Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

SPORT

Soupçons de paris truqués : les frères Karabatic mis en examen

© AFP

Vidéo par Christophe DANSETTE

Dernière modification : 03/10/2012

Nikola Karabatic, la star du handball français, et son frère Luka ont été mis en examen pour escroquerie et placés sous contrôle judiciaire dans l'affaire du match présumé truqué entre Montpellier et Cesson en mai dernier.

Un deuxième match suspect ?

Selon des informations publiées par "le Parisien", une autre rencontre du championnat de France de handball pourrait avoir été truquée. Lors de la défaite de Montpellier face à Nîmes le 26 avril 2012, une société anglaise spécialisée dans le contrôle de paris sur Internet aurait relevé "un pic d'enjeux anormaux".

Aucune enquête n'a toutefois été ouverte et la Française des Jeux n'a relevé aucun "pic anormal" de paris sur ses points de vente au cours de ce match.

Nikola Karabatic, icône du handball français, a été mis en examen mardi soir à Montpellier pour escroquerie dans l'affaire des soupçons de match truqué et "mis au chômage", tout comme son frère Luka, a annoncé un de leurs avocats, Me Jean-Marc Phung.

Sa remise en liberté a été assortie d'une mesure de contrôle judiciaire prévoyant une caution, dont le montant n'a pas été communiqué par ses avocats. Il lui a également été signifié une interdiction de rencontrer l'encadrement du club et les autres protagonistes du dossier, ce qui équivaut à une "mise au chômage", a précisé Me Phung.

"Est-ce que j'ai parié? Non, je n'ai pas parié", a assuré le joueur aux magistrats instructeurs selon les termes de sa déclaration lue par un autre de ses conseils, Me Eric Dupont-Moretti, à la sortie du tribunal.

"Est-ce que ma copine a parié? Oui. Est-ce qu'elle m'a mis au courant? Oui. Pourquoi a-t-elle parié? Ca fait deux ans qu'elle suit l'équipe de Montpellier, elle s'y connaît dans le championnat", a dit le handballeur, expliquant le choix de sa compagne de parier sur la défaite de Montpellier après celle concédée devant Nîmes alors que son équipe jouait le titre.

"Ce garçon dit au juge: +c'est un cauchemar pour moi, parce que le handball, c'est ma vie et celle de mon père avant moi", a ajouté Me Dupont-Moretti qui a annoncé son intention de faire appel des conditions du contrôle judiciaire interdisant aux frères Karabatic de jouer.

Au total, onze personnes, dont trois autres joueurs - Primoz Prost (MAHB), Samuel Honrubia et Mladen Bojinovic (PSG)- ont été mises en examen pour "escroquerie par manoeuvre frauduleuse, en l'espèce en étant en possession d'information selon laquelle des joueurs de l'équipe de handball de Montpellier s'étaient entendus préalablement pour modifier ou altérer le déroulement normal de la rencontre entre Cesson et Montpellier" du 12 mai.

AFP

Première publication : 02/10/2012

  • HANDBALL

    Paris truqués : L’étau se resserre autour des joueurs montpelliérains

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Le handball français, du sacre olympique au banc des accusés

    En savoir plus

  • HANDBALL

    Soupçons de paris truqués : comment la Française des Jeux gère-t-elle les paris sportifs ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)