Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Moyen-orient

Netanyahou annonce la tenue de législatives anticipées "le plus tôt possible"

© AFP

Vidéo par Gallagher FENWICK

Dernière modification : 09/10/2012

Initialement prévues en octobre 2013, les élections législatives israéliennes devraient être avancées au tout début de l'année, a annoncé le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou.

Benjamin Netanyahu a annoncé mardi des élections législatives anticipées "le plus tôt possible", début 2013, en se présentant comme le seul garant de la sécurité d'Israël face à l'Iran, aux "bouleversements" régionaux et à la crise économique mondiale.

"J'ai décidé que, pour le bien de l'Etat d'Israël, il fallait aller devant les électeurs maintenant, le plus vite possible", a affirmé le Premier ministre de droite dans une brève allocution télévisée.

M. Netanyahu n'a pas fixé de date précise mais, selon les commentateurs, le scrutin législatif devrait avoir lieu fin janvier ou début février. Les législatives auraient normalement dû se tenir en octobre 2013.

Les explications de Benjamin Netanyahou



Selon la procédure, les députés devraient voter une loi de dissolution de la Knesset (Parlement) à l'ouverture de la session d'hiver le 15 octobre prochain. Le scrutin aura lieu 90 jours après.

"Bibi" Netanyahu a justifié l'annonce des élections anticipées en expliquant qu'il lui était impossible de faire adopter "un budget responsable" pour 2013 avant la fin de l'année.

Le projet de budget préparé par le ministre des Finances Youval Steinitz, prévoyait de sévères mesures d'austérité qui n'avaient pratiquement aucune chance d'être adoptées par les différents partis de la majorité à l'approche d'une échéance électorale.

Elu en février 2009, M. Netanyahu a tiré un bilan positif de ses bientôt quatre années au pouvoir.

Son gouvernement, a-t-il plaidé, est parvenu à "renforcer la sécurité au moment où se produisent des bouleversements graves et dangereux au Moyen-Orient et à renforcer l'économie alors qu'un autre bouleversement a lieu avec la crise économique mondiale".

"Bibi" favori

"Pour faire face à ces défis, nous devons mener une politique de sécurité et économique responsables", a diagnostiqué le Premier ministre.

"Il faut s'assurer que l'Iran ne se dotera pas de la bombe atomique, défendre nos frontières contre les terroristes et les infiltrations, maintenir les accords de paix avec nos voisins (Egypte et Jordanie), sauvegarder nos intérêts vitaux dans toutes les négociations de paix à venir (avec les Palestiniens)", a-t-il souligné.

Les derniers sondages donnent "Bibi" favori pour rester au pouvoir.

Sa coalition, composée du Likoud (droite nationaliste), le parti dirigé par le Premier ministre, ainsi que de formations religieuses et ultra-nationalistes, est ainsi créditée d'une majorité de 66 sièges sur 120, selon un sondage du quotidien Haaretz publié fin septembre.

Pour les commentateurs, la décision d'avancer les élections est également liée au rythme du programme nucléaire iranien.

Le Premier ministre, après avoir maintes fois brandi la menace d'une attaque imminente contre les installations nucléaires iraniennes, a, semble-t-il, dans son récent discours à l'ONU, repoussé cet éventuel scénario au printemps, voire à l'été 2013.

Il a ainsi pris acte du refus répété du président américain Barak Obama d'imposer à Téhéran des "lignes rouges claires" dans ses ambitions nucléaires sous peine de s'exposer à une attaque militaire.

En cas de victoire de Barak Obama, avec lequel les relations sont glaciales, M. Netanyahu, s'il est réélu, bénéficiera lui aussi d'une nouvelle légitimité qui pourrait le servir en cas de nouvelle épreuve de force avec le locataire de la Maison Blanche.

Sur le front intérieur, les différents chefs des partis d'opposition tels que Shaul Mofaz (Kadima, centriste), Shelly Yachimovich (Parti travailliste) ou Yaïr Lapid, un ex-journaliste à la tête d'un nouveau parti centriste laïque, "Atid", se sont tous dits fin prêts à des élections anticipées.

Une des inconnues du scrutin pourrait porter sur l'ancien Premier ministre Ehud Olmert qui, selon Channel 10, une télévision privée, pourrait faire un retour en force sur la scène politique en tentant de fédérer les partis d'opposition.

Selon les commentateur, Ehud Olmert, bien qu'impliqué dans des affaires de corruption qui ont précipité sa chute, serait le seul rival vraiment dangereux pour M. Netanyahu.

(AFP)

Première publication : 09/10/2012

  • ISRAËL

    Drone abattu en Israël : Tel-Aviv voit la main du Hezbollah et de Téhéran

    En savoir plus

  • ONU

    Benjamin Netanyahou veut fixer une "ligne rouge" à l'Iran

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)