Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

FRANCE

Les députés approuvent la ratification du traité budgétaire européen

Dernière modification : 09/10/2012

Les députés français ont voté en faveur du projet de loi autorisant la ratification du traité budgétaire européen instaurant une "règle d'or" d'équilibre budgétaire, par 477 voix pour, 70 contre et 21 abstentions.

L'Assemblée nationale a voté ce mardi 9 octobre pour la ratification du traité européen instaurant une "règle d'or" d"équilibre budgétaire, par 477 voix pour, 70 contre et 21 abstentions. Neuf députés n'ont pas pris part au vote.

Le nombre de députés de gauche qui ont approuvé le texte est de 6 à 8 voix supérieurs au seuil de la majorité absolue, fixée à 274 voix sur les 547 suffrages exprimés. 

La gauche rassemble 282 voix. Dans le détail, parmi le groupe du Parti socialiste (PS), 264 députés ont voté pour, 20 contre et 9 se sont abstenus. Au groupe des Radicaux de gauche, 14 députés ont voté pour et deux se sont abstenus. Chez les écologistes, 3 élus ont voté pour, 12 contre et deux se sont abstenus. Quant au groupe de la gauche démocrate et républicaine, un élu a voté pour, 13 contre et un s'est abstenu.

"Une grande satisfaction"

François Hollande a aussitôt salué le fait que la gauche se soit "réunie" pour voter ce texte, adopté sans que les voix de l'opposition aient été déterminantes. "C'est pour le Premier ministre une grande satisfaction", a-t-il fait remarquer. Le président voulait à tout prix éviter de devoir cette ratification à l'UMP.

Martine Aubry, l'ancienne première secrétaire du PS s'est réjouie de cette décision qui va permettre la réorientation de l'Europe et de franchir de nouvelles étapes vers une Europe plus politique, plus économique, plus sociale et plus solidaire".

"Un texte adopté au mot près tel qu'il a été négocié par Sarkozy"

Le résultat de ce scrutin n'est pas une surprise. Malgré l'opposition du Front de gauche, de la plupart des écologistes ainsi que du Front national, la ratification du texte était soutenue par le PS, l'UMP et les centristes.

Dans le camp UMP, un brin ironique, on se réjouit que ce texte ait été adopté "au mot près, tel qu'il a été négocié par Nicolas Sarkozy, en dépit de toutes les promesses de renégociation de François Hollande", s’est félicité François Fillon, ancien Premier ministre et candidat à la présidence de l’UMP. La principale organisation du patronat français, le Medef - qui a également salué ce vote "indispensable" - en a profité, de son côté, pour appeler le gouvernement à réduire les dépenses publiques au lieu d’augmenter les impôts.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 09/10/2012

  • FRANCE

    Selon Ayrault, le traité européen n'entamera pas la "souveraineté nationale"

    En savoir plus

  • ECONOMIE

    Le traité budgétaire européen pour les nuls

    En savoir plus

  • FRANCE

    Manifestation anti-austérité à Paris : "Hollande, c’est du Sarko light !"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)