Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

EUROPE

Vatileaks : l'ex-majordome du pape condamné à 18 mois de prison

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Dernière modification : 06/10/2012

Paolo Gabriele a été jugé coupable samedi par la justice du Vatican de vol aggravé de centaines de documents confidentiels. L’ancien majordome du pape a été condamné à un an et demi de prison.

Éclaboussé par les fuites du scandale Vatileaks, l'ex- majordome du pape Paolo Gabriele, arrêté le 23 mai dernier, a été condamné à un an et demi de prison par le tribunal du Vatican pour avoir volé et diffusé des documents ultra-confidentiels appartenant à Benoît XVI. Après l’avoir initialement condamné à trois ans de prison, le juge a immédiatement réduit la peine de moitié.

"Je ne me sens pas voleur"

L'ex-employé modèle de 46 ans avait dissimulé dans son appartement plus d'un millier de lettres, fax et textes divers, certains paraphés de la main du pape, et en avait transmis une partie au journaliste Gianluigi Nuzzi. Ce dernier les a ensuite publiés dans un livre, paru le 19 mai.

Durant le procès, l’ex-majordome n’avait eu de cesse de clamer sa bonne foi. "La chose que je ressens avec le plus de force en moi c'est la conviction d'avoir agi par amour exclusif, viscéral, de l'Église du Christ et de son chef sur la terre. Je ne me sens pas voleur", a déclaré Paolo Gabriele, dans une courte déclaration, lors de sa défense samedi matin.

Affirmant avoir agi seul, l’homme avait reconnu avoir de nombreux "contacts" au Vatican. "Depuis 1997, tous me connaissaient au Vatican, me faisaient confiance", a-t-il expliqué. Avant d'ajouter: "Je ne suis pas le seul au cours des années à avoir fourni des informations confidentielles à la presse".

Verdict peu étonnant

"C’est un verdict qui n’est pas très étonnant. Le tribunal n’a pas suivi les réquisitions du procureur [qui demandait trois ans de prison]. Il a reconnu des circonstances atténuantes à Paolo Gabriele, à savoir qu’il n’avait jamais été condamné auparavant et qu’il avait lui-même reconnu avoir tahi le pape," explique Tristan Dessert, correspondant de FRANCE 24 à Rome, précisant que ce procès représente une première dans l’histoire moderne.

Deux solutions se présentent désormais à l’ancien majordome : faire appel, ou attendre une grâce papale.

Première publication : 06/10/2012

  • VATICAN

    Scandale du "Vatileaks" : l'ex-majordome du pape se dit innocent

    En savoir plus

  • VATICAN

    Scandale du "Vatileaks" : ouverture du procès de l'ex-majordome de Benoît XVI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)