Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

Economie

Angela Merkel a pris "conscience du devoir de solidarité dans la zone euro"

©

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 10/10/2012

Pour sa première visite à Athènes depuis le début de la crise de la dette, Angela Merkel a "salué les progrès accomplis" par les Grecs. Daniel Göler, politologue allemand, décrypte pour FRANCE 24 l'inflexion de la position allemande.

Visite à haut risque pour Angela Merkel à Athènes. La chancelière allemande s’est rendue, mardi 9 octobre, en Grèce pour la première fois en cinq ans alors que le pays vit la plus grave crise économique de son histoire récente.

La chef de gouvernement de la première puissance économique européenne a été accueillie dans la capitale grecque par plus de 25 000 manifestants. Réunis devant le Parlement, ces derniers ont tenu à exprimer leur mécontentement vis-à-vis de celle qui représente, à leurs yeux, l’austérité imposée au pays depuis la mise en place du premier plan de sauvetage financier international à l’été 2010.

Dans un souci d'apaisement, Angela Merkel a affirmé, mardi, sa volonté “de voir la Grèce rester dans l’euro” et a salué “les progrès accomplis”. La chancelière a, en outre, assuré que “l'Allemagne et la Grèce travailleront ensemble très étroitement” pour surmonter la crise de la dette.

Si elle n’a pas apporté de solution nouvelle à Athènes, la mansuétude dont elle fait aujourd'hui preuve ainsi que ce déplacement très attendu dans la capitale hellène reflètent l'évolution de la position allemande à l’égard de la Grèce, comme l’explique à FRANCE 24 Daniel Göler, politologue et titulaire de la chair Jean-Monnet de politique européenne à l’Université de Passau. Entretien.

 

FRANCE 24 - Quel est le sens de la visite d’Angela Merkel à Athènes ?

Daniel Göler - La chancelière allemande se rend en Grèce pour tenter de détendre l’atmosphère des relations entre Berlin et Athènes d'une part, et au sein de la zone euro d'autre part. Depuis le début de la crise des dettes souveraines, les tensions, notamment entre les pays du nord et du sud de l’Europe, n’ont jamais cessé de s’aggraver. En ce sens, son message aujourd’hui est d’expliquer que si l’Allemagne attend toujours des efforts budgétaires de la part d’Athènes, Berlin est davantage prêt à aider le pays pour surmonter la crise. À cette fin, la chancelière doit faire comprendre aux Grecs que le maintien de leur pays dans la zone euro est dans l’intérêt commun de tous en Europe et qu’elle a conscience de ce devoir de solidarité.


F24 - Est-ce que cela marque un changement dans la position allemande à l'égard de la Grèce ?

D. G. - Angela Merkel a changé, cela ne fait aucun doute. Au début, elle ne voulait pas entendre parler d’un mécanisme européen de soutien financier aux pays en difficulté et elle n’était pas loin de penser que les Grecs devaient résoudre seuls leurs problèmes économiques.
Sur toutes ces questions, elle s’est rapprochée des positions de ceux qui défendent une plus grande solidarité budgétaire européenne. Mais elle reste ferme sur la nécessité pour tous les États européens d’avoir une politique budgétaire plus rigoureuse, qui est l'un des principes les mieux partagés par la classe politique allemande.


F24 - Comment expliquez-vous cette évolution ?

D.G. - Angela Merkel est une pragmatique et on retrouve dans cette évolution la dimension scientifique de l’ancienne physicienne. Elle s’est d’abord rendu compte que la Grèce ne s’en sortirait jamais seule et, ensuite, que sous la pression des marchés, le pays risquait d’entraîner toute la zone euro dans sa chute. Elle a pris, il est vrai, un peu de temps pour prendre conscience de la profondeur de la crise mais, à sa décharge, il était difficile d'en comprendre toutes les implications.


F24 - En Allemagne, comprend-on le ressentiment des Grecs à l’égard d’Angela Merkel ?

D. G. - Même s’il est toujours plus facile de dire après coup qu’il fallait faire autrement, il est vrai qu’Angela Merkel a commis trois erreurs. Tout d’abord, elle a largement sous-estimé la gravité de la crise en pensant que ce n’était qu’une affaire grecque.
Ensuite, lorsque des voix se sont élevées avec outrance en Allemagne pour réclamer, entre autres, que les Grecs vendent leurs îles afin d’éponger leurs dettes, elle aurait dû être plus ferme et dire clairement que ce n’était nullement la position du gouvernement.
Enfin, Berlin a trop longtemps mis les intérêts de l’Allemagne avant ceux de l’Europe pour justifier ses positions. C’est un message qui a pu donner l’impression qu’Angela Merkel ne se souciait pas vraiment de ses partenaires européens.

Première publication : 09/10/2012

  • GRÈCE

    Angela Merkel pour la première fois en Grèce depuis cinq ans

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Îles grecques chercheraient acquéreurs

    En savoir plus

  • SOMMET EUROPÉEN

    L'Europe du Sud impose sa volonté à l'Allemagne

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)