Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "manoeuvres tactiques" de Mahmoud Abbas

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (partie 2)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour de Wade à Dakar : la polémique enfle

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (partie 1)

En savoir plus

  • En direct : Moscou lance des manœuvres militaires à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

  • Le projet ferroviaire du grand Tunis remis sur les rails

    En savoir plus

  • RD Congo : plus de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

Afrique

Une Tunisienne violée auditionnée à Tunis pour "atteinte aux bonnes mœurs"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 03/10/2012

La Tunisienne qui avait été violée par deux policiers a été entendue ce mardi à Tunis par un juge d'instruction. Le magistrat déterminera à une date ultérieure si la jeune femme comparaîtra pour "atteinte aux bonnes mœurs".

La jeune Tunisienne de 27 ans violée par deux policiers a été audtionnée ce mardi 2 octobre par un juge d'instruction de Tunis. Elle comparaissait aux côtés de son compagnon pour atteinte à la pudeur.

"Nous avons été entendus par le juge d'instruction, raconte à FRANCE24 le compagnon de la jeune femme à la sortie de cette audition à huis clos qui a duré plus de deux heures. Puis les avocats ont chacun livré leur plaidoirie". "Le juge d'instruction a également rappelé que ma plaignante était accusée d'atteinte aux bonnes mœurs", rapporte à FRANCE24 l'avocate du couple, Saïda Garrach.

Le jugement a été reporté à une date ultérieure, selon l'avocate. Le verdict pourrait tomber mercredi ou dans les jours à venir. Le couple, qui préfère garder l’anonymat, encourt une peine de six mois de prison. Les avocats espèrent que l'affaire sera classée sans suite. "Je suis optimiste", a glissé le fiancé, qui est ressorti libre du tribunal aux côtés de la jeune femme.

Dans cette affaire, Me Saïda Garrach, dénonce une "procédure [qui] transforme la victime en accusée". Le 3 septembre, dans la localité d'Ain Zaghouan, près de Tunis, le couple est interpellé par trois policiers. La jeune femme est alors violée par deux des agents pendant que le troisième extorquait de l’argent à son fiancé, menotté.

Après avoir porté plainte, elle est confrontée à ses deux agresseurs présumés, aujourd’hui incarcérés pour viol. Selon l’accusation, le couple se trouvait dans une "position immorale" lorsqu’il a été arrêté par la police.

"Nous nous aimons, violez-nous !"

Cette histoire fait scandale en Tunisie et polarise le débat sur la place des femmes dans la société tunisienne post-révolution. Ce mardi, quelque 500 personnes se sont rassemblées devant le tribunal pour soutenir la jeune femme. "Révolution volée, femme voilée, petite fille violée" ou encore "Violée ou voilée, faut il choisir", peut-on lire sur les pancartes. Une manifestation avait déjà rassemblé, le 28 septembre, 200 à 300 personnes à Tunis pour soutenir cette femme qui se dit "humiliée".

"Très peu de femmes portent plainte pour viol en Tunisie car elles ont peur des représailles ou du scandale, poursuit l’avocate de la victime. Cette affaire s’inscrit dans une politique d’intimidation envers les femmes pour les inciter à rester chez elles."

Les associations féministes tunisiennes dénoncent, depuis l'arrivée au pouvoir des islamistes d'Ennahda en octobre 2011, le comportement de la police à l'égard des femmes. Elles seraient régulièrement harcelées en raison de leur tenue vestimentaire ou lors de sorties nocturnes lorsqu’elles ne sont pas accompagnées par un homme de leur famille.

Une pétition a également été lancée pour demander l'incarcération ferme des deux policiers prévenus, ainsi que des excuses publiques de la part du tribunal pour la jeune femme.

Première publication : 02/10/2012

  • TUNISIE

    "Violée par des policiers tunisiens, ma fiancée est accusée d’attentat à la pudeur"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Les intellectuels tunisiens redoutent un "nouvel ordre moral" version Ennahda

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Ennahda "veut mettre le grappin" sur les médias publics tunisiens

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)