Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Ultime espoir de retrouver des rescapés du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

Afrique

La chute "inéluctable" des Shebab somaliens

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 01/10/2012

L'abandon du port de Kismayo s'ajoute à une série de déconvenues militaires accumulées, depuis un an en Somalie, par le mouvement islamiste des Shebab. Marc Lavergne, spécialiste de la Corne de l'Afrique, répond à FRANCE 24.

Aux mains des shebab somaliens – des milices islamistes affiliées à Al-Qaïda – depuis août 2008, le grand port du sud de la Somalie, Kismayo, est tombé. Les forces gouvernementales (photo) et ceux de la Force de l'Union africaine en Somalie (Amisom) sont en effet entrés, ce lundi, dans le dernier bastion des islamistes, situé à environ 200 km de la frontière somalo-kenyane. Et ce, au surlendemain de l’annonce du retrait des Shebab provoqué par une offensive maritime, aérienne et terrestre du contingent kényan de l'Amisom contre la ville portuaire.

La perte de Kismayo, dont les milices avaient fait leur principale source de revenus et un centre opérationnel, est un nouveau coup dur pour les Shebab qui, depuis la perte de Mogadiscio à l’été 2011, multiplient les revers. Ils ont notamment perdu le contrôle de nombreux postes-frontières fort lucratifs pour leur mouvement. En 2008, les Shebab contrôlaient pratiquement tout le territoire somalien. Ils sont désormais contraints de trouver refuge dans la campagne du sud du pays.

Pour comprendre les raisons de cette série de déconvenues et ses enjeux, FRANCE 24 a interrogé Marc Lavergne, directeur de recherche au CNRS, spécialiste de la Corne de l'Afrique.

Marc Lavergne, directeur de recherche au CNRS, spécialiste de la Corne de l'Afrique (Crédit photo : RFI)

 

FRANCE 24 : Êtes-vous surpris par la perte du port de Kismayo par les Shebab? Comment expliquez-vous cette série de revers militaires accumulés depuis un an par la milice islamiste ?
 
Marc Lavergne : L’annonce brutale de la chute de Kismayo est en effet surprenante, du fait que les Shebab, une force réputée bien armée et motivée, tenaient beaucoup à garder le contrôle de cette ville stratégique. Par conséquent, l’explication de cet évènement n’est pas uniquement liée à la supériorité militaire de l’Amisom sur le terrain. En réalité, les déconvenues successives des Shebab, qui ont rendu celle de Kismayo inéluctable, s’explique par la perte de leurs soutiens étrangers, notamment du Soudan et de l’Érythrée, deux puissances qui cherchent à déstabiliser la Corne de l’Afrique. Sans ces soutiens, les Shebab ne font pas le poids face à des armées conventionnelles dont les moyens ont été sensiblement renforcés ces derniers temps. Il faut cependant se demander pourquoi ont-ils perdu ces soutiens, est-ce les Américains qui ont convaincu ces derniers d’abandonner les Shebab, et en échange de quoi ? L’avenir nous le dira, mais il est clair qu’un consensus international et régional est intervenu dans cette affaire. Celui de sécuriser l’océan Indien en proie aux trafics et à la piraterie.
 
Les shebab ont promis de contre-attaquer et de mener une campagne de représailles suite à la perte de Kismayo. Ont-ils encore, malgré leurs échecs successifs, les moyens de tenir leurs promesses, en s’appuyant sur les réseaux d’Al-Qaïda par exemple ?
 
M.L : S’ils ont subit un coup quasi-fatal, ils gardent néanmoins un pouvoir de nuisance certain qui pourrait entraîner des actions terroristes. Ce scenario pourrait rebrouiller les cartes en Somalie et perturber la vie quotidienne des zones urbaines somaliennes, notamment la capitale Mogadiscio. Il reste que les Shebab semblent dépourvus de toute perspective de reconquête pendant un bon moment. Quant à leur allégeance à la nébuleuse Al-Qaïda, elle n’est qu’un épouvantail qu’ils ont agité aux yeux de l’Occident. Au final, on ne peut que constater qu’elle ne leur a pas franchement été d’un grand secours puisque les Shebab n’ont reçu aucun renfort significatif en combattants, ni des fonds pour préparer leur défense.
 
Comment ces milices sont-elles parvenues à maintenir leur pouvoir sur la quasi-totalité du territoire somalien aussi longtemps ? Sur quoi reposait-il ?
 
M.L : Ce mouvement ne s’est imposé que par la force des armes et l’appui de puissances étrangères au milieu d’une situation chaotique. Il n’a suscité aucune adhésion au sein de la population dans les zones placées sous son contrôle. Ils n’ont été capables que d’occuper ces territoires, sans savoir comment les administrer. Les Shebab sont des jeunes, comme leur nom en arabe l’indique, sans aucune éducation et qui n’ont pour chefs que des gens plus âgés qu’eux. Ils ne sont qu’une force de circonstance sans ossature et sans idéologie, dénuée d’un agenda politique et sans aucune compétence en matière religieuse ou de gestion d’un État. Les seules ambitions de ces petits prédateurs étaient de porter des armes et de gagner de l’argent pour nourrir les leurs.
 

Première publication : 01/10/2012

  • SOMALIE

    Les Shebab somaliens reconnaissent la perte de leur dernier bastion

    En savoir plus

  • SOMALIE

    Les forces pro-gouvernementales prennent un port clé aux islamistes shebab

    En savoir plus

  • SOMALIE

    Les forces de l'UA infligent un nouveau revers aux Shebab

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)