Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Le "bateau pour l'avortement" nargue les autorités marocaines

© AFP

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Dernière modification : 05/10/2012

Malgré le déploiement de la marine marocaine, le bateau de l'ONG néerlandaise "Women on Waves" a annoncé, jeudi, qu'il mouillait déjà dans les eaux marocaines.

Il s’est vu interdire l’accès au port. Le bateau de "Women on Waves", également appelé le "bateau pour l’avortement", s’est vu refuser l’entrée dans le port de Smir, dans le nord du Maroc, par la marine marocaine. Le bâtiment, affrété par une ONG néerlandaise, entend proposer aux sujettes du royaume chérifien des avortements médicamenteux, une pratique officiellement illégale dans le pays.

Malgré le déploiement des militaires, "Women on Waves" a annoncé ce jeudi 4 octobre dans l’après-midi que le navire se trouvait d’ores et déjà dans les eaux marocaines. D’après les journalistes présents sur place, il mouillerait à 20 mètres à peine de la terre ferme, à l’intérieur d’une marina.

"Le bateau est arrivé il y a quelques jours déjà, car ils ont su que les autorités allaient les empêcher et c'était le seul moyen de parvenir jusqu'aux côtes marocaines", a confirmé à l'AFP une députée néerlandaise, Liesbeth van Tongeren, présente sur place.

Le navire restera six jours au Maroc avec pour "objectif de réaliser des opérations d'avortement les plus sécurisées possibles", a précisé une militante de l'ONG néerlandaise arrivée par avion. Seule difficulté : il n’existe, pour l’heure, aucun moyen de descendre du bateau ou de monter à bord.

Un joli coup de com'

Un coup de communication cependant réussi. "Women on Waves" et l'association marocaine Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (Mali) ont réussi à braquer les projecteurs sur la question de l'avortement au Maroc où, d'après l'ONG néerlandaise, 78 femmes meurent chaque année des suites d'un avortement clandestin. En vertu du droit néerlandais, "Women on Waves" fournit aux femmes des avortements médicaux légaux jusqu'à 6,5 semaines de grossesse, en naviguant dans les eaux internationales.

L’initiative a suscité une vive polémique au Maroc, où la majorité gouvernementale est islamiste. Les médias conservateurs et environ 200 membres de la jeunesse du Parti justice et développement ont ainsi manifesté, ce jeudi matin, à Smir pour "le droit à la vie".

"Ça n'est pas dans l'intérêt de la femme. C'est symbolique, mais je ne pense pas que ça soit la bonne approche", a pour sa part commenté auprès de l'AFP le président de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin (Amlac), Chafik Chraïbi.

C'est la première fois que l'ONG veut mener ce type d'action dans un pays musulman. Elle a déjà entrepris des actions similaires au large de l'Irlande, de la Pologne, du Portugal et de l'Espagne, qui ont à chaque fois entraîné des protestations de groupes opposés à l'avortement.

(France24 avec dépêches)

Première publication : 04/10/2012

  • SUR RFI

    Un "navire pour l’avortement" attendu au large du Maroc où l’IVG est interdite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)