Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Afrique

Mohamed Morsi à l’épreuve des 100 premiers jours

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/10/2012

C'est face à une foule en liesse dans le stade du Caire, que le président islamique Mohammed Morsi est revenu samedi soir sur son action au pouvoir depuis sa prise de fonction en juin 2012. Mais de nombreux Égyptiens expriment leur dépit.

À l’occasion d’une allocution dans le stade du Caire samedi 6 octobre, le premier chef d'État égyptien démocratiquement élu Mohamed Morsi a dressé le bilan de ses 100 premiers jours au pouvoir.

Morsi gracie les partisans de la Révolution

Le président égyptien Mohamed Morsi a décidé lundi 8octobre d'amnistier toutes les personnes soutenant la "révolution" et arrêtées depuis le début du soulèvement qui a renversé Hosni Moubarak l'an dernier jusqu'à juin 2012.

Dans un décret publié sur sa page officielle sur Facebook, la présidence annonce l'amnistie pour les faits "commis dans le but de soutenir la révolution et réaliser ses objectifs dans la période allant du 25 janvier 2011 au 30 juin 2012, à l'exception des crimes d'homicide volontaire".

Satisfait de l’action menée depuis sa prise de fonction en juin 2012, Morsi assure que 75 % des objectifs fixés ont été atteints. Un chiffre qui, d’après le président, pourrait être encore meilleur, si le trafic et la corruption n’étaient pas si présents dans le pays

Cependant, selon le "MorsiMètre", un outil internet mis en place par des activistes pour évaluer l’efficacité du président, ce dernier n’a réalisé que 7 des 64 promesses faites aux Égyptiens. Résultat, des grèves dans plusieurs secteurs ont éclaté ces dernières semaines. Autre preuve du mécontentement grandissant, un appel à manifester vendredi 12 octobre circule depuis plusieurs jours.

"De nombreux Égyptiens pensent que Morsi ne s’est pas assez concentré sur les problèmes intérieurs", explique Sonia Dridi, correspondante FRANCE 24 au Caire. Ses nombreux déplacements à l’étranger n’ont pas forcément été bien perçus par la population, suscitant même des railleries sur la Toile. "À titre d’exemple, lorsqu’il s’est rendu dans le Sinai ce week-end, certains ont dit qu’il rendait enfin visite à l’Égypte", rapporte Sonia Dridi qui estime que "ses quelques succès diplomatiques ont été éclipsés dans les médias par la trop longue progression des conditions de vie."

La nouvelle constitution, un enjeu majeur

Mais dans son discours de samedi soir, Morsi assure que ces visites à l’étranger ont permis de doper l’économie du pays. Les thèmes de la santé, de l’éducation ou encore du logement n’ont aucunement été abordés pendant l’allocution.

"Le président islamique doit concrètement améliorer le niveau de vie des Égyptiens. C’est sur ces sujets que la population l’attend au tournant", affirme Sonia Dridi qui reconnaît toutefois que "les espoirs des Égyptiens sont nombreux voire irréalistes."

Prochain grand test pour le président : la future constitution qui doit encore être rédigée et adoptée d’ici la fin de l’année, si Morsi, issu des Frères musulmans, veut respecter le calendrier qu’il s’est fixé. Il devra sans doute se heurter à la communauté laïque qui craint une trop grande emprise de la confrérie sur le texte.

Première publication : 08/10/2012

  • DIPLOMATIE

    À l’ONU, Mohamed Morsi se dit hostile à une intervention militaire en Syrie

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi fait la leçon aux États-Unis

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Quand Nasser se moquait des Frères musulmans et du voile islamique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)