Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Afrique

Un député de Sidi Bouzid en grève de la faim : "C'était la seule solution"

Texte par Charlotte BOITIAUX , Maha BEN ABDELADHIM

Dernière modification : 04/10/2012

Ahmed Khaskhoussi est l’un des trois députés tunisiens à avoir arrêté de s’alimenter le 1er octobre pour dénoncer la répression musclée des autorités contre les manifestations de Sidi Bouzid. Une grève de la faim nécessaire, selon lui. Entretien.

Un an après le début du soulèvement en Tunisie, la colère de Sidi Bouzid, berceau de la révolution de 2011, s’est-elle vraiment éteinte ? À en croire les événements en ce début de mois d'octobre, elle n’était qu’en sommeil. Depuis le 27 septembre, en effet, plusieurs centaines d'habitants des villes de la région - dont El Omrane, Menzel Bouzaïane, et Sidi Bouzid -, battent le pavé, de manière presque ininterrompue. À l’origine de cette nouvelle contestation populaire : l’immuabilité politico-sociale. Il faut dire que depuis la chute de Ben Ali, en janvier 2011, rien n’a changé dans cette région gangrénée par le chômage, la précarité et la pauvreté.

Pour seule réponse à ces doléances, le gouvernement tunisien du Premier ministre Hamadi Jebali a envoyé les forces de l’ordre qui n’ont pas hésité, selon nos observateurs de FRANCE 24, à faire usage de balles réelles pour disperser la foule et mater la révolte. Plusieurs dizaines de personnes ont également été arrêtées. Une extrême violence que trois députés dénoncent aujourd’hui à travers une grève de la faim, entamée le 1er octobre. France 24 a pu joindre l’un d’entre eux, Ahmed Khaskhoussi, membre du Mouvement des démocrates socialistes (MDS) et représentant de la circonscription de Sidi Bouzid. Entretien.

FRANCE 24 : La grève de la faim est une solution extrême, pourquoi utiliser ce procédé ?

Ahmed Khaskhoussi : C’était la seule solution. Depuis plusieurs mois, nous essayions d’attirer l’attention des autorités sur les inégalités sociales persistantes et le chômage qui sévit dans le pays.

"Violée par des policiers tunisiens, ma fiancée est accusée d’attentat à la pudeur"

Mais personne ne nous écoutait. Ni le président de l’Assemblée [Ben Jafaar, du parti de gauche Ettakatol, ndlr], qui a toujours refusé de nous recevoir alors qu’il se trouve chaque jour à quelques mètres de nous ! Ni les membres du gouvernement qui nous ignorent royalement. Nous avions demandé le mois dernier un rendez-vous avec le ministre de l’Intérieur [Ali Larayedh], mais à l’heure actuelle, nous n’avons toujours pas de réponse. Nous avions épuisé tous nos recours. Arrêter de s’alimenter était donc le dernier moyen de pression que nous possédions pour faire valoir nos revendications.

FR24 : Et que revendiquez-vous exactement à travers cette grève ?

A.K. : Dans le contexte des manifestations de Sidi Bouzid, nous demandons la libération de tous les protestataires arrêtés et l’abandon des poursuites judiciaires engagées à leur encontre. Toutes ces personnes manifestaient pacifiquement quand les forces de l’ordre les ont arrêtées et malmenées. Est-ce vraiment cela la réponse des autorités face à un peuple en colère ? Le tout sécuritaire, la répression systématique ! C’est inacceptable.

De manière plus générale, nos revendications sont légitimes, nous réclamons l’instauration d’un dialogue durable entre le pouvoir et la société civile. Pour le moment, rien n’a changé depuis l’arrivée d’Ennadha [le parti islamiste est majoritaire à l’Assemblée, ndlr].

FR24 : Combien de temps comptez-vous tenir ?

A.K. : Personnellement, j’ai dû mettre un terme hier [mardi 2 octobre] à cette grève de la faim suite à un grave malaise. J’ai plus de 65 ans… Mon état de santé ne me permettait pas de continuer. Une ambulance est venue me chercher hier à l’Assemblée. Les médecins m’ont dit que je devais impérativement me réalimenter, que mon corps ne supporterait pas plus longtemps ce jeûne. Mais mes confrères [les députés Mohamed Ibrahmi et Taher El-Ileh] comptent bien la continuer, et ce tant que nos doléances n’auront pas été entendues. Et ils m’ont affirmé qu’ils sont prêts à aller loin.

 

Première publication : 03/10/2012

  • TUNISIE

    Une Tunisienne violée auditionnée à Tunis pour "atteinte aux bonnes mœurs"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Pour nous, salafistes, la démocratie est un concept impie"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Les intellectuels tunisiens redoutent un "nouvel ordre moral" version Ennahda

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)