Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le Parti communiste chinois entérine la disgrâce de Bo Xilai

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 28/09/2012

Le Parti communiste chinois (PCC) a exclu de ses rangs l’ancien dirigeant Bo Xilai, ouvrant la voie à sa comparution devant un tribunal ordinaire. L’agence officielle Chine nouvelle a annoncé l’ouverture du prochain congrès du PCC pour le 8 novembre.

L’ancienne star montante du Parti communiste chinois (PCC), Bo Xilai, sera donc jugé pour corruption et abus de pouvoir devant un tribunal ordinaire. Ainsi en ont décidé les instances dirigeantes chinoises en annonçant officiellement l’exclusion de l’homme qui, il y a encore quelques mois, aspirait à la direction suprême du PCC.

L’agence officielle Chine nouvelle a également annoncé l’ouverture du XVIIIe congrès du PCC, consacré au renouvellement de la classe dirigeante, pour le 8 novembre prochain.

Bo Xilai, à l'origine d'un des plus retentissants scandales de ces dernières années, devra répondre de ses actes "devant la justice", a décidé le bureau politique du PC chinois, qui a mis fin à un long suspense en annonçant avec un retard inhabituel les dates de son congrès, échéance centrale de la vie politique chinoise.

Ex-maire et chef du parti de Chongqing, immense métropole de 33 millions d'habitants du sud-ouest de la Chine, Bo Xilai est détenu au secret depuis avril, date à laquelle il avait été suspendu de ses fonctions.

La question de sa comparution ou non devant la justice n'était pas tranchée et divisait vraisemblablement la haute hiérarchie chinoise, selon la plupart des observateurs.

Pour être jugé devant un tribunal ordinaire et non devant la juridiction interne du parti communiste, un responsable du PC doit au préalable être exclu de ses rangs.

Selon Chine nouvelle, Bo Xilai devra désormais répondre des chefs d'accusation de corruption "massive", d'avoir entretenu des relations sexuelles "impropres" avec plusieurs femmes, d'avoir "commis de graves erreurs et abusé de son pouvoir dans l'affaire d'homicide volontaire concernant (son adjoint) Wang Lijun et (son épouse) Gu Kailai, pour laquelle il porte une lourde responsabilité".

Son épouse, Gu Kailai, a été condamnée à mort avec sursis --équivalent à la perpétuité-- en août dernier pour le meurtre par empoisonnement d'un homme d'affaire britannique, Neil Heywood. Et le chef de la police de Chongqing, bras droit de Bo Xilai, impliqué dans l'affaire, a été condamné à 15 ans de prison lundi dernier, notamment pour avoir demandé l'asile politique au consulat américain de Chengdu (sud-ouest).

L'annonce simultanée de son exclusion, de son procès et de la date du congrès du PCC en novembre --au lieu d'octobre, selon la tradition--, indique que la direction communiste chinoise est enfin parvenue à un consensus pour le déroulement du congrès, qui doit renouveler et rajeunir l'équipe dirigeante de la deuxième puissance économique mondiale.

(FRANCE24 avec dépêches)

Première publication : 28/09/2012

  • CHINE

    L'ex "super-flic" de Bo Xilai, Wang Lijun, écope de 15 ans de prison

    En savoir plus

  • CHINE

    Inculpation d'un ancien chef de la police proche de Bo Xilai

    En savoir plus

  • CHINE

    Quatre policiers chinois reconnaissent avoir protégé l'épouse de Bo Xilai

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)