Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le retour en grâce des Moudjahidine du peuple, opposants impopulaires en Iran

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 02/10/2012

Washintgon a retiré l’Organisation des Moudjahidine du peuple iranien, dirigée par Mariam Rajavi, de leur liste "terroriste". Une décision dénoncée par Téhéran, et qui consacre la collaboration entre le groupe d'opposants et Washington.

Anciens fer de lance de l’opposition au shah, mais également à la République islamique de Khomeini, l'Organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI) était inscrite depuis 1997 sur la liste des organisations terroristes établie par les États-Unis. Le groupe d'opposants iraniens ayant renoncé à la violence depuis lontgtemps, Washington a finalement décidé, le 28 septembre, de les radier de ladite liste. Mais pour Thierry Coville, chercheur spécialiste de l’Iran à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), la reconnaissance tardive est vaine, car l’organisation pâtit de son image à l’intérieur de son propre pays.

Le groupe d’opposition a perdu beaucoup de son aura en Iran. " Les Moudjahidine du peuple sont des opposants d’exil et ont perdu toute légitimité en Iran depuis l’épisode de la guerre avec l’Irak, où ils ont mené des opérations contre l’armée iranienne", expliqueThierry Coville. L’"opinion publique iranienne, loin de les considérer comme des opposants, voit en eux des traîtres. Ils ne jouissent plus d’aucune popularité chez les Iraniens, que ce soit dans le pays où parmi la diaspora ", insiste-t-il.

Fondée en 1965 en opposition au shah, l’OMPI, d’obédience marxiste, mène des actions de guérillas urbaines pour ébranler le régime. Après la révolution islamique de 1979 et l’avènement de l’ayathollah Khomeini, l’organisation devient l'élément le plus combatif de l’opposition au régime de la république islamique d’Iran. En 1981, Massoud Rajavi, chef des Moudjahddine, fonde avec d’autres opposants le Conseil national de la résistance d'Iran (CNRI), où se retrouvent les forces d'opposition à la dictature du shah puis au régime théocratique de Khomeini.

Pendant la guerre Iran/Irak (1980-1988), les Moudjahidine s’installent en Irak où ils créent l’Armée de libération nationale d’Iran (ALNI) en 1986 et mènent des opérations contre leur pays. En 1988, Khomeini émet une fatwa ordonnant l’exécution des membres de l’organisation. Installée en France, l’OMPI est dirigée par Mariam Rajavi, l’épouse de Massoud Rajavi.

À l’annonce de la nouvelle de son retrait de la liste des organisations terroristes, le groupe, dont le siège est basé en banlieue parisienne à Auvers-sur-Oise, a salué dans une communiqué une "décision juste".

"Mme Maryam Rajavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance pour la période de transfert de la souveraineté au peuple iranien, s'est réjouie" de la décision de la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton", indique le texte. "Nous espérons pouvoir nous faire davantage et mieux connaître, ainsi que nos objectifs, à la communauté internationale et au peuple américain".

Lobbying et collaboration avec les services secrets américains

Selon Thierry Coville, plusieurs éléments expliquent le changement de position américain. Les tensions entre les États-Unis et l’Iran, sur son programme nucléaire, n’y sont pas étrangères. " Le fait que les États-Unis déclarent les Moudjahidine du peuple désormais fréquentables, n’est pas anodin à l’heure où Washington et Israël érigent l’Iran comme le grand ennemi planétaire ", fait d’abord remarquer le chercheur.

En outre, cela fait longtemps que l’OMPI cherche à redorer son image. Inscrite en 1997 en tant qu’organisation "terroriste" aux États-Unis, elle a, depuis plusieurs années, renoncé à la violence et activement collaboré avec les services secrets américains.

" Les Moudjahidines ont collaboré efficacement avec les services secrets américains en donnant des informations glanées de leurs contacts dans le pays sur le programme nucléaire iranien, mais encore aujourd’hui sur l’aide de l’Iran à Bachar al-Assad ", explique encore le chercheur.

Thierry Coville remarque également que la décision de l’administration américaine est le fruit d’une véritable politique de communication de l’organisation d’opposition iranienne. "Les Moudjahiddine ont fait beaucoup de lobbying, et de façon peu conventionnelle : ils ont payé des responsables des services de sécurité américain pour témoigner en leur faveur. Rudoph Guliani, l’ancien maire de New York, par exemple qui était présent à leur dernier Congrès à Paris, était payé pour s’exprimer à la tribune ", révèle Thierry Coville.

La décision du département d’État américain de retirer les Moudjahidine du peuple de la liste des organisations terroristes coïncident enfin avec l’évacuation, quasiment achevée et réclamée par l'ONU et les États-Unis, du camp d’Achraf, au nord de Bagdad, que les Moudjahidine occupaient depuis des années.
 

Première publication : 01/10/2012

  • IRAK

    Plusieurs centaines d’opposants iraniens abandonnent le Camp Achraf

    En savoir plus

  • IRAK

    L'étau se resserre autour des réfugiés iraniens du camp d'Achraf

    En savoir plus

  • IRAN

    Des milliers de Moudjahidine du peuple réunis en France demandent une protection pour Achraf

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)