Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Economie

Le Mécanisme européen de stabilité officiellement mis sur les rails

© AFP

Dernière modification : 09/10/2012

Les ministres des Finances de la zone euro ont procédé, lundi, au lancement du Mécanisme européen de stabilité (MES). Ce dispositif pourra soutenir les États membres en proie à des difficultés financières dès la fin d'octobre.

Principal instrument anti-crise de la zone euro, le Mécanisme européen de stabilité (MES) est officiellement entré en vigueur, ce lundi 8 octobre, après la première réunion de son conseil des gouverneurs à Luxembourg.

"Le lancement du MES constitue une étape historique dans la construction de l'Union monétaire. La zone euro est désormais pourvue d'un pare-feu permanent et efficace", a déclaré le chef de file de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, lundi, lors d'une conférence de presse.

"Le MES n'est pas un instrument isolé, il s'intègre dans un ensemble pour modifier la gouvernance de la zone euro", a poursuivi M. Juncker, qui préside le conseil des gouverneurs du MES, lui-même composé des 17 ministres des Finances de la zone euro.

Le MES prendra, à terme, la relève du Fonds européen de stabilité financière (FESF). Les deux instruments vont cohabiter jusqu'en juin 2013, ce qui permettra de cumuler, un temps, leur capacité de prêts (500 milliards d'euros pour le MES, environ 200 milliards pour le FESF).

"La palette d'outils du MES est la même que celle du FESF avec les programmes de précaution pour les pays en difficulté, la possibilité de recapitaliser les banques, etc.", a indiqué son directeur exécutif, l'Allemand Klaus Regling.

150 milliards d'euros disponibles

Le MES sera pleinement opérationnel dès que les États auront commencé à verser leur écot dans les semaines qui viennent : il sera en mesure de prêter environ 150 milliards d'euros d'ici à la fin d'octobre.

Cet instrument est stratégique car il pourra servir à recapitaliser directement les banques de la zone euro, sans alourdir la dette des États. À condition toutefois que les Européens mettent en place un mécanisme de supervision bancaire, prévu au mieux au début de 2013.

La possibilité de recapitaliser directement les banques intéresse au plus haut point l'Espagne, qui a obtenu en juin une ligne de crédit de 100 milliards d'euros de la zone euro pour ses établissements de crédit.

(FRANCE24 avec dépêches)

Première publication : 08/10/2012

  • ALLEMAGNE

    Le MES et le pacte de stabilité validés par la Cour constitutionnelle de Karlsruhe

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Rachat de dettes "illimité" : la presse allemande dit "Nein" au plan Draghi

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    BCE : nouvelles déclarations de Mario Draghi, un plan en trompe-l'oeil?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)