Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

Economie

Comment les "pigeons" sont arrivés à leurs fins

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/10/2012

Après plusieurs jours de fronde, les investisseurs et net-entrepreneurs qui se font appeler "pigeons" ont obtenu du gouvernement des concessions sur le principe de l’alignement de la fiscalité du capital sur celle des revenus.

“Vini, vidi” et presque “vici”. Le mouvement des “pigeons” ou “geonpi” - ces net-entrepreneurs et patrons de fonds d’investissement mécontents de certaines mesures du projet de loi de finances 2013 (PLF 2013) - ont réussi à faire fléchir le gouvernement sur la taxation des revenus du capital en cas de cession d’une entreprise.

À l’issue d’une réunion, ce jeudi, avec des représentants de ce mouvement, Pierre Moscovici, le ministre de l’Économie, a affirmé que “lorsqu'un entrepreneur cèdera sa société et réinvestira une partie de cet argent, il bénéficiera d'une exonération à la hauteur de sa part de réinvestissement. L'exonération sera totale si la totalité des plus values est réinvestie”.

En clair : après moins d’une semaine de battage médiatique tous azimuts et de lobbying 2.0 bien orchestrés, ces auto-proclamés “pigeons” ont obtenu le beurre, mais pas le sourire de la crémière en plus : Pierre Moscovici a précisé que le principe même de l’alignement de la fiscalité du revenu du capital sur celui du travail restait inscrit dans le PLF 2013.

Quelle est donc la recette miracle qui a permis de fissurer en quelques jours l’une des plus emblématiques promesses de campagne de François Hollande ? Les “pigeons” frenchies ont réussi à concocter un savant mélange de Blitzkrieg sur les réseaux sociaux et d'argumentaire choc... pas toujours chic.

Blitzkrieg sur les réseaux sociaux :

Un logo “net-friendly”. Si se faire “pigeonner” est un concept franco-français peu

compréhensible par un public anglophone, ce collectif a eu la bonne idée de choisir un logo et un slogan évocateurs pour tous sur le Web. “We are pigeons” rappelle, en effet, très fortement le célèbre “We are Legions” des hacktivistes d'Anonymous qui se veulent les représentants, sur le Net, de la majorité silencieuse et anonyme contre les intérêts des puissants. Du coup, les “pigeons” français espèrent probablement, aussi, profiter de cette image de petit David qui se bat contre le Goliath de l’État français.

Des porte-parole influents. Le mouvement des “pigeons” est né après la publication sur le site du quotidien économique La Tribune d’une contribution de Jean-David Chamboredon, patron de ISAI, l’un des principaux fonds français pour les Net entrepreneurs, jeudi 28 septembre. Il y dénonce une loi de finances qui serait “anti-start-up”. Il est très vite rejoint par Marc Simoncini, le fondateur de Meetic, aujourd’hui “business Angel” pour start-up françaises.

Ce sont donc les investisseurs qui portent haut et fort les revendications des “pigeons”. De quoi trouver un large écho dans le monde anglo-saxon, où la principale source de financement des jeunes pousses de la Silicon Valley vient des poches des “Business Angel” et autres “Venture Capitalists” (les investisseurs de la première heure pour les start-up). Opération réussie puisque, du Financial Times à Bloomberg, la presse anglo-saxonne se fait l’écho de cette fronde contre le gouvernement.

Une forte présence sur les réseaux sociaux. Jeudi 4 octobre, le hashtag "#geonpi" (verlan de "pigeon") était encore l’un des trois plus populaires sur Twitter en France. En fait, depuis le week-end du 30 septembre, ces net-entrepreneurs assurent un service en continu de leur cause sur le célèbre réseau de microblogging. Le compte @defensepigeons est ainsi suivi par plus de 7 000 internautes. Ces geonpi en colère n’en oublient pas pour autant Facebook, où ils ont créé une page pour la défense des entrepreneurs français qui comptent plus de 45 000 “fans”.

Des arguments chocs pas forcément chic

Contre l'alignement de l'imposition des revenus du capital sur ceux du travail. C’est la principale revendication de ce mouvement. Jean-David Chamboredon est le premier à développer l’argumentaire : cette disposition du PLF 2013 reviendrait à faire passer la taxation du capital-risque dans les PME innovantes de 37,5 %... à 60 %. De quoi freiner, selon lui, l’envie d’éventuels investisseurs de soutenir les start-up made in France. Cette taxation reviendrait à “nationaliser toutes les entreprises de France !”, s’emporte, de son côté, sur le site de 20 minutes, Olivier Duha, président de CroissancePlus.

Un argument que Fleur Pellerin, ministre de l’Économie numérique, a tenté de contrecarrer, ce jeudi, dans Libération. Elle y rappelle que cet alignement, bien réel, n’affectera pas le capital qui sera réinvesti dans une PME et que le gouvernement vise essentiellement ceux qui empochent de l’argent sans le réinvestir après la revente d’une start-up. Cet alignement reviendrait donc “à taxer la rente et non pas la prise de risques”, affirme la ministre.

Pourquoi s’en prendre à un secteur créateur d’emplois ? C’est le sens d’une autre tribune, cette fois-ci publiée dans Le Point du 2 octobre par Marie Ekeland, cofondatrice de France Digitale, une association des start-up et capital-risqueurs de l'innovation numérique. Elle y souligne que le secteur de l’innovation numérique a connu, en 2011, “une croissance de 33 %, avec une croissance de 24 % des effectifs” dont essentiellement des jeunes... Le nerf de la guerre contre le chômage du gouvernement Ayrault.

À celà, une contre-tribune parue dans Libération, ce jeudi, de “patrons de PME” répond que c’est “confondre le rôle social du chef d’entreprise et celui de l’investisseur”. Pour eux, aucun argument objectif ne vient conforter l’idée qu’une taxation du capital pourrait donner un coup d’arrêt aux embauches dans le secteur de l’économie numérique.

Première publication : 04/10/2012

  • FRANCE

    Ces nouvelles taxes pour réduire le trou de la Sécurité sociale

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le budget d'austérité made in France vaut la rigueur espagnole ou italienne

    En savoir plus

  • INFOGRAPHIE

    Ces dix milliards d'euros que l'État français doit économiser

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)