Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Afrique

Nord-Mali : Alger négocie secrètement avec les islamistes d'Ansar Dine

© AFP

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 02/10/2012

Jusque-là très en retrait, l'Algérie s'est impliquée dans la crise malienne en organisant secrètement sur son sol, samedi, une rencontre entre des islamistes d'Ansar Dine et un officiel de Bamako, confirme une source contactée par FRANCE 24.

Tout plutôt qu’une intervention militaire occidentale. C’est en substance la ligne tenue par Alger depuis le début de la crise malienne. Pour trouver une issue au conflit opposant les groupes islamistes armés (qui occupent le nord du Mali depuis six mois) aux autorités de Bamako (qui réclament ardemment une intervention militaire occidentale), l’Algérie a officieusement organisé une rencontre entre des représentants du mouvement musulman extrémiste Ansar Dine et un "haut gradé" de Bamako.

C’est du moins ce qu’a déclaré, samedi 29 septembre, une "source officielle malienne" à l’AFP. "Des représentants du mouvement islamiste Ansar Dine et un officiel malien se sont très récemment rencontrés à Alger pour évoquer la situation dans le nord du Mali", a-t-elle confié à l’agence de presse. Une information confirmée par une source proche du dossier contactée par FRANCE 24 : "La rencontre a eu lieu samedi [29 septembre]. Et parmi eux, il y avait le chef d’Ansar Dine, le Touareg Iyad Ag Ghali".

Une rencontre qui "n’a rien de surprenant"

Selon Kader Abderrahim, spécialiste de l’Algérie à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), cette rencontre officieuse "n’a rien de surprenant". Alger a toujours affirmé qu’il fallait privilégier les négociations pour régler le conflit malien et s’est toujours opposé à l’envoi d’une force militaire internationale réclamée par Bamako. "Alger ne peut se résoudre à une telle intervention dans un pays qu’elle considère comme son arrière-cour, explique Kader Abderrahim. Il n’a aucune envie de voir des bases militaires étrangères s’installer à ses frontières. Or, il voit que cette option militaire peut rapidement devenir une réalité. Alors Alger explore d’autres alternatives."

Il est vrai que le 29 septembre, dans un entretien au quotidien français "Le Monde", le Premier ministre malien,  Cheick Modibo Diarra, avait clairement pressé Paris d’intervenir militairement dans le nord du Mali pour déloger les islamistes. "Il faudra que la France fasse le premier pas", avait-il alors déclaré.

"Alger s’est posé le choix de ses interlocuteurs"

Alger est, en outre, dans une position diplomatique délicate depuis l'enlèvement par des islamistes de plusieurs de ses diplomates, le 5 avril, à Gao, dans le nord du Mali. "L’Algérie est restée discrète jusqu’à présent, parce qu’elle tient à récupérer sains et saufs ses représentants retenus en otages", explique Kader Adberrahim. Une discrétion et une main tendue d’Alger vers les islamistes d’autant plus compréhensibles que le Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), proche d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), avait annoncé, début septembre, l’exécution de l’un des otages algériens, Tahar Touati.

Alger serait donc prêt à engager des négociations avec un groupe islamiste armé ? "Le pays s’est posé le choix de ses interlocuteurs comme le font les États confrontés à une crise. Ce ne serait pas la première fois qu’un pays traite en secret avec des terroristes pour arriver à un accord", rappelle le spécialiste de l’Iris.

"Ansar Dine n’est pas un mouvement terroriste, mais un mouvement rebelle"

La position algérienne n’étonne pas non plus Mathieu Guidère, spécialiste de l’islam radical. Depuis les années 1990, rappelle-t-il, les liens entre l'Algérie et les mouvements touaregs, dont Iyad Ag Ghali est issu, ont toujours été complexes. "Alger s’est posé en intermédiaire incontournable dans toutes les crises entre Touaregs et gouvernement malien, explique Mathieu Guidère. "Sa perception d’Ansar Dine est donc très différente de celle de Paris, par exemple". Pour Alger, "Ansar Dine est une figure fréquentable. Son chef, le Touareg Iyad Ag Ghali, a souvent été un interlocuteur de l’Algérie. Il est d’ailleurs surnommé dans la région comme ‘l’homme des Algériens’".

Contrairement à la France et aux Occidentaux qui ne font presque aucune distinction entre Mujao, Aqmi et Ansar Dine, "Alger considère [ce dernier] comme un mouvement rebelle et non pas terroriste. À partir de ce constat, soigner les relations avec ce mouvement islamiste n’a donc rien ni de surprenant, ni de choquant pour Alger", conclut Mathieu Guidère.

Première publication : 02/10/2012

  • DIPLOMATIE

    Intervention au Mali : Washington freine les ardeurs de Paris

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Hollande appelle à une résolution rapide de l'ONU sur le Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Intervention au Nord-Mali : la France apportera une aide logistique

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)