Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

FRANCE

L'ouverture du Mondial de l'automobile chahutée par les salariés de PSA et de Ford

Vidéo par Johan BODIN

Dernière modification : 01/10/2012

Des salariés de l'usine PSA d'Aulnay et du site Ford de Blanquefort ont manifesté, samedi, pour la défense de leurs emplois lors de l'ouverture du Mondial de l'automobile, où le ministre du Redressement productif a renoncé à se rendre ce week-end.

Des salariés de l'usine PSA d'Aulnay et de celle de Ford Blanquefort ont bruyamment fait entendre leur voix samedi, à l'ouverture au public du Salon de l'automobile à Paris, où Arnaud Montebourg a renoncé à se rendre alors qu'il y était annoncé.
              
Premiers arrivés ce matin, une cinquantaine de salariés de PSA à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), conduits par le principal syndicat de cette usine, le SIA, ont distribué aux visiteurs des cartons rouges, symboles de leurs inquiétudes après l'annonce de la fermeture du site en 2014.
              

Philippe Julien, secrétaire CGT de PSA à Aulnay

Ces derniers étaient destinés à Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, rebaptisé "ministre improductif" par les manifestants qui l'ont attendu en vain.
              
Arnaud Montebourg avait des obligations dans son département de Saône-et-Loire, a affirmé à l'AFP le ministère, en assurant qu'il n'avait jamais été question pour lui de venir ce week-end au Mondial.
              
L'agenda officiel du ministre comprenait pourtant bien "l'ouverture officielle du Salon de l'automobile (Porte de Versailles)" samedi à 9H30.
              
Sur son compte Twitter, Arnaud Montebourg a finalement indiqué qu'il se rendrait "comme prévu" au Salon samedi prochain: "je veux rencontrer les salariés de PSA que j'ai déjà vus à trois reprises et qui défendent légitimement leur travail", a-t-il écrit.
              
Déçus mais "pas surpris" par cette absence, les PSA se sont dirigés vers les stands Citroën et Peugeot pour haranguer la foule des premiers visiteurs et tenter de convaincre, sans succès, les hôtesses de porter leurs badges.
              
Parmi ces visiteurs, Jean-Jacques, venu du Loir-et-Cher, s'est dit compatissant envers "ces pauvres gens" qui "vont aller pointer au chômage malgré leur manif".
              
De son côté, une des manifestantes, Laurence, perruque verte sur la tête, 43 ans dont 16 à PSA, criait son désarroi: "On sait que l'usine va fermer (en 2014), mais on veut qu'on ne laisse personne aller à Pôle emploi."
                        
"Refaire la déco"
                        
Les PSA d'Aulnay à peine sortis du Salon, ce sont quelque 360 salariés de l'usine Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, qui ont débarqué vers 11H00, menés par Philippe Poutou, membre CGT de l'intersyndicale du site et ex-candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) à la présidentielle.
              
Ils ont été rapidement rejoints par Olivier Besancenot, ancien porte-parole du NPA, et Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à la présidentielle.
              
Venu "les soutenir", ainsi que "ceux de Florange, Fralib, Technicolor et Sodimedical", Olivier Besancenot a dénoncé "un gouvernement qui a choisi son camp", alors "qu'il peut imposer une loi pour interdire tous les licenciements".
              
Aussi a-t-il appelé à "une marche de soutien à la lutte des travailleurs" et suggéré qu'elle se rende "sous les fenêtres de Montebourg".
              
Pour sa part, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé ces entreprises dont l'objectif premier est "comment faire du fric", notant que "dans l'automobile, le défi est particulièrement important".
              
"Nous savons que nous devons sortir de l'énergie carbonée et du pétrole et nous ne pourrons le faire sans inventivité". "Ce sont les travailleurs qui ont ce savoir-faire", a-t-il dit.
              
Les salariés de Ford ont ensuite traversé les allées bondées, bras levés tenant de grands autocollants siglés "Ford, sauvons les emplois", au cri de "rien n'est à eux, tout est à nous", sous les yeux de visiteurs ébahis, mais plutôt compréhensifs.
              
"C'est ce qui devait arriver, c'est logique, on sent la morosité sur ce salon", a réagi Christian, venu de Marseille.
              
En quelques minutes, une pluie de confettis s'est ensuite abattue sur le stand du constructeur américain, alors que la quinzaine de véhicules présentée étaient recouverts d'autocollants. Après avoir posé pour les photographes, le cortège a regagné la sortie.
              
Avant d'entrer, fumigène à la main, Philippe Poutou avait promis de "se faire plaisir" et de "refaire la déco".
              
Le 9 octobre, une nouvelle action réunira autour des PSA d'Aulnay leurs collègues de cinq usines Renault, mais aussi des salariés de Goodyear et d'ArcelorMittal, a annoncé la CGT du site de Sainte-Saint-Denis.

(AFP)       

Première publication : 29/09/2012

  • FRANCE

    L'État mise sur les voitures propres pour sortir le secteur automobile de l'ornière

    En savoir plus

  • FRANCE

    Sauver la filière automobile passe-t-il par un redressement productif ?

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Qui veut la peau de PSA Peugeot Citroën ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)