Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

FRANCE

Amiante : Martine Aubry convoquée en vue d'une possible mise en examen

© AFP

Dernière modification : 08/10/2012

Martine Aubry est convoquée en tant qu'ex-directrice des relations du travail au ministère du Travail de 1984 à 1987 par un juge d'instruction s'intéressant à l'action des pouvoirs publics face à l'amiante dans les années 1970-1980.

L'ex-Première secrétaire du Parti socialiste sera prochainement convoquée par un juge d'instruction parisien pour une possible mise en examen dans le cadre d'une enquête sur les dégâts provoqués par l'amiante, a-t-on appris lundi de source proche de l'enquête, confirmant une information de M6.

La juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy s'intéresse à l'action des pouvoirs publics face à l'amiante dans les années 70-80. À cette époque, plus précisément entre 1984 et 1987, Martine Aubry était directrice des relations du travail au ministère du Travail.

Selon l'entourage de l'ex-Première secrétaire du PS, Martine Aubry apportera "tout son concours à l'enquête judiciaire" précisant qu'elle souhaite "éviter qu'une telle tragédie [les dégâts provoqués par l'amiante, ndlr] ne se reproduise à l'avenir." Et d'ajouter : "Elle expliquera comment l'administration des relations du travail qu'elle dirigeait alors, n'a eu de cesse de renforcer la protection des travailleurs de l'amiante".

Des dizaines de hauts fonctionnaires, dont Martine Aubry, ont déjà été entendus comme témoins depuis 2009 à ce sujet.

L'État et sa "gestion défaillante de l'amiante"

Le caractère cancérogène de l'amiante est connu depuis les années 50, mais le premier décret réglementant son usage ne date que de 1977 et son interdiction de 1997. En 2005, un rapport sénatorial avait accablé l'État pour sa "gestion défaillante" de l'amiante.

Utilisée massivement en particulier dans le secteur de la construction, l'amiante est jugée responsable de 10 à 20 % des cancers du poumon et pourrait provoquer 100 000 décès d'ici à 2025, selon les autorités sanitaires.

"Comme tous ceux qui travaillaient avec moi, j'avais la conviction que le décret de 1977 puis celui de 1987 nous permettaient de protéger efficacement la santé des salariés", avait dit Mme Aubry lors de son audition en 2009.

L'étude Peto

"Aucune alerte n'est venue de la CNAM, du ministère de la Santé, d'autres acteurs ou des chercheurs pour nous dire que ce n'était pas le cas", dit-elle encore. "La nécessité d'interdire l'amiante est intervenue avec l'étude Peto", du nom du scientifique britannique ayant mis en évidence en 1994 un risque de pathologies après des expositions de petite durée à l'amiante, a-t-elle ajouté.

Parallèlement, plusieurs membres du comité permanent amiante (CPA) - considéré par les victimes comme une structure de lobbying des industriels du secteur et qui a fonctionné de 1982 à 1995 - ont été récemment mis en examen pour homicides et blessures involontaires. Dans son enquête, la juge cherche à savoir si le CPA a eu une influence déterminante sur le retard pris dans l'interdiction de l'amiante. "Avec le CPA, on est au cœur de la responsabilité de la catastrophe de l'amiante", estimait récemment François Desriaux, vice-président de l'Association nationale de défense des victimes de l'amiante (Andeva).

Martine Aubry, dit, elle, n'avoir rien à se reprocher. "Je ne connaissais pas l'existence du CPA ni à mon arrivée en 1984 ni à mon départ en 1987", a-t-elle affirmé aux enquêteurs.


(FRANCE 24 avec dépêches)

Première publication : 08/10/2012

  • FRANCE

    Les quatre ans de Martine Aubry à la tête du PS

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après l'amiante, le bitume bientôt interdit ?

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Un ancien fabriquant d'amiante mis en examen à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)