Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Trump et Poutine ont rendez-vous à Helsinki

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Assouplissement quantitatif : l'arme lourde des banques centrales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Le HCR s'oppose aux centres fermés : "Demander l'asile n'est pas un crime"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme : qui veut traverser l'Europe en train ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les Bleus champions du monde : quel impact sur la croissance française ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Visite de Donald Trump au Royaume-Uni : nouveau coup de théâtre

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Donald Trump : le président qui divise l'Europe ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Une société chinoise porte plainte contre Barack Obama

Dernière modification : 03/10/2012

Une firme chinoise a porté plainte devant un tribunal de Washington contre Barack Obama, l'accusant de l'avoir empêchée d'acquérir des fermes éoliennes situées à proximité d'une base militaire. Le président américain a invoqué des motifs de sécurité.

Une entreprise chinoise a porté plainte contre le président américain Barack Obama pour l'avoir empêchée d'acquérir des fermes éoliennes situées près d'une base militaire, en invoquant la sécurité nationale, selon des documents judiciaires rendus publics mardi.

L'entreprise américaine Ralls Corp, propriété de Chinois, et sa filiale chinoise Sany Group, ont vu leur projet d'acquisition de quatre fermes éoliennes situées dans l'Oregon (nord-ouest) bloqué par un décret présidentiel signé vendredi dernier.

Dans son décret, le président Obama affirmait que des entreprises liées à des ressortissants chinois "pourraient prendre des mesures qui menaceraient d'attenter à la sécurité nationale des Etats-Unis".

Dans sa plainte, déposée lundi devant un tribunal de la capitale Washington et dont l'AFP a obtenu une copie, Ralls Corp estime que "le président a dépassé les limites de son autorité en suspendant ou en interdisant" cette transaction et demande de déclarer "arbitraire et capricieux" le fait d'argumenter que cette transaction "présente des risques pour la sécurité nationale des Etats-Unis".

"Nous pensons que cette plainte n'a pas de fondement et nous avons l'intention de défendre ce dossier avec énergie", a déclaré Natalie Wyeth, porte-parole du département du Trésor.

Barack Obama a pris cette décision après avoir reçu les recommandations d'un comité spécial qui surveille que des acquisitions faites par des étrangers ne représentent pas une menace pour la sécurité des Etats-Unis.

Cette plainte intervient à quelques semaines de l'élection présidentielle américaine.

Dans un communiqué, l'entreprise Ralls estime que ce décret présidentiel interdit un projet "créateur d'emplois" en Oregon "à une période où les Américains ont besoin de plus de travail".

Avec cette plainte, "Ralls continue de montrer son profond respect pour la transparence et la procédure, et recherche seulement un traitement équitable devant le droit et la Constitution", affirme-t-elle dans ce communiqué.

AFP
 

Première publication : 03/10/2012

  • PRESIDENTIELLE AMERICAINE

    Obama ou Romney ? Quand la politique divise les couples

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Un "effet Obama" pour les politiciens afro-américains ?

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Barack Obama prend le large dans les sondages

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)