Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

Afrique

Le "bateau pour l'avortement" nargue les autorités marocaines

© AFP

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Dernière modification : 05/10/2012

Malgré le déploiement de la marine marocaine, le bateau de l'ONG néerlandaise "Women on Waves" a annoncé, jeudi, qu'il mouillait déjà dans les eaux marocaines.

Il s’est vu interdire l’accès au port. Le bateau de "Women on Waves", également appelé le "bateau pour l’avortement", s’est vu refuser l’entrée dans le port de Smir, dans le nord du Maroc, par la marine marocaine. Le bâtiment, affrété par une ONG néerlandaise, entend proposer aux sujettes du royaume chérifien des avortements médicamenteux, une pratique officiellement illégale dans le pays.

Malgré le déploiement des militaires, "Women on Waves" a annoncé ce jeudi 4 octobre dans l’après-midi que le navire se trouvait d’ores et déjà dans les eaux marocaines. D’après les journalistes présents sur place, il mouillerait à 20 mètres à peine de la terre ferme, à l’intérieur d’une marina.

"Le bateau est arrivé il y a quelques jours déjà, car ils ont su que les autorités allaient les empêcher et c'était le seul moyen de parvenir jusqu'aux côtes marocaines", a confirmé à l'AFP une députée néerlandaise, Liesbeth van Tongeren, présente sur place.

Le navire restera six jours au Maroc avec pour "objectif de réaliser des opérations d'avortement les plus sécurisées possibles", a précisé une militante de l'ONG néerlandaise arrivée par avion. Seule difficulté : il n’existe, pour l’heure, aucun moyen de descendre du bateau ou de monter à bord.

Un joli coup de com'

Un coup de communication cependant réussi. "Women on Waves" et l'association marocaine Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (Mali) ont réussi à braquer les projecteurs sur la question de l'avortement au Maroc où, d'après l'ONG néerlandaise, 78 femmes meurent chaque année des suites d'un avortement clandestin. En vertu du droit néerlandais, "Women on Waves" fournit aux femmes des avortements médicaux légaux jusqu'à 6,5 semaines de grossesse, en naviguant dans les eaux internationales.

L’initiative a suscité une vive polémique au Maroc, où la majorité gouvernementale est islamiste. Les médias conservateurs et environ 200 membres de la jeunesse du Parti justice et développement ont ainsi manifesté, ce jeudi matin, à Smir pour "le droit à la vie".

"Ça n'est pas dans l'intérêt de la femme. C'est symbolique, mais je ne pense pas que ça soit la bonne approche", a pour sa part commenté auprès de l'AFP le président de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin (Amlac), Chafik Chraïbi.

C'est la première fois que l'ONG veut mener ce type d'action dans un pays musulman. Elle a déjà entrepris des actions similaires au large de l'Irlande, de la Pologne, du Portugal et de l'Espagne, qui ont à chaque fois entraîné des protestations de groupes opposés à l'avortement.

(France24 avec dépêches)

Première publication : 04/10/2012

  • SUR RFI

    Un "navire pour l’avortement" attendu au large du Maroc où l’IVG est interdite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)