Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut faire preuve de fermeté face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

FRANCE

Manifestation anti-austérité à Paris : "Hollande, c’est du Sarko light !"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 01/10/2012

Des milliers de personnes ont manifesté ce dimanche dans les rues de Paris pour protester contre la politique d’austérité et le traité budgétaire européen. Avec, pour mot d’ordre, "Pour une Europe solidaire, non au traité de l’austérité". Reportage.

Une marée rouge a de nouveau envahi, dimanche 30 septembre, les rues parisiennes. Drapeaux du Parti communiste, du Front de gauche, de la CGT, un Jean-Luc Mélenchon en grande forme, des milliers de personnes hurlant "Résistance !"… Un peu plus et on se serait cru revenu six mois en arrière, en pleine campagne présidentielle. Mais sous le soleil de cette journée d’automne à Paris, c’est contre les politiques d’austérité et le traité budgétaire européen - dont les députés doivent commencer l’examen mardi - qu’une soixantaine d’organisations de l’Hexagone ont appelé à manifester. 

En tête de la marche : Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche à la dernière élection présidentielle, aux côtés, entre autres, de Pierre Laurent, numéro un du Parti communiste, d’Olivier Besancenot, ex-porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), et d’André Chassaigne, le président du groupe de la Gauche démocrate et républicaine à l’Assemblée nationale. C’est la première fois depuis l’arrivée au pouvoir des socialistes que l’aile gauche de la gauche manifeste.

"Ce jour est le jour où le peuple français entre en mouvement contre la politique d'austérité", martèle Mélenchon, accueilli en rock star par les militants qui brandissent leurs appareils photos et leurs téléphones pour immortaliser le charismatique leader du Front de gauche. "Pour lui [Hollande, NDLR], le traité, c’était une formalité, c’était réglé. Et maintenant, il va prendre conscience du fait que non, en France comme dans le reste de l’Europe, il y a une opposition structurée à ce traité et aux politiques d’austérité", déclare-t-il.
 
L’ancien candidat à la présidentielle assure qu’il ne s’agit pas d’une manifestation contre François Hollande et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, mais nombre de manifestants ne ménagent pas leurs critiques à l’égard du président socialiste. "Hollande ? C’est du Sarko light ! Aujourd’hui, on casse la fonction publique, la santé, l’enseignement… Le gouvernement socialiste ne mène pas une politique de gauche", s’emporte Olivier, jeune communiste, étudiant en sciences politiques à Aix-en-Provence. "Le traité budgétaire européen, c’est zéro déficit. Ça veut dire que l’État ne peut pas mobiliser des fonds pour éviter des catastrophes sociales, par exemple", explique-t-il. "Ça me donne envie de me battre !", renchérit l’une de ses camarades, brandissant le drapeau du Mouvement des jeunes communistes français.

"Non à une Europe de la finance"

Plus loin dans le défilé, les Fralib - du nom de l’usine de fabrication des infusions Lipton et Éléphant, dans les Bouches-du-Rhône, menacée de fermeture - se sont mobilisés en masse, derrière une large banderole "Unilever doit payer". L’ambiance est grave mais combattive : "L’Éléphant est français, en Provence il va rester !", scandent les employés. Et de chaque côté de la rue alors que passe leur cortège, des applaudissements fusent, des "Courage !", "On est avec vous", "Ne lâchez rien !" parviennent à arracher quelques sourires aux salariés, sous leurs panneaux aux couleurs de leur usine.

Marie-Ange, militante du Front de gauche venue de Limoges en car, s’insurge. "C’est ce contre quoi je lutte ! Je dis non à une Europe des banquiers et de la finance, explique-t-elle. Ce traité budgétaire européen, c’est la toute puissance des financiers et je n’en veux pas. Il y a des mouvements de contestation partout en Europe. Les gouvernements et Bruxelles vont bien, à un moment donné, devoir prendre en compte l’opinion de la rue !"

Noé, 24 ans, s’est spécialement déplacé de Toulon pour venir grossir les rangs de la contestation. Le jeune homme assure ne pas être engagé en politique. C’est la première fois qu’il manifeste. Mais face au "tournant catastrophique" que prend, selon lui, la politique, se mobiliser s’est imposé en véritable nécessité. "La politique est soumise à la finance. Ce traité-là a été fait pour conforter le monde de la finance, des banques. C’est ça que je ne supporte pas", affirme-t-il.

Partout dans le cortège, le mot "référendum" revient. Épinglé au revers des vestes, collé sur les arrêts de bus, répété entre les manifestants. "Je suis venue manifester parce que je veux qu’un référendum soit organisé sur le traité budgétaire européen, assure ainsi Sarah, étudiante en psychologie venue de Besançon. Ce n’est pas possible d’imposer un texte aussi important sans demander l’avis du peuple !"

Le traité, adopté en mars dernier par 25 des 27 pays de l’Union européenne dans le but de renforcer la discipline budgétaire, doit être voté par les députés le 9 octobre, puis examiné au Sénat à partir du 10 octobre. Le groupe de la Gauche démocrate et républicaine, qui rassemble à l’Assemblée des députés du Front de gauche et quelques élus écologistes et socialistes, sont hostiles au texte. Mais l’immense majorité du Parti socialiste, les centristes et une large majorité de l’UMP y sont favorables.

Première publication : 30/09/2012

  • FRANCE

    Le budget d'austérité made in France vaut la rigueur espagnole ou italienne

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Une nouvelle manifestation anti-austérité dégénère à Madrid

    En savoir plus

  • GRÈCE

    De nouvelles manifestations anti-austérité tournent à l'affrontement à Athènes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)