Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

Pain au chocolat et ramadan, nouveau coup d'éclat de Jean-François Copé

© AFP

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

Jean-François Copé a enflammé les réseaux sociaux en évoquant, pendant un meeting, l'histoire d'un garçon qui se serait fait "arracher son pain au chocolat" par des voyous essayant d'imposer par la force le jeûne musulman du ramadan.

En perte de vitesse dans la course à la tête de l’UMP, Jean-François Copé a dégainé l’artillerie lourde. Après avoir évoqué le cas d’un jeune garçon agressé par des voyous parce qu’il mangeait un pain au chocolat pendant le ramadan, le politicien français est accusé de courtiser l'électorat du Front national.

"Il est des quartiers où je peux comprendre l'exaspération de certains de nos compatriotes, père ou mère de famille rentrant du travail le soir, apprenant que leur fils s'est fait arracher son pain au chocolat par des voyous qui lui expliquent qu'on ne mange pas pendant le ramadan", a déclaré le secrétaire général de l'UMP vendredi soir lors d’un meeting à Draguignan (Var).

La formule, fleurant bon une France éternelle prise d’assaut jusque dans ses symboles les plus anodins, a été savamment concoctée pour créer le buzz et relancer la campagne sur le flanc droit de François Fillon.

Le meeting de Draguignan a ainsi été retransmis en direct sur www.jeanfrancoiscope.fr et la formule raccourcie pour tenir en 140 caractères sur Twitter. La petite phrase a depuis été abondamment commentée sur les réseaux sociaux, où de nombreux internautes ont dénoncé les appels du pied d’un Jean-François Copé aux abois en direction des électeurs du FN.

Le tweet de Jean-François Copé

Le nouveau chantre du "racisme anti-blanc" avait déjà évoqué le cas de collégiens empêchés de goûter en paix à la sortie des écoles pour cause de ramadan dans son livre "Manifeste pour une droite décomplexée".

"Je pense à ces parents d'élèves traumatisés parce qu'un de leurs fils, qui prenait son goûter à la sortie du collège, s'est fait arracher sa nourriture des mains par une bande de jeunes qui se prenait pour une brigade iranienne de promotion de la vertu : pas pendant le ramadan !, avait-elle ordonné", écrit-il page 41.

La formule a depuis été re-calibrée pour plus d’impact. Les "parents d’élève" sont devenus des personnes "rentrant du travail le soir" afin de cibler plus précisément cet électorat de travailleurs populaires, que l’extrême droite présente invariablement comme exaspérés par les étrangers et les "assistés sociaux". Un pain au chocolat incarne désormais le fameux "goûter arraché" pour frapper les esprits. Le simple croissant au beurre était peut-être trop connoté symbole musulman.

Enfin, il n’est plus question de collège ni de sortie d’écoles – sans doute parce qu’il faut remonter jusqu’en 2009 pour retrouver un mois de ramadan qui coïncide avec les périodes scolaires…
 

Première publication : 06/10/2012

COMMENTAIRE(S)