Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Big Bird, le drôle d'oiseau qui survole le débat Romney-Obama

© Mothemogul

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/10/2012

En une poignée de minutes, le personnage Big Bird de l'émission culte Sesame Street est devenu le héros du Net américain. La faute à Mitt Romney qui, lors du débat l'opposant à Barack Obama, a menacé de lui couper les vivres...

Le vainqueur du débat télévisé entre Mitt Romney et Barack Obama n’est peut-être pas celui que l’on croit. Si les commentateurs ont estimé que le républicain s’était montré plus incisif que son adversaire ce mercredi 3 octobre lors de ce premier face-à-face public entre les deux candidats à l’élection présidentielle américaine, la vraie star de la soirée fut, du moins sur Internet, un drôle d'oiseau jaune.

Big Bird, l’un des personnages principaux de "Sesame Street" ("Rue Sésame"), une émission populaire diffusée sur la chaîne Public Broadcasting Service (PBS), a enflammé la Toile alors que le débat battait son plein. La raison ? La menace du héraut de la droite américaine de couper les vivres à la télévision publique. “J’arrêterai de subventionner PBS, même si j’aime Big Bird, car je ne vais pas continuer à emprunter de l’argent à la Chine pour payer des choses non essentielles”, a affirmé Mitt Romney.

Mitt Romney assure qu'il aime Big Bird

Le temps d’un battement de cil numérique et le sympathique personnage de Sesame Street s’est retrouvé érigé en symbole des sacrifices budgétaires prônés par les républicains et de l’engouement des internautes américains pour le débat présidentiel.

Sesame Street délocalisé ?

Un symbole surtout multi-tweeté. Dans les minutes qui ont suivi les propos de Mitt Romney, les faux comptes à la gloire de Big Bird ont fleuri sur le célèbre réseau de micro-blogging . Le plus célèbre d’entre eux, @firedBigBird, s’est retrouvé en moins de quatre heures avec plus de 20 000 abonnés à son fil. “Urgent : Bain Capital [le fonds d’investissement autrefois dirigé par Mitt Romney, ndlr] vient de délocaliser Sesame Street en Chine”, écrit ainsi le faux volatile.

Tous réunis, les comptes de soutien au gros oiseau comptabilisent quelque 50 000 abonnés. Twitter Government, un fil qui suit l’activité politique sur le réseau social, indique que 17 000 tweets portant sur Big Bird ont été envoyés chaque minute après le tir au gros poussin initié par Mitt Romney.

Au final, le mouvement de soutien à l'incontournable Sesame Street - l'émission  existe depuis 1968 - a contribué à faire de ce premier débat entre Barack Obama et Mitt Romney l’événement politique américain le plus commenté de l’histoire de Twitter. Le réseau social a confirmé, jeudi, ce record en précisant dans un message sur son blog officiel que 10 millions de gazouillis sur le débat présidentiel avaient été envoyés dans la soirée.

L'activité sur Twitter durant le débat présidentiel (source : Twitter)

Mais la cyber-carrière de Big Bird n’en est probablement qu’à ces débuts. Les détournements d’images et montages mettant en scène le volatile menacé de licenciement prouvent que l’attaque de Mitt Romney contre la Rue Sésame a un potentiel viral évident. Big Bird pourrait-il devenir le poulet/boulet de fin de campagne du candidat républicain ?

Première publication : 04/10/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Mitt Romney attaque Barack Obama sur l'économie

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Romney espère remonter la pente lors du premier débat face à Obama

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Scott le pizzaiolo fait buzzer la campagne de Barack Obama

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)