d’euros par an et un alignement de la taxation du capital sur l’impôt sur les revenus, les plus fortunés sont les grands perdants de l’histoire. “L'impôt total versé par le 1 % des ménages les plus aisés augmentera de plus de 2,8 milliards d'euros”, a précisé le ministère de l’Économie aux "Échos" vendredi.

Si l’Italie a également fait le choix de privilégier les recettes nouvelles plutôt que la baisse des dépenses, l’effort sera mieux réparti. L’impôt sur le revenu y est réhaussé pour tout le monde, le taux de TVA augmente de deux points, tandis que des nouvelles taxes sur les comptes bancaires ont été introduites.

L’Espagne a, certes, introduit quelques taxes nouvelles dans son budget 2013, comme l'impôt sur certains gains de loterie, mais mise avant tout sur la réduction drastique des dépenses.

L’État au régime plus ou moins sec. La France compte économiser 10 milliards d’euros en coupant dans ses dépenses. Mais, le gouvernement tient à donner une couleur politique à cette rigueur tous azimuts et a confirmé, vendredi, que les effectifs augmenteront dans l’enseignement (10 011 emplois supplémentaires) et au ministère de l’Intérieur (avec 1 000 postes en plus). Dans les “ministères non prioritaires”, 12 298 postes doivent être supprimés . La Défense devra faire le plus de sacrifice avec 7 234 emplois amenés à disparaître.

L’Espagne coupe encore plus dans le vif de la fonction publique, puisque les dépenses des ministères doivent chuter de 8,9 %, avec des grands brûlés comme celui de l’Agriculture, qui verra son budget amputé de 30 % . Contrairement à la France, aucun ministère n’échappe à la grande faucheuse fiscale. Le ministère de la Justice s’en tire relativement mieux que les autres avec des crédits en baisse de seulement 4 %.

L’Italie rechigne à mettre son État au régime sec. Mario Monti a bien dans ses bagages quelques projets de libéralisation de certains secteurs publics, mais ne les a, pour l’heure, pas encore mis en pratique.

Première publication : 28/09/2012

  • INFOGRAPHIE

    Ces dix milliards d'euros que l'État français doit économiser

    En savoir plus

  • COMMERCE INTERNATIONAL

    La France sort du top 20 des pays les plus compétitifs, selon le Forum économique mondial

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Les contrats aidés, une bonne solution d’urgence contre l'envolée du chômage"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)