Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

EUROPE

Les Géorgiens se rendent aux urnes après le scandale des tortures en prison

© VANO SHLAMOV / AFP

Vidéo par Markus MEYER

Dernière modification : 01/10/2012

Le parti du président pro-européen Mikheïl Saakachvili (photo) fait figure de favori aux élections législatives mais pourrait pâtir du scandale des mauvais traitements infligés dans les prisons.

Les bureaux de vote ont ouvert, lundi 1er octobre, en Géorgie à l'occasion des élections législatives où la formation du président Mikheïl Saakachvili, au pouvoir depuis 2003, part favorite malgré une situation économique contrastée et un récent scandale sur la maltraitance de détenus en prison.

Âgé de 44 ans, Mikheïl Saakachvili s’est engagé à quitter la présidence l’an prochain et ne devrait pas en profiter pour prendre le poste de Premier ministre. Mais une victoire de son Mouvement national uni (MNU) lui permettrait de rester influent dans les coulisses du jeu politique.

Un sondage publié en août et mené par l’Institut démocrate national (NDI), une ONG proche du Parti démocrate américain, donnait 37 % d’intentions de vote pour le MNU contre 12 % pour son principal opposant, le nouveau parti Rêve géorgien, fondé en avril par le milliardaire Bidzina Ivanichvili.

"Le parti au pouvoir a de nombreux soutiens parmi ceux qui ont peur du changement et valorise la stabilité. Ils ont gardé en mémoire l’époque d’avant, où c’était encore trop dangereux de marcher dans la rue et où les infrastructures ne marchaient qu’occasionnellement", explique Markus Meyer, le correspondant de FRANCE 24 à Tbilissi.

L’ancienne ministre des Affaires étrangères et activiste pro-démocratie Salomé Zourabichvili estime que c’est la peur qui risque de guider le choix des électeurs : "Même huit ans après les élections et vingt ans après l’indépendance, les électeurs sont effrayés. La Géorgie n’est pas vraiment un pays démocratique ; elle reste plutôt un pays postsoviétique, explique t-elle sur l’antenne de FRANCE 24. Ce n’est qu’à la condition d’un équilibrage des pouvoirs entre le parti du président et l’opposition que les choses pourraient commencer à changer".

Le scandale des prisons

Pour les observateurs, le Mouvement national uni du président Mikhaïl Saakachvili devrait l’emporter mais la campagne a connu un rebondissement la semaine dernière avec la diffusion à la télévision d’images de maltraitance de détenus dans une prison du pays.

En effet, la diffusion à la mi-septembre d’une vidéo montrant des gardiens de prison en train de battre, d’humilier et de violer des détenus a provoqué un véritable scandale dans le pays, poussant les ministres de l’Intérieur et de l’Administration pénitentiaire à démissionner après que des milliers de personnes ont manifesté dans les rues de Tbilissi. 

Le scandale a terni l’image réformatrice sur laquelle fait campagne le gouvernement de Mikheïl Saakachvili, proche des puissances occidentales depuis la Révolution de la rose de 2003 qui a chassé du pouvoir le président Édouard Chevardnadzé.

Le gouvernement de Mikheïl Saakachvili a invité ses opposants à ne pas faire du scandale un enjeu politique. Il préfère mettre en avant ses réussites économiques, notamment la reprise de la croissance depuis 2010, même si l’inflation a atteint 11,2 % l’an dernier.

Réussites économiques pour tous ?  
 
L’opposition n’a cependant pas hésité à s’en saisir, accusant notamment le gouvernement d’avoir abandonné une partie de sa population qui n’a pas pu profiter des améliorations dans le pays. "Beaucoup de gens sont déçus par le parti au pouvoir. De nombreux Géorgiens sont toujours très pauvres et se sont sentis exclus de la croissance qu’a connu le pays", poursuit Markus Meyer.
 
Bidzina Ivanichvili, chef de file de l’opposition en Géorgie et propriétaire de l’une des chaînes sur lesquelles les images ont été diffusées, a profité de la polémique pour remettre en cause l’image de réformateur de Saakachvili et a estimé que les Géorgiens devraient choisir entre "le bien et le mal" lors des élections du 1er octobre.
Il s’est néanmoins engagé à ne pas provoquer de troubles si sa coalition perd à l’issue d’un scrutin équitable.
 
"Si nous n’obtenons pas le résultat espéré et que la communauté internationale reconnaît que le scrutin a été juste, alors nous accepterons le résultat quel qu’il soit", a dit cet homme d’affaires milliardaire, fondateur et chef de file de la coalition Rêve géorgien qui se dit prêt, en cas de victoire, à cohabiter avec Mikhaïl Saakachvili, dont le second et théoriquement dernier mandat présidentiel s’achève en 2013.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 30/09/2012

  • GÉORGIE

    Une vidéo montrant des prisonniers torturés secoue la Géorgie

    En savoir plus

  • GÉORGIE

    Des milliers de partisans manifestent leur soutien à Bidzina Ivanichvili pour les législatives

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Moscou et Tbilissi signent un accord pour l'adhésion de la Russie à l'OMC

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)