Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

EUROPE

Le traité budgétaire européen pour les nuls

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/10/2012

Le traité budgétaire européen impose une discipline de fer aux 25 États signataires pour éviter qu’un scénario à la grecque ne se reproduise en Europe. FRANCE 24 vous propose une infographie ludique pour en comprendre le fonctionnement.

OUVERTURE DU DÉBAT LE 2 OCTOBRE À L’ASSEMBLÉE

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault doit prononcer mardi 2 octobre une "déclaration sur les nouvelles perspectives européennes". S'ouvriront ensuite les débats à l'Assemblée puis au Sénat en vue de la ratification, d'ici la fin octobre, du traité budgétaire européen.

La ratification ne devrait pas poser de problème, l'opposition de droite ayant l'intention de voter en faveur d'un traité signé le 1er mars par l'ancien président Nicolas Sarkozy.

Reste à savoir si l'exécutif aura besoin des voix de la droite pour adopter ce traité et ne pas manquer ce que Matignon décrit comme un "grand rendez-vous" du quinquennat de François Hollande. (Avec AFP)

Adopté le 2 mars 2012 par les chefs d’État et de gouvernement européens, le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), plus communément appelé traité budgétaire européen, impose une discipline budgétaire de fer aux États signataires pour éviter qu’un scénario à la grecque ne se reproduise en Europe.

Pour se faire, le texte institue de nouveaux mécanismes de gouvernance : il instaure des règles imposant aux États de respecter des seuils de déficit. Le traité instaure en outre le Mécanisme européen de stabilité (MES), instituant la solidarité des pays européens aux États en difficulté. Le MES remplace le Fonds européen de stabilité financière (FESF) et le Mécanisme européen de stabilité financière (MESF) mis en place dans l’urgence en 2010 et 2011 pour éviter la faillite de la Grèce.

Le texte est controversé. Ses opposants lui reprochent de mettre en péril la souveraineté budgétaire des États et d’ériger l’austérité en principe de gouvernance à l’échelle européenne.

FRANCE 24 vous propose une animation ludique pour comprendre en quelques minutes ce mécanisme complexe.


 

Première publication : 01/10/2012

COMMENTAIRE(S)