Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

Afrique

Une Tunisienne violée auditionnée à Tunis pour "atteinte aux bonnes mœurs"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 03/10/2012

La Tunisienne qui avait été violée par deux policiers a été entendue ce mardi à Tunis par un juge d'instruction. Le magistrat déterminera à une date ultérieure si la jeune femme comparaîtra pour "atteinte aux bonnes mœurs".

La jeune Tunisienne de 27 ans violée par deux policiers a été audtionnée ce mardi 2 octobre par un juge d'instruction de Tunis. Elle comparaissait aux côtés de son compagnon pour atteinte à la pudeur.

"Nous avons été entendus par le juge d'instruction, raconte à FRANCE24 le compagnon de la jeune femme à la sortie de cette audition à huis clos qui a duré plus de deux heures. Puis les avocats ont chacun livré leur plaidoirie". "Le juge d'instruction a également rappelé que ma plaignante était accusée d'atteinte aux bonnes mœurs", rapporte à FRANCE24 l'avocate du couple, Saïda Garrach.

Le jugement a été reporté à une date ultérieure, selon l'avocate. Le verdict pourrait tomber mercredi ou dans les jours à venir. Le couple, qui préfère garder l’anonymat, encourt une peine de six mois de prison. Les avocats espèrent que l'affaire sera classée sans suite. "Je suis optimiste", a glissé le fiancé, qui est ressorti libre du tribunal aux côtés de la jeune femme.

Dans cette affaire, Me Saïda Garrach, dénonce une "procédure [qui] transforme la victime en accusée". Le 3 septembre, dans la localité d'Ain Zaghouan, près de Tunis, le couple est interpellé par trois policiers. La jeune femme est alors violée par deux des agents pendant que le troisième extorquait de l’argent à son fiancé, menotté.

Après avoir porté plainte, elle est confrontée à ses deux agresseurs présumés, aujourd’hui incarcérés pour viol. Selon l’accusation, le couple se trouvait dans une "position immorale" lorsqu’il a été arrêté par la police.

"Nous nous aimons, violez-nous !"

Cette histoire fait scandale en Tunisie et polarise le débat sur la place des femmes dans la société tunisienne post-révolution. Ce mardi, quelque 500 personnes se sont rassemblées devant le tribunal pour soutenir la jeune femme. "Révolution volée, femme voilée, petite fille violée" ou encore "Violée ou voilée, faut il choisir", peut-on lire sur les pancartes. Une manifestation avait déjà rassemblé, le 28 septembre, 200 à 300 personnes à Tunis pour soutenir cette femme qui se dit "humiliée".

"Très peu de femmes portent plainte pour viol en Tunisie car elles ont peur des représailles ou du scandale, poursuit l’avocate de la victime. Cette affaire s’inscrit dans une politique d’intimidation envers les femmes pour les inciter à rester chez elles."

Les associations féministes tunisiennes dénoncent, depuis l'arrivée au pouvoir des islamistes d'Ennahda en octobre 2011, le comportement de la police à l'égard des femmes. Elles seraient régulièrement harcelées en raison de leur tenue vestimentaire ou lors de sorties nocturnes lorsqu’elles ne sont pas accompagnées par un homme de leur famille.

Une pétition a également été lancée pour demander l'incarcération ferme des deux policiers prévenus, ainsi que des excuses publiques de la part du tribunal pour la jeune femme.

Première publication : 02/10/2012

  • TUNISIE

    "Violée par des policiers tunisiens, ma fiancée est accusée d’attentat à la pudeur"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Les intellectuels tunisiens redoutent un "nouvel ordre moral" version Ennahda

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Ennahda "veut mettre le grappin" sur les médias publics tunisiens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)