Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

FRANCE

Manifestation anti-austérité à Paris : "Hollande, c’est du Sarko light !"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 01/10/2012

Des milliers de personnes ont manifesté ce dimanche dans les rues de Paris pour protester contre la politique d’austérité et le traité budgétaire européen. Avec, pour mot d’ordre, "Pour une Europe solidaire, non au traité de l’austérité". Reportage.

Une marée rouge a de nouveau envahi, dimanche 30 septembre, les rues parisiennes. Drapeaux du Parti communiste, du Front de gauche, de la CGT, un Jean-Luc Mélenchon en grande forme, des milliers de personnes hurlant "Résistance !"… Un peu plus et on se serait cru revenu six mois en arrière, en pleine campagne présidentielle. Mais sous le soleil de cette journée d’automne à Paris, c’est contre les politiques d’austérité et le traité budgétaire européen - dont les députés doivent commencer l’examen mardi - qu’une soixantaine d’organisations de l’Hexagone ont appelé à manifester. 

En tête de la marche : Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche à la dernière élection présidentielle, aux côtés, entre autres, de Pierre Laurent, numéro un du Parti communiste, d’Olivier Besancenot, ex-porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), et d’André Chassaigne, le président du groupe de la Gauche démocrate et républicaine à l’Assemblée nationale. C’est la première fois depuis l’arrivée au pouvoir des socialistes que l’aile gauche de la gauche manifeste.

"Ce jour est le jour où le peuple français entre en mouvement contre la politique d'austérité", martèle Mélenchon, accueilli en rock star par les militants qui brandissent leurs appareils photos et leurs téléphones pour immortaliser le charismatique leader du Front de gauche. "Pour lui [Hollande, NDLR], le traité, c’était une formalité, c’était réglé. Et maintenant, il va prendre conscience du fait que non, en France comme dans le reste de l’Europe, il y a une opposition structurée à ce traité et aux politiques d’austérité", déclare-t-il.
 
L’ancien candidat à la présidentielle assure qu’il ne s’agit pas d’une manifestation contre François Hollande et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, mais nombre de manifestants ne ménagent pas leurs critiques à l’égard du président socialiste. "Hollande ? C’est du Sarko light ! Aujourd’hui, on casse la fonction publique, la santé, l’enseignement… Le gouvernement socialiste ne mène pas une politique de gauche", s’emporte Olivier, jeune communiste, étudiant en sciences politiques à Aix-en-Provence. "Le traité budgétaire européen, c’est zéro déficit. Ça veut dire que l’État ne peut pas mobiliser des fonds pour éviter des catastrophes sociales, par exemple", explique-t-il. "Ça me donne envie de me battre !", renchérit l’une de ses camarades, brandissant le drapeau du Mouvement des jeunes communistes français.

"Non à une Europe de la finance"

Plus loin dans le défilé, les Fralib - du nom de l’usine de fabrication des infusions Lipton et Éléphant, dans les Bouches-du-Rhône, menacée de fermeture - se sont mobilisés en masse, derrière une large banderole "Unilever doit payer". L’ambiance est grave mais combattive : "L’Éléphant est français, en Provence il va rester !", scandent les employés. Et de chaque côté de la rue alors que passe leur cortège, des applaudissements fusent, des "Courage !", "On est avec vous", "Ne lâchez rien !" parviennent à arracher quelques sourires aux salariés, sous leurs panneaux aux couleurs de leur usine.

Marie-Ange, militante du Front de gauche venue de Limoges en car, s’insurge. "C’est ce contre quoi je lutte ! Je dis non à une Europe des banquiers et de la finance, explique-t-elle. Ce traité budgétaire européen, c’est la toute puissance des financiers et je n’en veux pas. Il y a des mouvements de contestation partout en Europe. Les gouvernements et Bruxelles vont bien, à un moment donné, devoir prendre en compte l’opinion de la rue !"

Noé, 24 ans, s’est spécialement déplacé de Toulon pour venir grossir les rangs de la contestation. Le jeune homme assure ne pas être engagé en politique. C’est la première fois qu’il manifeste. Mais face au "tournant catastrophique" que prend, selon lui, la politique, se mobiliser s’est imposé en véritable nécessité. "La politique est soumise à la finance. Ce traité-là a été fait pour conforter le monde de la finance, des banques. C’est ça que je ne supporte pas", affirme-t-il.

Partout dans le cortège, le mot "référendum" revient. Épinglé au revers des vestes, collé sur les arrêts de bus, répété entre les manifestants. "Je suis venue manifester parce que je veux qu’un référendum soit organisé sur le traité budgétaire européen, assure ainsi Sarah, étudiante en psychologie venue de Besançon. Ce n’est pas possible d’imposer un texte aussi important sans demander l’avis du peuple !"

Le traité, adopté en mars dernier par 25 des 27 pays de l’Union européenne dans le but de renforcer la discipline budgétaire, doit être voté par les députés le 9 octobre, puis examiné au Sénat à partir du 10 octobre. Le groupe de la Gauche démocrate et républicaine, qui rassemble à l’Assemblée des députés du Front de gauche et quelques élus écologistes et socialistes, sont hostiles au texte. Mais l’immense majorité du Parti socialiste, les centristes et une large majorité de l’UMP y sont favorables.

Première publication : 30/09/2012

  • FRANCE

    Le budget d'austérité made in France vaut la rigueur espagnole ou italienne

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Une nouvelle manifestation anti-austérité dégénère à Madrid

    En savoir plus

  • GRÈCE

    De nouvelles manifestations anti-austérité tournent à l'affrontement à Athènes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)