Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Afrique

Le "navire pour l'avortement" expulsé du Maroc

© AFP

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Dernière modification : 05/10/2012

Le navire de "Women on Waves" a été escorté, jeudi soir, hors des eaux territoriales marocaines par la marine du royaume. Les militants ont promis de revenir, notamment en saisissant les instances internationales.

Il a été escorté hors du pays par la marine du pays. Le "navire pour l'avortement" de l'ONG néerlandaise "Women on Waves", arrivé il y a quelques jours dans le port de Smir, dans le nord du Maroc, a quitté les eaux territoriales du royaume dans la soirée de jeudi.

"Sitôt avisées, les autorités ont attiré l'attention de l'équipage du voilier sur la nécessité du respect des dispositions légales, après quoi ledit voilier a quitté les eaux territoriales marocaines", a confirmé le ministère de l'Intérieur dans un autre communiqué.

"L'embarcation supposée être 'le bateau de l'avortement' n'est qu'un voilier de croisière arrivé (dès) le 2 septembre", a par ailleurs affirmé ce ministère.

"Aucune loi n'a été enfreinte"

Invitée par le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (Mali), une association marocaine, "Women on Waves" a souligné qu'"aucune loi n'avait été enfreinte".

Le 1er octobre, l'ONG néerlandaise avait fait part de son intention de se rendre au Maroc afin de proposer des avortements médicamenteux. Chaque jour, 600 à 800 Marocaines ont recours à une interruption volontaire de grossesse dans la clandestinité et, chaque année, 78 femmes meurent des suites de ces avortements.

Mercredi, après avoir laissé planer le suspense, elle avait annoncé que son navire devait arriver le lendemain. Mais, coup de théâtre, elle avait reconnu jeudi que le navire se trouvait déjà sur place. "Le bateau est arrivé il y a plusieurs jours déjà, car ils ont su que les autorités allaient les empêcher et c'était le seul moyen de parvenir jusqu'aux côtes marocaines", avait expliqué à l'AFP une députée néerlandaise, Liesbeth van Tongeren, présente à la marina de Smir.

Les militants de l'ONG, expulsés jeudi soir, ont promis de revenir. Dans d'autres pays, comme au Portugal en 2009, "Women on Waves" a fait condamner les autorités du pays par la Cour de justice européenne pour "violation de la liberté d'expression".


(FRANCE 24 avec dépêches)

 

Première publication : 05/10/2012

  • MAROC

    Le "bateau pour l'avortement" nargue les autorités marocaines

    En savoir plus

  • SUR RFI

    Un "navire pour l’avortement" attendu au large du Maroc où l’IVG est interdite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)