Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Afrique

Le "bateau pour l'avortement" nargue les autorités marocaines

© AFP

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Dernière modification : 05/10/2012

Malgré le déploiement de la marine marocaine, le bateau de l'ONG néerlandaise "Women on Waves" a annoncé, jeudi, qu'il mouillait déjà dans les eaux marocaines.

Il s’est vu interdire l’accès au port. Le bateau de "Women on Waves", également appelé le "bateau pour l’avortement", s’est vu refuser l’entrée dans le port de Smir, dans le nord du Maroc, par la marine marocaine. Le bâtiment, affrété par une ONG néerlandaise, entend proposer aux sujettes du royaume chérifien des avortements médicamenteux, une pratique officiellement illégale dans le pays.

Malgré le déploiement des militaires, "Women on Waves" a annoncé ce jeudi 4 octobre dans l’après-midi que le navire se trouvait d’ores et déjà dans les eaux marocaines. D’après les journalistes présents sur place, il mouillerait à 20 mètres à peine de la terre ferme, à l’intérieur d’une marina.

"Le bateau est arrivé il y a quelques jours déjà, car ils ont su que les autorités allaient les empêcher et c'était le seul moyen de parvenir jusqu'aux côtes marocaines", a confirmé à l'AFP une députée néerlandaise, Liesbeth van Tongeren, présente sur place.

Le navire restera six jours au Maroc avec pour "objectif de réaliser des opérations d'avortement les plus sécurisées possibles", a précisé une militante de l'ONG néerlandaise arrivée par avion. Seule difficulté : il n’existe, pour l’heure, aucun moyen de descendre du bateau ou de monter à bord.

Un joli coup de com'

Un coup de communication cependant réussi. "Women on Waves" et l'association marocaine Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (Mali) ont réussi à braquer les projecteurs sur la question de l'avortement au Maroc où, d'après l'ONG néerlandaise, 78 femmes meurent chaque année des suites d'un avortement clandestin. En vertu du droit néerlandais, "Women on Waves" fournit aux femmes des avortements médicaux légaux jusqu'à 6,5 semaines de grossesse, en naviguant dans les eaux internationales.

L’initiative a suscité une vive polémique au Maroc, où la majorité gouvernementale est islamiste. Les médias conservateurs et environ 200 membres de la jeunesse du Parti justice et développement ont ainsi manifesté, ce jeudi matin, à Smir pour "le droit à la vie".

"Ça n'est pas dans l'intérêt de la femme. C'est symbolique, mais je ne pense pas que ça soit la bonne approche", a pour sa part commenté auprès de l'AFP le président de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin (Amlac), Chafik Chraïbi.

C'est la première fois que l'ONG veut mener ce type d'action dans un pays musulman. Elle a déjà entrepris des actions similaires au large de l'Irlande, de la Pologne, du Portugal et de l'Espagne, qui ont à chaque fois entraîné des protestations de groupes opposés à l'avortement.

(France24 avec dépêches)

Première publication : 04/10/2012

  • SUR RFI

    Un "navire pour l’avortement" attendu au large du Maroc où l’IVG est interdite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)