Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • Les étrangers interdits de travailler au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Les musulmans de France lancent un appel unitaire contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

Afrique

Mouammar Kadhafi tué par un agent secret français ?

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/10/2012

Mouammar Kadhafi n'aurait pas été tué par les brigades révolutionnaires mais par un agent des services secrets français, selon les quotidiens Daily Telegraph et Corriere della Sera. Une version qui n’est toujours pas confirmée par les officiels.

Mouammar Kadhafi aurait été tué par un agent secret français. C'est ce qu'affirme le quotidien italien Corriere della Sera. À l’origine de cette allégation, les propos de Mahmoud Jibril, l'ancien Premier ministre du gouvernement de transition aujourd'hui leader du nouveau parti politique baptisé Alliance des forces nationales, lors d'une interview diffusée la semaine dernière sur la télévision égyptienne Dream TV : "Un agent étranger était infiltré avec les brigades révolutionnaires pour tuer le colonel Kadhafi", a-t-il affirmé.

S’il n’a pas précisé la nationalité de cet agent, le journal romain, qui cite des sources diplomatiques occidentales basées à Tripoli, révèle qu’il "était fort probablement français". Dans le quotidien britannique Daily Telegraph, Rami el-Obeidi, l'ancien responsable des relations avec les agences de renseignement étrangères pour le Conseil national de transition, affirme sans détour que "les services secrets français ont joué un rôle direct dans la mort de Kadhafi".

Paris aidé par Bachar al-Assad

Rami el-Obeidi rapporte également dans le journal britannique que le colonel Kadhafi aurait été localisé à Syrte par les services secrets français grâce à son téléphone satellite Iridium. Ce serait le régime syrien qui leur aurait donné le numéro de portable du dirigeant libyen. Il aurait ensuite été intercepté par ses communications avec des proches, réfugiés en Syrie. Les soldats britanniques et turcs des forces de l'Otan auraient aussi été informés, précise El-Obeidi, mais l'attaque contre le convoi de Kadhafi aurait "été totalement menée par des forces françaises".

Bachar al-Assad aurait trahi le dirigeant libyen dans le simple but de tirer son épingle du jeu sur la scène internationale, estime Rami el-Obeidi. "En échange de cette information, Assad a obtenu la promesse d’une grâce de la part des Français et moins de pression politique sur le régime - et c’est ce qui s’est passé", poursuit El-Obeidi. Pourtant, en novembre 2011, alors que la contestation contre le régime de Bachar al-Assad gronde depuis huit mois, la France a pris ses distances avec Damas, qualifiant notamment le Conseil national syrien d'"'interlocuteur légitime" et en rappelant son ambassadeur

Selon le Corriere della Sera, la France avait tout intérêt à mener l’opération car l’ancien président français Nicolas Sarkozy souhaitait faire taire le général Kadhafi, qui avait ouvertement menacé d’en dire plus sur le versement d'une importante somme d'argent pour financer sa campagne électorale présidentielle de 2007. "Sarkozy avait toutes les raisons de se débarrasser du colonel aussi vite que possible”, affirme des diplomates occidentaux cités par le quotidien italien.

"Vaste fumisterie"

Cette révélation vient remettre en cause la version officielle sur la mort du général Kadhafi. Selon l’Otan, l'aviation française aurait stoppé le convoi de Mouammar Kadhafi alors qu'il tentait de fuir Syrte, le 20 octobre 2011. Elle a toujours soutenu qu’elle ignorait qui se trouvait dans les voitures. Au moins un avion français a mené l'assaut aérien, avant que les combattants de la brigade du CNT n’attaquent le convoi et parviennent à capturer le colonel Kadhafi. L’Alliance atlantique a assuré que l’ancien dirigeant libyen avait péri dans une fusillade entre ses gardes du corps et des révolutionnaires après sa capture et qu'aucun ordre de le tuer n'avait été donné.

Contacté par France24.com, le ministère de la Défense n’a pas souhaité faire de commentaires. De son côté, Éric Dénécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), estime qu’il ne faut pas accorder plus d’importance à ces allégations. "C’est une vaste fumisterie", atteste-t-il.

"Il n’existe aucun élément sérieux pour alimenter cette thèse. Et quand bien même il y aurait des preuves, j’en discuterai la véracité car Rami el-Obeidi n’a pas bonne réputation", poursuit Éric Dénécé. Rami el-Obeidi se présente sur son compte Twitter comme un "révolutionnaire, ancien officiel du Comité national de transition libyen, fervent supporter d’un régime souverain, démocratique et libre en Libye". À la mort de Kadhafi, El-Obeidi a été discrédité et écarté du gouvernement de transition, en raison de ses liens avec le général Abdelfattah Younès, tué en juillet dernier dans des conditions obscures. Aujourd’hui, il travaille toujours pour le renseignement mais à un poste moins officiel.

FRANCE 24

Première publication : 01/10/2012

  • LIBYE

    L'un des meurtriers présumés de Mouammar Kadhafi décède à Paris

    En savoir plus

  • LIBYE

    "Pour Kadhafi, le viol était une arme de pouvoir"

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le procès de Saïf al-Islam Kadhafi reporté d'au moins cinq mois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)