Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

Florange : le gouvernement a deux mois pour trouver un repreneur

Dernière modification : 01/10/2012

Le sidérurgiste indien ArcelorMittal a confirmé, ce lundi, la fermeture définitive des hauts fourneaux de Florange, en Moselle, tout en offrant un délai de 60 jours au gouvernement français pour trouver un repreneur pour sa filière liquide.

L’annonce officielle de la fermeture des hauts fourneaux de Florange a été faite, ce lundi 1er octobre, lors du comité central d’entreprise d’ArcelorMittal.

"On peut dire que les hauts fourneaux de Lorraine ont été fermés aujourd’hui", a commenté Walter Broccoli, responsable syndical Force ouvrière.

Le groupe a toutefois proposé à l’1tat français un délai de 60 jours pour trouver un repreneur. "Ils laissent deux mois au gouvernement pour trouver un repreneur pour la filière liquide, y compris la cokerie", précise Xavier Le Coq, de la CFE-CGC.

Mais, pour les syndicats, cette offre n’est pas satisfaisante. "Il n’y aura jamais de reprise. L’usine n’est pas viable", a réagi Walter Broccoli, expliquant qu’il faudrait des centaines de millions d’euros pour remettre l’outil à niveau.

Contrairement à ce que demandait le gouvernement, ArcelorMittal n’aurait pris, lors de cette réunion, aucun engagement concernant les investissements sur la phase à froid, la transformation de l’acier. L’activité "packaging" (acier pour le boitage), serait aussi menacée.

Réquisition de Florange ?

L’éventualité d’un repreneur ne satisfait pas Olivier Besancenot, l'ex-porte parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA). Celui-ci estime qu’il faut réquisitionner le site pour continuer à fabriquer de l’acier. "La balle est dans le camp des pouvoirs publics. Les travailleurs doivent pouvoir continuer la production, donc ce site doit être mis sous contrôle public. Il faut réquisitionner ce site-là", a exigé Olivier Besancenot sur I-télé.

"Le gouvernement est du côté des licencieurs, pas des travailleurs", a ajouté le militant trotskiste.

Selon les syndicats, le nombre de postes menacés est de 629, sur les quelque 2 500 employés de Florange.

Avant ces annonces, plusieurs dizaines de salariés de l’aciérie ont bloqué, lundi matin, les locaux de la direction du site en Moselle en soudant les grilles d'entrée.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 01/10/2012

  • FRANCE

    À Florange, Arnaud Montebourg monte au front contre ArcelorMittal

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les salariés d'ArcelorMittal achèvent leur "marche de l'acier" à Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    ArcelorMittal ferme le dernier haut-fourneau lorrain en activité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)