Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Amériques

Romney "énergique", Obama "peu combatif", le verdict de la presse américaine

© Mothemogul

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 05/10/2012

Lors du premier débat télévisé organisé entre les deux candidats à la présidence américaine, le républicain Mitt Romney a su tirer son épingle du jeu face à un Barack Obama en petite forme, selon les médias américains.

Mitt Romney serait le grand gagnant, ce mercredi 3 octobre, du premier des trois débats télévisés organisés à quelques semaines de l’élection présidentielle américaine. "Énergique", "mieux préparé" et "plus engagé" que Barack Obama, le candidat républicain, en mauvaise position dans les sondages, est apparu plus confiant que le président sortant, selon les médias américains.

Romney "hyper-compétent"

Pour le quotidien conservateur "New York Post", nul besoin de débattre sur l’issue du débat : Mitt Romney a mis Obama "KO". Rôdé durant la primaire républicaine, Mitt Romney s’est montré particulièrement virulent envers la politique économique et la réforme du système de santé de l'actuel locataire de la Maison Blanche.

Point fort du candidat républicain, selon le "Washington Post", journal réputé centriste : sa capacité à mobiliser une grande quantité de connaissances sans avoir l’air de faire d’effort. De l’"hyper-compétence", assure le quotidien.

Une performance en rupture avec la campagne teintée de maladresses menée jusque-là par le poulain du Grand Old Party. L’équipe de Mitt Romney avait d’ailleurs promis un tournant. Mission vraisemblablement réussie : selon un sondage de la chaîne CNN, 67 % des Américains donnent Romney grand vainqueur du débat.

Un débat "stérile"

Au-delà de son sérieux, le candidat mormon s’est illustré par son humour. Sa sortie sur le 20e anniversaire de mariage du couple présidentiel ("Quoi de plus romantique que de le fêter avec moi ?") a fait mouche auprès des commentateurs politiques. L’un des rares moments de légèreté durant un débat plombé par les chiffres et la crise économique, selon le journal économique "Wall Street Journal". Dénotant un certain ennui, le "Los Angeles Times" a quant à lui relevé la "politesse" des joutes verbales.

Dans son éditorial intitulé “Un débat stérile”, le "New York Times", journal aux orientations démocrates, critique un "récital peu intelligible de vieux débats." Et de déplorer : “La confrontation de mercredi a apporté peu d’éclairages aux électeurs dont le choix du candidat n’a pas encore été déterminé".

Barack Obama "sur la défensive"

En ce qui concerne le président sortant, sa performance a suscité des réactions plus mitigées. "Barack Obama donnait l’impression de vouloir être ailleurs", pointe le "Washington Post", qui regrette une attitude plus proche de celle du challenger de 2008 que du chef de l'État. Le candidat démocrate a en effet adopté une attitude jugée peu combative, le regard souvent baissé, quand son adversaire affichait un regard déterminé.

Du côté du "Wall Street Journal", on s’étonne également de l’absence d’attaques de la part de Barack Obama notamment sur le retentissant dérapage de son adversaire à propos des 47 % d’Américains assistés, sujet sur lequel il était attendu.

Le démocrate peut toutefois se réjouir des précisions apportées par le site Internet du "New York Times", qui s’est livré à la minutieuse discipline du "fact checking" ("vérifications des faits") pendant l’émission, répondant en temps réel aux arguments de Mitt Romney.

Ainsi, lorsque le candidat républicain a proposé de supprimer l’"Obamacare" afin de diminuer le coût du Medicare, le système d'assurance-santé bénéficiant aux personnes de plus de 65 ans, le quotidien new-yorkais a démontré l’inverse. Selon le journal, la suppression de la mesure phare d’Obama représenterait un coût approximatif de 716 milliards de dollars dans les dix prochaines années.

Un évènement largement suivi sur Twitter

"Le 'fact checking' est la seule chance pour Barack Obama de tirer son épingle du jeu", affirme un internaute sur Twitter. Au cours du débat, l’évènement médiatico-politique a en effet été amplement commenté sur les réseaux sociaux. "Romney a été bien préparé. Il est chaleureux, engageant. Obama semble pressé que cela se termine,” a estimé pour sa part Rachel Smalley, une éditorialiste néo-zélandaise.

Les internautes se sont par ailleurs insurgés contre l’intention de Mitt Romney de couper  les vivres à la chaîne télévision publique PBS s’il est élu. La Toile s’est ainsi symboliquement enflammée de messages de défense envers Big Bird, l’un des personnages principaux de Sesame Street, émission populaire diffusée sur la chaîne publique.

Première publication : 04/10/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Mitt Romney attaque Barack Obama sur l'économie

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Big Bird, le drôle d'oiseau qui survole le débat Romney-Obama

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Scott le pizzaiolo fait buzzer la campagne de Barack Obama

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)