Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat déjoué en Algérie : Constantine, la 3ème ville du pays menacée ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne

En savoir plus

FOCUS

Quelle stratégie pour les États-Unis sur le continent asiatique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Oscars: "et le gagnant est...""

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La République des juges ?"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

89ème cérémonie des Oscars : le gotha du cinéma mondial à l'honneur

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

États-Unis - Donald Trump : premier discours devant le Congrès

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Emmanuel Macron utilise un vocabulaire émotionnel"

En savoir plus

Economie

Les ONG s'inquiètent de la redistribution insuffisante de la "taxe Tobin" pour le développement

© AFP

Dernière modification : 05/10/2012

Alors que plusieurs ONG se sont émues de la part de la taxe sur les transactions financières (TTF) affectée à l'aide au développement, le ministre du Développement a affirmé que sa participation restait "quasiment" identique en 2013.

"Nous n’avons pas sacrifié la solidarité internationale". Pour le gouvernement français, la polémique soulevée mercredi 3 octobre par plusieurs ONG sur une "baisse des crédits" accordés à l’aide au développement n’a pas de raison d’être. Le ministre du Développement a indiqué que la France maintiendra "quasiment" en 2013 le niveau de sa participation grâce à l'affectation de financements supplémentaires correspondant à 10% de la taxe sur les transactions financières (TTF).

Selon le projet de loi de finances, en plus des crédits budgétaires, 60 millions d'euros récoltés via la TTF seront affectés en 2013 au fonds de solidarité pour le développement, géré par l'Agence française pour le développement (AFD). En 2014, ce montant sera porté à 100 millions d'euros, puis en 2015 à 160 millions, soit 10% du produit attendu de la TTF.

Toutefois, a expliqué le ministre délégué du Développement, Pascal Canfin, "en plus des 60 millions d'euros directement affectés au fonds spécial de l'AFD, nous avons prévu 100 millions d'autorisations d'engagement pour 2013 qui permettront de financer de nouveaux projets et seront gagés sur la TTF".

"C'est la première fois qu'on affecte au développement une partie de la TTF", votée en février 2012 par le Parlement et doublée à 0,2 % par la nouvelle majorité socialiste. "On en a beaucoup parlé mais, pour la première fois, ça devient une réalité", s'est félicité le ministre.

Les associations tirent la sonnette d'alarme

Mais les ONG ne l’entendent pas de cette oreille. 3,75 % des revenus de la taxe française sur les transactions financières, c’est loin d’être suffisant. Dans un communiqué diffusé mercredi, Oxfam France, Aides, Coalition Plus, le Réseau action climat, Greenpeace, One France, le CCFD Terre solidaire et WWF France ont donc accusé le président François Hollande de ne pas avoir tenu ses engagements.

"Cette taxe emblématique, réduite à un simple symbole, ne rapporterait cette année que 60 millions d’euros pour le développement, soit à peine plus que la somme versée à un gagnant du loto un vendredi 13. Pire, cette mini-somme est annoncée alors que le budget 2013 révèle également une baisse des crédits de l’aide publique au développement à hauteur de 200 millions d’euros", explique le texte.

François Hollande s'y était engagé

Les ONG rappellent également qu’en juin dernier, "le président Hollande avait promis devant la communauté internationale à Rio "qu’une grande partie" d’une telle taxe servirait au développement. Depuis, la part annoncée ne fait que baisser".

Inspirée de la taxe Tobin chère aux altermondialistes, la TTF s'applique, depuis août, aux échanges d'actions des sociétés dont la capitalisation boursière dépasse 1 milliard d'euros et dont le siège social est en France.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 04/10/2012

  • FRANCE

    Le budget d'austérité made in France vaut la rigueur espagnole ou italienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)