Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

Afrique

Les coptes d’Égypte manifestent en mémoire du massacre de Maspero

© AFP

Dernière modification : 09/10/2012

Il y a un an, les forces de l’ordre réprimaient violemment une manifestation de coptes à Maspero, un quartier du Caire, alors que ces derniers protestaient contre l’incendie d’une de leurs églises. Vingt-huit personnes avaient trouvé la mort.

Un rassemblement est prévu ce mardi 9 octobre au Caire en mémoire des 28 personnes tuées il y a un an jour pour jour lors d'une manifestation de coptes qui avait été violemment réprimée dans le quartier de Maspero, dans le centre de la capitale. L'Union des jeunes de Maspero, qui rassemble des militants coptes, a ainsi appelé à défiler "pour le premier anniversaire du massacre de Maspero". "La seule demande politique en cette journée est de réclamer justice pour les martyrs et que les criminels impliqués dans ce massacre soient jugés", indique le groupe sur Facebook.

Le 9 octobre 2011, des milliers de coptes avaient manifesté du quartier de Chobra vers Maspero pour protester contre l'incendie d'une église dans le gouvernorat d'Assouan (sud) avant que la marche ne dégénère en affrontements avec les soldats stationnés devant la télévision d'État.

Selon l'ONG Amnesty International, qui avait à l'époque dénombré 28 morts et des centaines de blessés, les autorités égyptiennes ont échoué à mener une "enquête impartiale et indépendante sur les circonstances des violences et à amener les responsables à rendre des comptes".

L'armée critiquée

Des versions divergentes ont circulé sur l'origine des violences. Plusieurs témoins ont dit à l'AFP que les manifestants avaient été visés par les tirs de soldats et que plusieurs personnes étaient mortes écrasées par des véhicules blindés.

L'armée, au pouvoir à l'époque, a démenti avoir fait un usage excessif de la force, assurant qu'elle ne tirait "jamais sur les civils" et que "certains manifestants avaient des sabres et des cocktails Molotov". Les militaires, portés aux nues après le soulèvement qui a renversé Hosni Moubarak en février 2011, ont été très critiqués pour leur gestion des évènements de Maspero, à l'étranger comme en Égypte. La colère a aussi visé les médias d'État, accusés d'avoir tenu un discours incitant à la haine contre les chrétiens dans leur couverture des violences.

Les coptes, qui représentent de 6 à 10 % des Égyptiens selon les estimations, s'estiment discriminés dans une société en grande majorité musulmane. Ils ont été visés par plusieurs attentats, en particulier celui du Nouvel an 2011 contre une église à Alexandrie.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 09/10/2012

  • REPORTAGE

    Égypte : les coptes face à la probable victoire de Mohammed Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Des milliers de coptes pleurent la mort du patriarche Chenouda III

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Plusieurs morts lors d'affrontements entre forces de l'ordre et coptes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)